Immunisation

  • 21 mars 2013

    En 2004, le vaccin contre la diphtérie, la coqueluche et le tétanos (dcaT) est devenu disponible au Québec et a remplacé le vaccin contre la diphtérie et le tétanos (d2T5) pour la vaccination en 3e secondaire. Une seule dose de vaccin est également recommandée aux adultes qui n'ont pas reçu une dose à l'adolescence. Ce vaccin n'a toutefois pas remplacé le d2T5 dans les urgences par crainte de survaccination et d'augmentation des réactions locales. Dans ce contexte, le ministère de la Santé et des Services sociaux a demandé au Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) s'il était encore justifié d'exercer cette prudence à l'égard du dcaT.

    Le présent avis comprend entre autres une revue de littérature sur les recommandations actuelles à l'égard du dcaT et sur la...

  • 7 mars 2013

    Une campagne de vaccination de masse a été réalisée durant l'automne 2009 au Québec, afin de contrôler une pandémie causée par le virus de l'influenza A(H1N1). Un vaccin monovalent A(H1N1) inactivé adjuvanté (AS03) a été principalement utilisé. À la fin de la campagne, 57 % de la population cible avait été vaccinée. Vu l'histoire de survenue du syndrome de Guillain-Barré (SGB) dans une situation similaire en 1976 aux États-Unis, un mandat d'enquête épidémiologique a été donné, avec l'objectif de détecter tout excès de risque dans les semaines suivant l'administration de ce vaccin.

    La période d'étude a débuté le 13 octobre 2009 pour se terminer le 31 mars 2010. Les cas de SGB survenus au cours de cette période ont été recherchés de deux façons. Premièrement, le SGB a été mis sur...

  • 21 février 2013

    Le présent avis porte sur le choix d'un vaccin méningococcique conjugué, tant pour la primovaccination des jeunes enfants que pour la dose de rappel en 3e année du secondaire. Pour préparer cet avis, une revue extensive de la littérature a été réalisée, les données épidémiologiques disponibles au Québec et au Canada ont été analysées et un modèle d'analyse économique a été élaboré. L'épidémiologie des infections invasives à méningocoque est décrite. Les avantages et inconvénients des différents vaccins et les calendriers possibles sont présentés. Des indications sont données sur les impacts épidémiologiques potentiels de différents calendriers et sur les différentiels de coût entre les vaccins conjugués contre le sérogroupe C et les vaccins conjugués quadrivalents A, C, W-...

  • 6 décembre 2012

    Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) du Québec lançait à l'automne 2008 le Programme de vaccination gratuite contre les virus du papillome humain (VPH) (Programme VPH) ciblant à l'école les filles de la 4e année du primaire et de la 3e année du secondaire. Le programme prévoyait aussi la vaccination gratuite des adolescentes de moins de 18 ans par des modalités déterminées dans chacune des régions. La présente évaluation, réalisée à la demande du MSSS, s'intéresse au volet du programme visant les adolescentes de 3e secondaire et celles de moins de 18 ans, et plus particulièrement, à la vaccination hors du milieu scolaire. L'évaluation concerne l'an 1 (2008-8009), l'an 2 (2009-2010) et dans une moindre mesure l'an 3 (2010-2011) du...

  • 26 octobre 2012

    Dans les rapports du Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) de 1991 et 2005, deux options pour la vaccination contre l'hépatite B étaient envisagées : la vaccination des préadolescents ou la vaccination des nourrissons à la condition qu'un vaccin hexavalent contre la diphtérie, la coqueluche, le tétanos, la poliomyélite, les infections à Haemophilus influenzae de type b et l'hépatite B (DCaT-Polio-Hib-VHB) soit utilisé.

    Étant donné l'épidémiologie de la maladie et le fait que le vaccin hexavalent n'était pas disponible, le programme de vaccination des préadolescents en milieu scolaire à l'école a été choisi et implanté en 1994 chez les jeunes de 4e année du primaire. Ce programme, qui permet d'atteindre des couvertures vaccinales de 85 à 88 %, s'est avéré...

