En 2001, le ministre de la Santé et des Services sociaux confiait à l'Institut de la statistique du Québec le mandat de surveiller, de manière adéquate, la couverture vaccinale contre l'influenza et le pneumocoque. Pour exécuter ce mandat, l'Institut travaille avec un groupe d'experts du domaine des maladies infectieuses rattachés au ministère de la Santé et des Services sociaux et à l'Institut national de santé publique du Québec, lequel groupe agit à titre de comité consultatif tout au long de l'exercice. Le présent document fait état du travail réalisé par cette équipe dans le cadre de la quatrième édition de l'Enquête québécoise sur les couvertures vaccinales contre l'influenza et le pneumocoque, menée au printemps 2008, à la suite de la campagne de vaccination contre l'influenza 2007-2008.

Tel qu'indiqué dans le présent rapport, le Programme national de santé publique 2003-2012 cherche à « maintenir le taux annuel d'hospitalisation pour l'influenza et la pneumonie des personnes de 65 ans et plus sous le taux moyen de la période 1997-2002 » et à « réduire de 40 % l'incidence annuelle des infections invasives à pneumocoque dans les groupes d'adultes admissibles à la vaccination ». Pour y arriver, le Programme d'immunisation contre l'influenza du Québec spécifie que 80 % des personnes appartenant aux groupes vulnérables devraient être immunisées. Les résultats de la quatrième édition démontrent que cet objectif est toujours loin d'être atteint. Ainsi, par exemple, 58 % des Québécois de 60 ans et plus ont été vaccinés contre l'influenza à la suite de la campagne 2007-2008. Cette situation n'a pas évoluée depuis 2006, freinant ainsi les progrès observés depuis 2002. La principale raison de non-vaccination invoquée par les participants de ce groupe visé par le programme est qu'ils ne se sentent pas à risque. De plus, comme dans les éditions antérieures de l'enquête, on constate, chez les personnes de 60 ans et plus, que la proportion de contacts domiciliaires vaccinés est plus élevée lorsque la personne de 60 ans et plus est elle-même vaccinée que lorsqu'elle ne l'est pas. Une première estimation de la couverture vaccinale des personnes de 50 à 59 ans atteintes de maladies chroniques montre que 44 % de celles-ci ont été vaccinés contre l'influenza au cours de la dernière campagne. En ce qui concerne la vaccination contre le pneumocoque, la couverture vaccinale est estimée à 48 %. Comme pour la vaccination contre l'influenza, aucune amélioration significative de la couverture vaccinale n'est observée en 2008, et ce, autant chez l'ensemble des personnes de 65 ans et plus que chez celles qui ont atteint 65 ans au cours de l'année précédente. Il est cependant encourageant de constater que pratiquement toutes les personnes vaccinées contre le pneumocoque sont également vaccinées contre l'influenza. Les raisons de non-vaccination contre le pneumocoque montrent qu'une proportion importante des personnes visées par le programme cosidèrent ne pas en avoir besoin. Fait étonnant, près du tiers des personnes de 65 ans et plus manquent d'information au sujet de ce vaccin ou n'en connaissent pas l'existence. Une analyse des couvertures vaccinales contre l'influenza et le pneumocoque pour chacune des régions sociosanitaires du Québec complète le présent rapport.

Dans ce contexte, il est souhaitable de poursuivre l'enquête en tenant compte des propositions antérieures et de répéter l'enquête québécoise en 2010. À ce moment, il serait pertinent d'évaluer à nouveau plusieurs des facteurs qui influencent la vaccination contre l'influenza et le pneumocoque et de suivre l'évolution de ceux-ci, soit les lieux de vaccination, la vaccination des contacts domiciliaires, les raisons de vaccination et de non-vaccination (selon les groupes pertinents) et la vaccination des maladies chroniques.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-54118-9

ISBN (imprimé): 

978-2-550-54117-2

Notice Santécom: