Marc Rhainds

  • 14 avril 2006

    Les immunoglobulines (ou Ig) sont des protéines présentes dans le sérum sanguin et dans divers liquides biologiques, jouant un rôle essentiel dans la défense de l’organisme contre les agressions. Il existe cinq classes d’immunoglobulines, soit les IgG, IgA, IgM, IgD et IgE. Les IgE constituent le support immunologique de l’hypersensibilité de type 1 (ou immédiate) dont les manifestations apparaissent dans les minutes qui suivent le contact renouvelé avec un allergène sensibilisant. Le terme « allergie » est souvent employé pour qualifier les réactions d’hypersensibilité de type 1, bien que cette dénomination englobe également certains types d’eczéma. Les IgE, qui sont sécrétées contre les allergènes, entraînent la libération d’histamine, substance responsable de l’apparition des...

  • 22 novembre 2004

    Le groupe de travail a reçu de l'Institut national de santé publique (INSPQ) le mandat de, en collaboration avec le réseau des Directions de santé publique (DSP), le laboratoire de la Direction de la toxicologie humaine de l'INSPQ et l'Institut Robert Sauvé de recherche en santé et en sécurité du travail (IRSST), proposer, en tenant compte des valeurs normales dans la population générale et pour les substances chimiques pour lesquelles un indice biologique existe, les valeurs seuils de déclaration par les laboratoires.

    Le groupe de travail propose une première révision des niveaux de déclaration après la première année de mise en vigueur du règlement puis à tous les trois ans selon les nouvelles données disponibles. Parallèlement à la date de révision, de nouvelles substances...

  • 22 novembre 2004

    Cet avis vient en support au groupe de travail sur les maladies à déclaration obligatoire d'origine chimique, dirigé par M. Guy Sanfaçon. Suite à la relecture du document d'appui permettant de définir les seuils des indicateurs biologiques à déclaration obligatoire (LeBlanc et al., 2003a), le groupe de travail a revu les seuils proposés pour certains contaminants notamment dans une perspective de mieux protéger la santé de la population générale. Le présent avis vise à donner un éclairage au groupe de travail sur les niveaux de mercure dans le sang et l'urine considérés anormalement élevés et sur la valeur seuil à partir de laquelle les laboratoires seraient dans l'obligation de déclarer à la santé publique.

    Les valeurs guides pour le mercure dans le sang et l'urine...

  • 5 avril 2004

    Diverses agences gouvernementales, des groupes environnementaux ainsi que le public en général sont préoccupés, depuis quelques années, par la présence de plus en plus répandue de phtalates, une famille de composés chimiques retrouvés dans les produits de consommation. L’utilisation de phtalate de dibutyle, notamment dans les cosmétiques, de phtalate de di-isononyle dans les jouets et les articles de puériculture, ainsi que de phtalate de di-2-éthylhexyle dans certains dispositifs médicaux ont fait l’objet de nombreuses discussions, de rapports et d’avis de santé. Le risque lié au relargage (en très petite quantité, de façon...

  • 16 février 2004

    En décembre 2002, le ministère de la Santé et des Services sociaux a confié à l'Institut le mandat de proposer les définitions nosologiques et les critères nécessaires pour gérer efficacement les maladies à déclaration obligatoire (MADO) par substances chimiques. Ce travail s'est fait en collaboration avec les directions de la santé publique et l'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et sécurité du travail. Ce rapport s'inscrit dans ce mandat.

    Ce document d’appui est destiné à faciliter la surveillance et, le cas échéant, la déclaration des intoxications par toutes les substances chimiques aéroportées se présentant sous forme de gaz, de fumées ou de vapeurs et dont la toxicité est essentiellement de nature irritative. Les définitions proposées visent à améliorer la...

  • 5 janvier 2004

    Depuis quelques années, et même récemment, divers groupes environnementaux et des agences gouvernementales sont préoccupés par la présence de composés chimiques de plus en plus répandus dans les produits de consommation, soit les phtalates. L'utilisation notamment de phtalate de dibutyle (DBP) dans les cosmétiques, de phtalate de diisononyle (DINP) dans les jouets et les articles de puériculture ainsi que de phtalate de di-2-éthylhexyle (DEHP) dans les dispositifs médicaux ont fait l'objet de nombreuses discussions, de rapports et d'avis de santé. Le risque lié au relargage et au potentiel toxique de ces produits constitue une préoccupation pour la santé des humains. Ce court document a pour objet de réviser l'état actuel des connaissances concernant la toxicité et l'exposition de la...

Pages

S'abonner à Marc Rhainds