COVID-19 : Mesures de prévention en milieux de travail pour les travailleuses enceintes ou qui allaitent

Recommandations intérimaires pour les travailleuses enceintes ou qui allaitent, en contexte d’identification précoce des cas et de confinement.

Depuis le 31 décembre 2019, l’éclosion d’infections respiratoires aigües et de pneumonies atypiques causées par le virus SARS-CoV-2 a évolué rapidement.

Le 11 mars 2020, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié l’éclosion de pandémie.

Les données épidémiologiques de la situation mondiale sont disponibles sur le site de l’OMS : https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019

Les données canadiennes et québécoises sont disponibles aux adresses suivantes :

Les informations disponibles démontrent l’évolution rapide du nombre de cas. Au moment d’écrire ces lignes, il n’y a pas de transmission communautaire documentée au Québec. Toutefois il existe déjà un risque d’exposition au virus puisque des cas importés ont été identifiés. Il est donc nécessaire de prévoir des mesures en conséquence.

Les données scientifiques et épidémiologiques actuelles appuient le fait que la transmission du SARS-CoV-2 semble se faire de façon prédominante via les gouttelettes lors de contacts étroits prolongés. Toutefois, une transmission aérienne opportuniste (par de fines gouttelettes de sécrétions respiratoires aérosolisées) est aussi rapportée lors de certaines conditions spécifiques comme dans des espaces fermés et lors de la réalisation d’activités susceptibles d’augmenter l’aérosolisation. Cette possibilité de transmission aérienne doit donc être prise en compte puisqu’elle peut avoir un impact important en milieu de soins.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a confié à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) le mandat de former un groupe de travail chargé d’élaborer des recommandations intérimaires pour les milieux de travail et dans le cadre de l’application du retrait préventif et de l’affectation de la travailleuse enceinte ou qui allaite.

Le groupe de travail est composé de médecins et de professionnels de différents domaines de la santé publique, en santé au travail et en maladies infectieuses, provenant de l’INSPQ, des deux communautés médicales de pratique du Réseau de santé publique en santé au travail du Québec (RSPSATQ) : Communauté médicale de pratique d’harmonisation Pour une maternité sans danger (CMPH-PMSD) et Communauté médicale de pratique en santé au travail du Québec (CMPSATQ) et du Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec.

Ces recommandations s’appuient sur le cadre de référence en gestion des risques pour la santé publique au Québec (INSPQ, 2016).

Ces recommandations visent à soutenir les médecins désignés et les équipes régionales et locales de santé au travail du RSPSATQ dans la prise de décision quant aux demandes d’affectation préventive de la travailleuse enceinte ou qui allaite au regard du programme Pour une maternité sans danger (LSST, RLRQ c S-2.1, articles 40 et 46).


Les informations présentées dans ce document seront ajustées selon l’évolution de la situation épidémiologique et des nouvelles connaissances scientifiques sur le SARS-CoV-2, la COVID-19 et les impacts sur la grossesse, l’enfant à naître et l’enfant allaité.

Ce document doit être consulté de façon complémentaire aux autres documents produits par l’Institut national de santé publique du Québec sur la COVID-19. La version la plus à jour de ces documents est accessible sur le site Web de l’INSPQ.


1. Caractéristiques épidémiologiques et cliniques

Le lecteur pourra se référer aux documents produits par l’INSPQ : https://www.inspq.qc.ca/covid-19


2. Issues défavorables de la grossesse

Peu de littérature est actuellement disponible sur les effets de l’infection SARS-CoV-2 chez la femme enceinte en regard des issues défavorables de la grossesse.

La souche de coronavirus incriminée actuellement (SARS-CoV-2) est la plus récente des sept souches de coronavirus qui causent des maladies chez l’humain. Des six autres souches, quatre ne causent que des symptômes respiratoires mineurs et deux ont été associées à des maladies graves et parfois mortelles, soit le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) en 2003 et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) depuis 20121.

Il y a toutefois proximité entre le génome du SARS-CoV-2 actuel et le SARS-CoV-1 (agent du SRAS).

Pour le SARS-CoV-1, une étude publiée en février 2020 fait état de douze femmes enceintes infectées au cours de l’épidémie de 2002-2003 (sept femmes au premier trimestre de grossesse et cinq femmes au deuxième et au troisième trimestre de grossesse). Pendant le premier trimestre, quatre des sept femmes ont fait un avortement spontané (AS) et pendant les deuxième et troisième trimestres, deux des cinq femmes ont présenté un retard de croissance intra-utérine et quatre des cinq femmes ont accouché prématurément2,3,4.

