Immunisation

  • 5 janvier 2015

    Au printemps 2011, le Québec a fait face à la plus grande éclosion de rougeole en Amérique du Nord depuis une décennie avec 678 cas confirmés. L'investigation de l'école où l'éclosion a commencé a révélé que 4,7 % des étudiants n'avaient reçu aucune dose de vaccin contre la rougeole.

    Parmi les étudiants ayant reçu deux doses de vaccin, ceux dont la première dose avait été administrée à 12 mois avaient un risque 4 fois plus élevé de faire la rougeole que ceux qui l'avaient reçue à 15 mois. À partir de cette école, la rougeole s'est répandue et a affecté davantage les étudiants du niveau secondaire que ceux du niveau primaire.

    L'épidémie a touché 8 des 18 régions de la province. Cependant, 65 % de tous les cas résidaient dans les territoires de deux CLSC et les raisons...

  • 11 décembre 2014

    Le ministère de la Santé et des Services sociaux a confié le mandat à l'Institut national de santé publique du Québec de proposer des pistes d'action en fonction des facteurs qui pouvaient expliquer les raisons de la faible couverture vaccinale contre l'influenza des enfants de 6-23 mois.

    Depuis 2004 au Québec, la vaccination des enfants de 6-23 mois contre l'influenza a été incluse au programme gratuit. Or, les couvertures vaccinales obtenues dans ce groupe sont bien en deçà des objectifs visés. Elles sont en décroissance depuis les dernières années. En effet, lors de la campagne de vaccination contre l'influenza de 2011-2012, seulement un enfant sur huit avait reçu les deux doses requises du vaccin, alors qu'à l'automne 2007, un enfant sur quatre les avait reçues. Les...

  • 28 octobre 2014

    To control the spread of the meningococcal serogroup B disease in the Saguenay–Lac-Saint-Jean region which has had a higher incidence rate compared with the rest of the province since 2004, a vaccination campaign was undertaken and targeted individuals 20 years and younger residing in or attending an educational institution in this region. An enhanced surveillance system was implemented to monitor the onset of adverse events following immunization (AEFI) in real time in order to be able to promptly notify the Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS, Ministry of Health and Social Services) and the Direction de la santé publique (DSP, public health unit) of the Saguenay–Lac-Saint-Jean Health Region (RSS 02) about the occurrence of a safety issue in connection with this new...

  • 16 octobre 2014

    S'inscrivant dans la foulée de la démarche de promotion de la vaccination au Québec, ce document présente une synthèse des études sur les connaissances, attitudes et pratiques au regard à la vaccination au Québec et des interventions efficaces pour favoriser des attitudes positives par rapport à la vaccination, et ce, autant chez la population que les professionnels de la santé. Cette mise à jour de la littérature permet de mieux circonscrire les facteurs externes et internes susceptibles d'avoir un impact sur le processus de planification des interventions de promotion de la vaccination.

    Afin de compléter la synthèse qualitative des connaissances, une consultation d'experts, selon une méthode Delphi, a été réalisée pour identifier des interventions à prioriser dans l'...

  • 9 septembre 2014

    Afin de contrôler une situation de transmission du méningocoque de sérogroupe B plus élevée dans la région sociosanitaire (RSS) du Saguenay–Lac-Saint-Jean (02) que dans le reste du Québec et qui perdure depuis 2004, une campagne de vaccination ciblée a été menée auprès des jeunes de 20 ans et moins qui résident ou qui fréquentent un établissement d'enseignement dans cette région. Une surveillance rehaussée a été mise en place pour monitorer en temps réel la survenue de manifestations cliniques inhabituelles (MCI) survenant après l'immunisation, afin de pouvoir informer rapidement le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) et la Direction de santé publique (DSP) de la RSS 02 de l'émergence d'un problème de sécurité lié à ce nouveau vaccin à quatre composantes (4CMenB)....

  • 12 août 2014

    Le Comité sur l'immunisation du Québec recommande que le calendrier de vaccination comportant deux doses espacées de 6 mois soit celui utilisé pour les filles et les garçons âgés de 9 à 13 ans inclusivement. Pour les jeunes de 9 à 13 ans qui ont reçu une seule dose du vaccin, la deuxième dose (espacée de 6 mois) devrait être administrée avant qu'ils atteignent l'âge de 15 ans. Dans le cas contraire, et pour toutes les personnes débutant leur vaccination à l'âge de 14 ans et plus, elles devront recevoir 3 doses.

  • 10 juillet 2014

    Vingt deux mille cent cinq cas de maladies évitables par la vaccination (MEV) a ont été déclarés et saisis dans le registre central des MADO pour l’ensemble de la période 2000-2010. Alors que certaines MEV sont sous le seuil d’élimination ou présentent une très faible incidence, le nombre de cas et le taux d’incidence d’autres MEV sont plus élevés. Ainsi, aucun cas de poliomyélite ou de diphtérie n’a été déclaré entre 2000 et 2010 aux autorités de santé publique, alors que l’on comptait 5 cas de tétanos, 14 de rubéole et 2 de rubéole congénitale.

    Des valeurs relativement plus élevées ont été observées pour l’hépatite B chronique (8 664 cas) et la coqueluche (6 580 cas) bien que les tendances générales au cours de la période d’étude pour ces deux MEV étaient à la baisse (voir le...

  • 4 juillet 2014

    Les sages-femmes jouent un rôle important dans la prévention de la maladie et la promotion de la santé des nourrissons. La politique de périnatalité du MSSS, 2008-2018, prévoit que les sages-femmes assurent le suivi périnatal et assistent l'accouchement de 10 % des femmes enceintes d'ici 2018. Au Québec, la pratique des sages-femmes a officiellement été reconnue en 1999. Les sages-femmes réalisent le suivi prénatal des grossesses qui se déroulent normalement, l'accouchement et le suivi du nouveau-né et de la mère pendant six semaines en post-partum. Depuis 2008, elles peuvent administrer deux vaccins lorsque la situation le requiert (hépatite B au nouveau-né et rubéole à la mère). Cependant, l'acceptabilité de la vaccination par les sages-femmes du Québec est peu décrite. L'objectif de...

  • 20 juin 2014

    In 2007, the Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) recommended an extended schedule exclusively for immunization against the human papilloma virus (HPV) starting in grade 4 (0, 6, 60 months); the committee also stated that the third dose should be administered “if judged necessary.” Since the introduction of the Québec HPV immunization program in 2008, similar programs (two doses administered six months apart and a possible third dose if necessary) have been introduced in Mexico and British Columbia. In 2012, the committee of immunization experts in Switzerland recommended for pre-adolescents a schedule comprising two doses administered six months apart. In recent years, a number of studies have been published on the immunogenicity of HPV vaccines administered according to...

  • 22 avril 2014

    Depuis la dernière éclosion d'infections invasives à méningocoque (IIM) causée par un clone virulent de sérogroupe C entraînant une campagne de vaccination de masse avec un vaccin conjugué (en 2001), ainsi que la mise en œuvre d'un programme d'immunisation de routine des enfants (en 2002) et des adolescents (en 2013), la grande majorité des IIM au Québec sont causées par des souches de sérogroupe B (IIM-B). Le Québec est la province canadienne où l'incidence des IIM-B est la plus élevée et il existe des disparités dans les taux d'incidence au niveau régional. En 2003, un clone particulier de sérogroupe B, ST-269, a été identifié au Québec et s'est propagé d'abord chez les adolescents et les jeunes adultes pour ensuite atteindre les jeunes enfants. Actuellement, ce clone représente une...

Pages

Souscrire à Immunisation