Comité sur l'immunisation du Québec

  • 28 novembre 2007

    Selon le groupe de travail, les constats suivants doivent être pris en compte dans la décision d'ajuster ou de modifier le PIIQ.

    Fardeau de la maladie

    • Le fardeau de la morbidité et de la mortalité de l'influenza est considérable, ce qui en fait un problème de santé publique important.

    Caractéristiques du vaccin

    • Les données d'efficacité vaccinale montrent que le vaccin antigrippal dans sa présentation actuelle est relativement efficace, mais pas autant que les autres vaccins utilisés généralement dans le cadre du PQI. Cependant, les données d'efficacité du vaccin antigrippal pour certaines populations, dont notamment les jeunes enfants, sont incomplètes.

    Programme, scénario et...

  • 1 mai 2006

    Depuis le début des programmes de vaccination, les infirmières ont joué un rôle de premier plan et elles ont ainsi significativement contribué à la réduction et au contrôle des maladies infectieuses. Une étude menée en 1998 auprès des vaccinateurs québécois révélait toutefois que les infirmières avaient globalement une attitude moins favorable face à la vaccination que les médecins omnipraticiens et pédiatres. En effet, seulement 59 % des infirmières se retrouvaient dans la catégorie «nbsp;très favorable à la vaccinationnbsp;» à savoir qu'elles étaient convaincues de l'utilité, de la sécurité et de l'efficacité des vaccins comparativement à 92 % des pédiatres et à 87 % des omnipraticiens.

    Cette situation est particulièrement préoccupante car les infirmières jouent un rôle...

  • 17 mars 2006

    Le présent avis a été produit en réponse à une demande du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) à l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Le ministère désirait savoir si la vaccination annuelle contre l'influenza devait être recommandée aux travailleurs des industries aviaire et porcine du Québec dans le but de prévenir l'infection de ces personnes par le virus humain, réduisant ainsi le risque théorique de réassortiment des gènes des virus influenza humains, aviaires ou porcins advenant une co-infection par des virus d'origine différente. De plus, si la vaccination annuelle était recommandée, on demandait de préciser si des distinctions devaient être faites en fonction des différents groupes de travailleurs ou des tâches effectuées.

    Le présent...

  • 8 septembre 2005

    En octobre 2002, le Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) mandatait un groupe de travail pour réviser le programme de vaccination contre l'hépatite B et étudier la possibilité d'introduire un programme de vaccination universelle contre l'hépatite A. On demandait au Groupe de travail sur les hépatites A et B de produire deux documents décrivant le fardeau des infections à virus de l'hépatite A et l'hépatite B au Québec, les caractéristiques des vaccins, les avantages, le coût, la faisabilité et l'acceptabilité des changements possibles dans les programmes de prévention de ces maladies.

    Ce document revoit le programme actuel d'immunisation contre l'hépatite B au Québec ainsi que les données scientifiques publiées depuis le précédent rapport du CIQ en décembre 1991. Le plan...

  • 14 juin 2005

    In Canada, the first 7-valent pneumococcal conjugate vaccine (PCV-7) was licenced in 2001. The manufacturer's recommendation is to administer three doses at an early age for primary immunization and a booster dose during the second year (Wyeth-Ayerst Canada Inc. 2001). The recommendation of the National Advisory Committee on Immunization (NAIC) is to give 3 doses of vaccines at the same time as the other vaccines provided in the schedule at the ages of 2, 4 and 6 months, and the booster dose between 12 and 15 months (NAIC 2002). An economic analysis done for Canada indicated that such a program would significantly reduce the burden of disease in children, but that the cost-effectiveness indices, established for a purchase price of $58 per dose, were not favorable compared to other...

  • 27 janvier 2005

    À la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, le présent avis a été préparé afin d'évaluer la pertinence d'un programme d'immunisation contre les infections pneumococciques de l'enfant comportant un nombre réduit de doses de vaccin pneumococcique conjugué 7-valent (VPC-7). Cet avis fait suite à un premier avis émis en 2002 et tient compte des résultats de nouvelles études. La stratégie de vaccination de routine qui comporte 4 doses de VPC-7 (2, 4, 6 et 12 mois) est celle qui sert de référence. Les stratégies qui lui sont comparées comportent trois doses administrées à l'âge de 2, 4 et 6 mois, ou à l'âge de 2, 4 et 12 mois, ou encore une stratégie comportant 2 doses administrées à 2 et 4 mois. Un modèle de simulation a été développé pour estimer les bénéfices...

  • 24 février 2004

    Les implants cochléaires sont des prothèses auditives insérées par chirurgie dans l’oreille interne, au niveau de la cochlée. Ces implants sont munis d’électrodes sophistiquées qui fonctionnent en transformant les vibrations sonores en stimulations électriques qui peuvent être captées par le nerf auditif, permettant alors aux personnes avec une surdité neurosensorielle de récupérer des capacités auditives (NIH Consensus Development Panel on Cochlear Implants in Adults and Children, 1995).

    À la lumière des données actuellement disponibles, il semble que le risque de méningite observé chez les porteurs d'implants cochléaires est supérieur au taux attendu qu'on peut retrouver dans la population générale. Bien qu'il soit ardu de...

  • 20 septembre 2002

    En 1998, un groupe de chercheurs britannique appelé Inflammatory bowel study group et dirigé par le Dr Andrew Wakefield, a publié dans la revue Lancet, une série de 12 cas en évoquant l’hypothèse d’une possible relation causale entre l’immunisation avec le vaccin combiné rougeole-rubéole-oreillons (RRO), la survenue d’une maladie inflammatoire de l’intestin et une régression comportementale subséquente pouvant correspondre à une manifestation du spectre de maladies du comportement associées à l’autisme. Cet article a provoqué une forte couverture médiatique et a suscité beaucoup d’inquiétudes chez les parents et les professionnels de la santé au point de réduire, en particulier au Royaume-Uni, la couverture vaccinale avec le vaccin RRO.

    Ces préoccupations ont atteint le Québec...

  • 13 août 2002

    Au début de l’année 2001, une recrudescence des infections causées par une souche virulente de méningocoque de groupe C a été observée au Québec. Cette situation a amené les autorités de santé publique à mettre sur pied une campagne d’immunisation visant l’ensemble des Québécois âgés de vingt ans ou moins. Un nouveau vaccin conjugué a été utilisé. La campagne a débuté au mois de septembre 2001 et s’est terminée au début de l’année 2002. Des estimations provisoires font état d’un taux de couverture de la population cible de l’ordre de 82 %.

    Suite à cette campagne, se pose la question de l’introduction du vaccin méningococcique C conjugué (VMCC) dans le calendrier régulier d’immunisation des enfants au Québec. Si une telle décision devait être prise, il s’agirait également de...

  • 12 mars 2002

    Durant l’année 2000, il s’est avéré que les tests de dépistage de l’immunité contre la rubéole pratiqués dans certains laboratoires n’étaient pas conformes aux recommandations du « National Committee on Clinical Laboratory Standards » et des notices d’utilisation des fabricants. Le ministère de la Santé et des Services sociaux a donc demandé à l’Institut national de santé publique de préparer un avis scientifique qui lui permettrait de faire les démarches nécessaires pour corriger cette situation et en mitiger les conséquences. L’avis a été préparé par un Comité scientifique ad hoc et validé par le Comité sur l’Immunisation du Québec.

    La poursuite du programme d’immunisation systématique des enfants et le rattrapage chez les immigrants constituent le meilleur investissement des...

Pages

Souscrire à Comité sur l'immunisation du Québec