Le CDC5 mentionne aussi des cas d’AS observés avec le SARS-CoV-1 et le MERS-CoV6.

Dans une étude de neuf femmes enceintes (entre la 36e et la 39e semaine de grossesse) atteintes de la COVID-19, il n’y a eu aucune infection intra-utérine documentée7. Il n’y a pas eu non plus de transmission intra-utérine avec le SARS-CoV-1.

Une étude rétrospective portant sur 10 nouveaux nés (dont deux jumeaux) de mères ayant contracté une pneumonie à SARS-CoV-2, confirmée durant la grossesse, a été menée entre le 20 janvier et le 5 février 2020. Les femmes enceintes présentaient une symptomatologie de fièvre et de toux, dans quatre des neuf cas, avant l’accouchement, dans deux cas, au moment de l’accouchement et dans trois cas, après l’accouchement. Il est à noter qu’une femme enceinte présentait aussi de la diarrhée.

Quatre enfants sont nés à terme et six enfants sont nés prématurément; deux nouveau-nés avaient un faible poids de naissance (FPN); les enfants ont présenté des troubles respiratoires à la naissance (6), de la fièvre (2), une thrombocytopénie avec fonction hépatique anormale (2), de la tachycardie (1), des vomissements (1) et un pneumothorax (1). Au moment de la publication de cet article, le 10 février 2020, cinq enfants avaient eu leur congé du centre hospitalier, un enfant était décédé et quatre enfants étaient toujours hospitalisés dans une condition stable. Le lien causal est peu probable avec le FPN mais possible pour l’accouchement avant terme (AAT) et la détresse respiratoire des nouveau-nés.

Les prélèvements pharyngés de neuf enfants sur dix, un à neuf jours après la naissance, étaient négatifs. Les auteurs concluent que l’infection périnatale COVID-19 pourrait entraîner des problèmes chez le nouveau-né, mais que la transmission verticale demeure à être confirmée8.

Un article (étude de cas9) fait état d’une femme enceinte confirmée positive pour le SARS-CoV-2, symptomatique (fièvre) ayant voyagé dans une zone à risque et ayant accouché prématurément, à 30 semaines de grossesse, d’un nouveau-né en santé. Les prélèvements effectués chez l’enfant et le personnel soignant sont demeurés négatifs.

Une dernière étude fait état de 13 femmes enceintes hospitalisées (âge maternel entre 22 et 36 ans) pour fièvre accompagnée de fatigue, dont trois avec troubles respiratoires. L’âge gestationnel variait entre 28 semaines et 36 semaines de grossesse. Le tableau clinique de COVID-19 chez ces patientes enceintes a varié d’une présentation asymptomatique à une présentation avec des complications sévères dont une pneumonie nécessitant des soins intensifs. Des issues défavorables de grossesse ont été répertoriées : rupture prématurée des membranes, mortinaissance, détresse respiratoire du nouveau-né. Aucune évidence sérologique de transmission verticale du SARS-CoV-2 n’a été documentée toutefois10.

Les connaissances sur les maladies associées aux deux autres coronavirus sont actuellement les principales sources d’information sur les issues défavorables de la grossesse et font état de complications sévères : avortement spontané, accouchement avant terme (AAT), complications chez la femme enceinte et le nouveau-né (coagulation intra vasculaire disséminée, insuffisance rénale, pneumonie bactérienne secondaire, septicémie (SRAS), prématurité, retard de croissance intra-utérin (RCIU), AAT et mortinaissance (MERS)11,12.

De plus, la transmission verticale demeure toujours un sujet d’étude.


3. Évaluation du risque et mesures de prévention et de contrôle dans les milieux de soins et dans la communauté

Le lecteur pourra se référer aux documents produits par l’INSPQ : https://www.inspq.qc.ca/covid-19


4. Recommandations concernant les travailleuses enceintes

Au Québec, la travailleuse enceinte ou qui allaite peut se prévaloir d’une affectation préventive en regard du programme Pour une maternité sans danger prévue dans la LSST13.

Les recommandations qui suivent s’inscrivent dans ce contexte légal et s’appuient sur les considérants suivants :

Dans le contexte actuel d’identification précoce des cas, de confinement et d’absence de transmission communautaire :

Considérant :

Que lors de la grossesse, l’immunité est réduite14 et que des changements physiologiques et immunologiques rendent la femme enceinte plus vulnérable aux infections respiratoires, dont la COVID-1915;

Que le SARS-CoV-1et le MERS-CoV sont associés à des issues défavorables de la grossesse et que le SARS-CoV-2 étant apparenté au SARS-CoV-1 et au MERS-CoV dans son génome, on peut craindre qu’il soit également la cause d’issues défavorables de la grossesse16;

Que les connaissances actuellement disponibles sur la COVID-19 et la grossesse se limitent à des infections acquises en fin de grossesse et sont insuffisantes pour suggérer l’absence d’issues défavorables de la grossesse;

Que l’incertitude subsiste de l’impact d’une infection avec le SARS-CoV-2 dans les premiers mois de la grossesse;

La détérioration assez rapide de certains patients plus vulnérables qui présentent des problèmes respiratoires dans le cours d’une infection avec le SARS-CoV-217;

Que l’appréciation actuelle du risque pour la femme enceinte et le foetus se base sur les expériences antérieures du SRAS et du MERS, sur les études actuellement disponibles depuis le début de l’éclosion du SARS-CoV-2 et sur l’appréciation du risque émise par différentes autorités nationales et internationales;

Que la prévention de la transmission de l’infection d’une personne sous investigation, d’un cas probable ou confirmé de COVID-19, requiert la mise en place dans les milieux de soins, de mesures administratives (ex. : triage et prétriage, réduction du nombre de personnel affecté aux soins du patient), de mesures de protection collective (ex. : étiquette respiratoire, isolement d’un cas) et de mesures de protection comme l’adhésion aux pratiques de base et aux précautions additionnelles ainsi que le port de l’équipement de protection individuelle recommandé selon le mode de transmission de l’infection;

Qu’aucun vaccin ni traitement spécifique ne sont actuellement disponibles.

Le principe de prudence18 doit donc guider les recommandations actuelles.


5. Recommandations concernant les travailleuses enceintes (milieux de soins incluant les cliniques médicales dédiées)

Dans le contexte actuel d’identification précoce des cas, de confinement et d’absence de transmission communautaire :

Nous recommandons, et ce, pour toute la durée de la grossesse, d’affecter immédiatement les travailleuses de manière à éliminer :

  • La présence dans un même local (chambre, salle de traitement, etc) avec les personnes sous investigation ou les cas probables ou confirmés de COVID-19;
  • Les soins, les prélèvements, les examens médicaux, les examens paracliniques et les traitements des personnes sous investigation ou cas probables ou confirmés de COVID-19;
  • Le transport des personnes sous investigation ou cas probables ou confirmés de COVID-19;
  • Les tâches reliées au nettoyage et à la désinfection de l’environnement, du matériel et des effets personnels ayant été en contact avec une personne sous investigation, un cas probable ou confirmé de COVID-19;
  • La gestion des dépouilles qui étaient des personnes sous investigation ou des cas probables ou confirmés de COVID-19;
  • Les contacts, soins ou traitements des personnes sous investigation ou cas probables ou confirmés de COVID-19 en confinement au domicile ou en hébergement;
  • Toutes tâches dans les secteurs ou les établissements déclarés en isolement pour la COVID-19 par les autorités de l’établissement concerné.

6. Recommandations concernant les travailleuses enceintes dans les autres milieux de travail

L’appréciation de la situation devra tenir compte de l’évolution de la situation épidémiologique, des connaissances scientifiques et des recommandations des autorités nationales de santé publique.


7. Recommandations concernant les travailleuses allaitantes

Appréciation en cours selon l’évolution de la situation épidémiologique et des connaissances scientifiques.


8. Facteur de risque au Système informatique en santé au travail

Dans un souci d’harmonisation du traitement des demandes de réaffectation préventive de la travailleuse enceinte ou qui allaite, le facteur de risque biologique SARS-CoV-2 COVID-19 a été ajouté à la liste déroulante des facteurs de risque dans le Système d’information en santé au travail (SISAT). Cet outil permettrait aussi la surveillance des demandes pour lesquelles ce facteur de risque est retenu par les médecins désignés dans l’évaluation du poste et des tâches de travail des travailleuses enceintes.