  • 13 août 2012

    Les virus du papillome humain (VPH) appartiennent à la famille des Papillomaviridae, qui comprend au moins une centaine de génotypes affectant la peau ou les muqueuses. Parmi ces derniers, une quarantaine affectent plus particulièrement la région anogénitale et une quinzaine sont oncogènes. Les génotypes 16 et 18 sont responsables de 70-76 % des cancers du col utérin dans le monde. Les génotypes 6 et 11, non oncogènes, sont responsables de la plupart des cas de condylomes.

    Les données de prévalence et d'incidence des infections aux VPH sont estimées à partir d'études épidémiologiques et sont mieux documentées chez les femmes que chez les hommes. La prévalence des VPH varie largement selon la région géographique, l'âge, la sous-population sélectionnée et la méthode de...

  • 23 mai 2012

    Le vaccin à virus vivant atténué contre l'influenza (VVAI), Flumist®, administré par vaporisation intranasale, est approuvé pour les personnes âgées de 2 à 59 ans. Le Comité consultatif national sur l'immunisation (CCNI) a recommandé dans son énoncé pour la saison 2011-2012 que, compte tenu des données d'efficacité et d'immunogénicité, le VVAI soit privilégié chez les enfants et adolescents âgés de 2 à 17 ans bien portants. Le CCNI indique également que, pour les enfants atteints de maladies chroniques, les données étaient insuffisantes pour recommander l'utilisation préférentielle du VVAI plutôt que le vaccin trivalent inactivé (VTI). Le Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) a également recommandé, lors de sa réunion du mois de juin 2011, que le VVAI soit utilisé de façon...

  • 23 mai 2012

    The live attenuated influenza virus vaccine (LAIV), Flumist®, administered by intranasal spray, is approved for people aged 2-59 years. The National Advisory Committee on Immunization (NACI) recommended in its statement for the 2011-2012 season that, given its efficacy and immunogenicity, LAIV should be used preferentially for healthy children and adolescents aged 2 to 17 years. NACI also indicates that LAIV can be used for children with chronic diseases, other than immune compromising conditions or severe asthma, but that there were insufficient data to recommend the preferential use of LAIV over trivalent inactivated vaccine (TIV). The Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) also recommended, at its June 2011 meeting, that LAIV should be used preferentially in healthy children aged...

  • 10 janvier 2012

    En décembre 2004, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec implantait un programme universel d'immunisation contre le pneumocoque avec le vaccin conjugué heptavalent (VPC-7). Le calendrier recommandé comprenait trois doses plutôt que les quatre recommandées par le fabricant. Un programme de rattrapage jusqu'à 5 ans a aussi été implanté. Il est donc important d'évaluer soigneusement les effets d'un tel programme.

    On estime que 1,6 million de personnes dont les deux tiers sont des enfants de moins de 5 ans, meurent chaque année d'infections invasives à pneumocoque (IIP) dans le monde. Avant l'introduction du vaccin conjugué, chez les enfants québécois de moins de 5 ans, cette bactérie était responsable d'environ 300 cas d'infection invasive (méningite et...

  • 16 novembre 2011

    La varicelle est une infection virale très contagieuse et très répandue chez les enfants. En effet, avant l'ère de la vaccination, cette maladie touchait près de 90 % des enfants de moins de 12 ans. Au Canada, on estime que 350 000 cas de varicelle par année conduisaient à environ 1 500 hospitalisations (dont les 2/3 chez des sujets préalablement en bonne santé), 125 000 consultations médicales et 5-10 décès par année. Bien que généralement bénigne, la varicelle peut engendrer de graves complications et occasionnellement le décès, particulièrement chez l'adulte et chez l'enfant immunodéprimé. Elle est également responsable d'un lourd fardeau économique, attribuable principalement aux coûts indirects. De plus, 10-30 % des personnes infectées vont développer plus tard un zona, une...

Pages

Souscrire à Immunisation