Utilisation du vaccin AstraZeneca contre la COVID-19 dans le contexte du signal de thromboses avec thrombocytopénie suite à la vaccination

Cet avis scientifique met à jour celui émis le 7 mai 2021. Cet avis est aussi complémentaire à un avis antérieur général sur le vaccin AstraZeneca qui est disponible à l’adresse suivante : https://www.inspq.qc.ca/publications/3114-utilisation-vaccin-chad0x1ncov-19-covid19. Finalement, le terme « vaccin AstraZeneca » utilisé tout au long de l’avis s’applique également au vaccin Covishield.

Recommandations

Les recommandations suivantes viennent moduler celles émises par le CIQ le 7 mai 2021. Elles découlent des données disponibles sur l’impact de l’intervalle entre les deux doses de vaccin AstraZeneca de même que sur les informations récentes concernant la réactogénicité et l’immunogénicité d’un schéma vaccinal mixte combinant une première dose de vaccin AstraZeneca et une seconde dose de vaccin à ARN messager.

  • Le vaccin AstraZeneca est hautement efficace dans les études terrain et doit rester un outil dans notre arsenal de mesures efficaces pour contrôler la pandémie de la COVID-19. Il appartient à la catégorie des vaccins à vecteur viral qui présentent un risque de TTIV qui n’est pas rapporté avec les vaccins à ARN messager contre la COVID-19. Par conséquent, lorsque les vaccins à ARN messager sont disponibles, le CIQ maintient sa recommandation de les offrir de manière préférentielle à tous les individus qui appartiennent aux groupes pour lesquels ils sont autorisés, qui n’ont pas de contre-indication et qui débutent leur vaccination pour un calendrier à 2 doses. Cette recommandation générale est conforme à celle émise par le Comité consultatif national sur l’immunisation.
  • Comme les personnes de 45 ans et plus ont accès aux vaccins à ARN messager, le CIQ maintient sa recommandation de ne plus leur offrir systématiquement le vaccin AstraZeneca pour la première dose dans tous les groupes d’âge. Le vaccin AstraZeneca reste cependant recommandé pour les personnes âgées de 18 ans et plus qui présentent une contre-indication à l’utilisation d’un vaccin à ARN messager et qui doivent débuter ou compléter leur vaccination.
  • Pour les personnes de moins de 45 ans qui auraient reçu le vaccin AstraZeneca comme 1re dose, il apparaît raisonnable, par précaution en lien avec le risque de TTIV, de privilégier un vaccin à ARN messager pour la 2e dose. Une personne désirant malgré tout recevoir une deuxième dose de vaccin AstraZeneca pourrait se la voir offrir, après explications et consentement éclairé lié au risque plus élevé de TTIV chez les personnes de moins de 45 ans et à la recommandation de privilégier un vaccin à ARN messager.
  • Pour les personnes de 45 ans et plus qui auraient reçu le vaccin AstraZeneca comme 1re dose, le même vaccin ou un vaccin à ARN messager pourrait être utilisé pour la seconde dose. Cette recommandation est conforme à celle émise par le CCNI.
  • Le CIQ recommande d’utiliser un intervalle de 8 semaines ou plus entre les doses du vaccin AstraZeneca contre la COVID-19 pour obtenir une protection supérieure à celle fournie par l’intervalle minimal qui est de 4 semaines. Si des personnes devaient être vaccinées avec un intervalle plus court que 8 semaines, il serait important de les informer que l’efficacité du vaccin AstraZeneca semble augmenter avec un intervalle plus allongé entre les doses et d’obtenir un consentement éclairé. Cet intervalle de 8 semaines ou plus entre les doses pourrait aussi être utilisé dans le cadre d’un schéma mixte (vaccin AstraZeneca suivi d’un vaccin à ARN messager). L’étude d’immunogénicité disponible sur un schéma mixte prévoyait d’ailleurs un intervalle de 8 semaines ou plus entre les doses.
  • Le CIQ rappelle que les personnes ayant fait un TTIV (confirmé ou non) après la première dose du vaccin AstraZeneca de même que celles ayant un antécédent de thrombocytopénie induite par l’héparine ne devraient pas recevoir le vaccin AstraZeneca.
  • Le CIQ recommande de bien informer les personnes à vacciner et les professionnels de la santé de la survenue rare, mais possible du TTIV après la vaccination avec le vaccin AstraZeneca, de même que des manifestations cliniques à surveiller.
  • Certaines de ces recommandations pourront être révisées au besoin en fonction de l’évolution de l’épidémiologie de la COVID‑19 au Québec, la présence de certains variants qui pourraient augmenter la virulence du SRAS-CoV-2, la disponibilité des différents vaccins contre la COVID-19 de même que de l’avancement des connaissances sur ce sujet.
Signal de cas de thromboses avec thrombocytopénie après la vaccination avec le produit d’AstraZeneca  et le Covishield

Comité: 

Sujet(s): 

Collection: 

Type de publication: