Immunisation

  • 12 juillet 2011

    La rubéole est une maladie généralement bénigne, sauf lorsqu’elle est contractée par une femme enceinte au cours des 20 premières semaines de grossesse et qu’il y a transmission à l’enfant à naître. L’infection peut entraîner chez le bébé un syndrome de rubéole congénitale (SRC) qui peut provoquer de la surdité, des cataractes, des malformations cardiaques ou un retard mental.

    L’objectif du programme québécois de vaccination contre la rubéole est de prévenir le SRC. Ce programme est basé principalement sur la vaccination des enfants à l’âge de 12 mois. Il est complété par diverses mesures dont la vérification de la protection contre la rubéole chez les femmes en âge de procréer et chez les femmes enceintes.

    Le Comité consultatif national sur l’immunisation (CCNI) et le...

  • 10 mai 2011

    En avril 2008, un comité scientifique regroupant des professionnels et médecins rattachés à l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) soumettait une proposition pour l'élaboration et l'implantation d'un plan de promotion de la vaccination à la Table de concertation nationale en maladies infectieuses (TCNMI). La proposition a été acceptée par la TCNMI et un soutien financier a été accordé à l'INSPQ par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) pour l'élaboration de ce plan. Un comité consultatif, formé d'une dizaine d'experts québécois impliqués et intéressés par la promotion de la vaccination, a été créé pour soutenir les travaux du comité scientifique. Le Plan québécois de promotion de la vaccination a été publié en février 2010. Le présent plan d'action en...

  • 11 mars 2011

    En résumé, les formulations adolescentes/adultes des vaccins dcaT-Polio entraînent une fréquence des réactions locales et de la fièvre plus faible que les formulations du jeune enfant (DCaT-Polio), tout en induisant des niveaux d'anticorps semblables et plus élevés que les niveaux qui ont amené une efficacité vaccinale de 85 % contre la coqueluche dans les essais cliniques menés chez les enfants. Cette fréquence moins élevée d'effets secondaires permettra d'améliorer l'acceptabilité du vaccin tout en gardant une bonne efficacité.

    Il n'y a pas eu d'analyse économique, car nous avons assumé que le prix du dcaT-Polio sera égal ou inférieur à celui du DCaT-Polio-Hib. Sur cette base, le Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) considère donc que les formulations à contenu...

  • 13 janvier 2011

    La vaccination est une stratégie très efficace pour réduire l'incidence des maladies évitables par l'immunisation. Plusieurs nouveaux vaccins destinés tant aux nourrissons qu'aux adultes ont fait leur apparition. Toutefois, il n'existe pas au Québec une organisation de la vaccination des adultes comparable à celle mise en place pour les enfants et qui tiendrait compte des besoins particuliers de cette clientèle. Dans ce contexte, il sera important que le réseau de la santé et ses partenaires soient bien organisés pour faire face à une éventuelle augmentation de la demande de vaccination, de sorte que l'accessibilité aux services soit préservée.

    En ce sens, l'offre de vaccination dans les pharmacies peut représenter une avenue qui doit être explorée, puisqu'elle pourrait...

  • 3 janvier 2011

    En avril 2009, le Comité consultatif national sur l'immunisation a recommandé que l'administration d'une dose de vaccin antiméningococcique pour les adolescents soit intégrée au calendrier de vaccination systématique, et ce, même si l'adolescent a déjà été vacciné dans le cadre d'un programme de vaccination systématique des nourrissons ou des enfants de 1 an.

    À la suite de cette annonce, le directeur national de santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a invité le Comité sur l'immunisation du Québec à s'exprimer sur la pertinence d'une telle mesure dans le contexte particulier du Québec. Plus spécifiquement, quatre questions ont été posées :

    1. Est-ce que le Québec devrait aller de l'avant avec une telle recommandation?
    2. Si...
  • 29 novembre 2010

    En 2009, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a demandé au Comité sur l'immunisation du Québec de préparer un avis sur l'utilité relative de deux nouveaux vaccins pneumococciques conjugués, tenant compte de la situation épidémiologique actuelle. Un modèle de simulation a été développé, afin d'estimer l'impact des deux vaccins et de calculer des indices coût-efficacité marginaux. Les résultats d'études d'immunogénicité ont été utilisés pour estimer l'efficacité des vaccins en l'absence de données concernant la protection clinique. Il apparaît que le vaccin pneumococcique 13-valent (VPC-13) offre des avantages en termes de prévention des infections invasives, des séquelles de méningite et de décès. Il existe également plus d'incertitude quant à l'impact potentiel du...

  • 8 novembre 2010

    En octobre 2007, le Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) a publié le document Prévention par la vaccination des maladies attribuables aux virus du papillome humain au Québec. Ces recommandations sont rappelées à l'annexe A.

    Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a acheminé une demande au CIQ, afin d'évaluer la pertinence d'élargir l'accès à la vaccination gratuite contre les virus du papillome humain (VPH) aux personnes âgées de 18 ans et plus. La demande initiale transmise au MSSS, et dont nous avons eu copie, portait sur l'évaluation de la pertinence d'élargir la gratuité de la vaccination contre les VPH pour trois groupes particuliers : les femmes immunosupprimées, les femmes infectées par le VIH et les femmes fréquentant les refuges du centre-...

  • 1 juillet 2010

    Le Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) a formulé en octobre 2007 des recommandations pour l'implantation d'un programme de vaccination contre les virus du papillome humain (VPH) au Québec. Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS) a annoncé, le 11 avril 2008, qu'un programme de vaccination contre les VPH débuterait dès septembre 2008. Le programme vise les filles de 4e année du primaire, un rattrapage en 3secondaire pour les cinq premières années ainsi qu'une offre de services pour les filles de 4e et 5e secondaire, fréquentant l'école ou non, au cours de la première année. Un tel programme a le réel potentiel de réduire l'incidence du cancer du col utérin et celle d'autres maladies attribuables aux VPH. Il s'...

  • 19 avril 2010

    L'immunisation constitue l'une des plus grandes réussites en matière de santé publique. Elle est en effet reconnue comme une des mesures les plus efficaces pour prévenir la mortalité, la morbidité et les complications des maladies infectieuses chez les enfants. Les succès dans ce domaine ne sont toutefois pas acquis et il faut exercer une vigilance à cet égard sans quoi les risques de résurgence de ces maladies évitables sont bien réels. Il est donc essentiel de monitorer la couverture vaccinale de façon continue afin de maintenir à un niveau optimal la protection de la population, particulièrement des enfants, contre les maladies évitables par la vaccination. La couverture vaccinale correspond à la proportion de la population visée qui a reçu toutes les doses requises d'un vaccin...

  • 15 mars 2010

    Contexte
    Au cours des 50 dernières années, la vaccination a sauvé plus de vies au Canada que tout autre intervention sanitaire. Toutefois, il ne faut pas considérer les réussites liées aux programmes de vaccination comme des acquis. La vaccination n'est pas obligatoire au Québec et demeure un acte volontaire. Le succès des programmes d'immunisation repose donc sur la confiance de la population et des professionnels de la santé. Il ne faut pas attendre qu'une controverse suscite un doute dans la population pour faire la promotion active de la vaccination. En ce sens, ce plan de promotion de la vaccination constitue un premier effort, afin d'optimiser et de structurer les activités de promotion de la vaccination à l'échelle provinciale tout en tenant compte des...

Pages

Souscrire à Immunisation