Rapport annuel de gestion 2018-2019

L’année a marqué les 20 ans de l’Institut, les 45 ans du Centre de toxicologie du Québec et les 125 ans du Laboratoire de santé publique du Québec. Les dossiers relatés dans le chapitre des faits saillants illustrent partiellement l’ampleur du travail accompli et sont répartis selon les grands axes de sa mission.

On y apprend que l’Institut a participé à cinq consultations publiques au sujet de la violence conjugale, des boissons alcooliques, du cannabis, des substances psychoactives, de la publicité en lien avec les produits de vapotage. L’Institut a produit 159 publications scientifiques, en plus de divers produits sous forme de sommaires, bulletins, présentations infographiques, ligne du temps, guides et trousses médias.

C’est sans compter le soutien apporté par l’Institut aux autorités régionales de santé publique notamment dans le cadre du G7 à la Malbaie ou encore pour l’enquête Qanuilirpitaa menée au Nunavik afin d’établir le portrait de santé de la population de cette région.

L’Institut tient à participer à l’optimisation des pratiques. Il l’a fait par le biais de cadres de référence ou encore par de multiples formations : gestion des risques; consommation d’opioïdes, administration de la naloxone, risques psychosociaux en milieu de travail, changements climatiques pour ne nommer que celles-là.

Un total de 156 455 échantillons a été confié pour analyse au Centre de toxicologie du Québec (CTQ) et au Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ). L’un comme l’autre a participé à d’autres chantiers, par exemple : l’analyse de substances dans l’urine chez les utilisateurs de drogues illicites fréquentant des cliniques de supervision d’injection pour le CTQ; le soutien au virage qualité du réseau OPTILAB pour le LSPQ.

Bien qu’il desserve en priorité le ministère de la Santé et des Services sociaux, les autorités régionales de santé publique et les établissements du réseau de la santé et des services sociaux, l’Institut tente par certains outils d’encourager les acteurs de la vie collective à s’engager en faveur d’une population en meilleure santé. Il a produit des trousses adressées aux médias sur la façon de traiter les sujets délicats de l’intimidation et des tueries de masse; une ligne du temps interactive et informative pour illustrer la progression de l’obésité au Québec; une collection de feuillets intitulés OPUS destinés aux professionnels et aux décideurs qui ont à élaborer, à soutenir ou à mettre en place des environnements bâtis sains et sécuritaires.

Pour en savoir plus sur les réalisations de l’année 2018-2019 et sur les ressources qui ont contribué à la mission d’expertise et d’excellence de l’Institut, consultez le rapport annuel de gestion 2018-2019.