  1. Coronavirus CCOVID-19- Professionnels de la santé - MSSS, 23 février 2020.
  2. Favre, Guillaume et a.l, 2019-nCoV epidemic: what about pregnancies? The Lancet, 6 février 2020.
  3. Rasmussen, S. et al., Coronavirus disease 2019 (COVID-19) and pregnancy : What obstetricians need to know, American Journal of Obstetrics and gynecology, 18 février 2020
  4. Qiao, J. What are the risks ofCOVID-19 infection in pregnant women, The Lancet, 12 février 2020.
  5. CDC : Centre pour le contrôle et la prévention des maladies : principale agence fédérale américaine en matière de protection de la santé publique
  6. CDC, Coronavirus Disease 2019 and pregnancy QR, 21 février 2020.
  7. Chen, Huijun et al., Clinical characteristics and intrauterine vertical transmission potential of COVID-19 infection in nine pregnant women : a retrospective review of medical records, The Lancet, 12 février 2020.
  8. Zhu, H. et al., Clinical analysis of 10 neonates born to mothers with 2019-n-CoVpneumonia, Translational Pediatrics, 6 février 2020.
  9. Wang, X. et al., A case of 2019 novel coronavirus in a pregnant woman with preterm delivery, Department of hepatology and gastroenterology, Soochow University, Chine, février 2020.
  10. Liu Y. et al., Clinical manifestations and outcome of SARS-CoV-2 infection during pregnancy, Journal of infection, 27 février 2020.
  11. Rasmussen, S. et al., Coronavirus disease 2019 (COVID-19) and pregnancy : What obstetricians need to know, American Journal of Obstetrics and gynecology, 18 février 2020.
  12. Favre, G. et al., Guidelines for pregnant women with suspected SARS-CoV-2 infection, The Lancet, 3 mars 2020.
  13. Loi de santé et sécurité du travail RLRQ c S-2.1, articles 40 et 46.
  14. Blackburn S., Maternal, fetal and neonatal Physiology, Elsevier, 5e édition, 2017.
  15. CDC, Coronavirus Disease 2019 and pregnancy QR, 21 février 2020.
  16. SOGC, https://www.sogc.org/fr/accueil/fr/content/default.aspx?hkey=dbd35909-18... 28 janvier 2020.
  17. CDC, Interim Considerations for Infection Prevention and Control of Coronavirus Disease 2019 (COVID-19) in Inpatient Obstetric Healthcare Settings, mars 2020.
  18. La prudence se traduit par la précaution dans le cas des risques potentiels et par la prévention dans le cas des risques avérés (INSPQ, Gestion des risques en santé publique au Québec : cadre de référence, 2016)

Références

  • Agence de santé publique du Canada : https://www.canada.ca/fr/sante-publique.html
  • Blackburn, S., Maternal, fetal and neonatal Physiology, 2017, Elsevier, 5e edition.
  • CDC, Frequently asked questions and answers : coronavirus disease 2019 (COVID-19) and pregnancy, 21 février 2020.
  • CDC COVID-19, Interim considerations for infection prevention and control of coronavirus disease 2019 (COVID-19) in Inpatient Obstetric Healthcare Settings, mars 2020.
  • Chen, H. et al., Clinical characteristics and intrauterine vertical transmission potential of COVID-19 infection in nine pregnant women : a retrospective review of medical records, The Lancet, 12 février 2020.
  • Favre, G. et al., 2019-nCoV epidemic : what about pregnancies? The Lancet, 6 février 2020.
  • Favre, G. et al., Guidelines for pregnant women with suspected SARS-CoV-2 infection, The Lancet, 3 mars 2020.
  • Ministère de la Santé et des Services sociaux : https://www.msss.gouv.qc.ca/professionnels/
  • Organisation mondiale de la santé : https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019
  • Rasmussen, S. et al., Coronavirus disease 2019 (COVID-19) and pregnancy: What obstetricians need to know, AJOG, 18 février 2020. https://doi.org/10.1016/j.ajog.2020.02.017
  • Qiao, J. What are the risks of COVID-19 infection in pregnant women? The Lancet, 12 février 2020
  • Zhu, H. et al., Clinical analysis of 10 neonates born to mother with 2019-nCoV pneumonia, Translational Pediatrics, 2020, 9 (1) : 51-60 http://dx.doi.org/10.21037/tp.2020.02.06
  • Wang, X. et al., A case of 2019 Novel Coronavirus in a pregnant woman with preterm delivery, Department of hepatology et gastroenterology, Soochow University, février 2020.
  • Liu, Y. Clinical manifestations and outcome of SARS-CoV-2 infection during pregnancy, Journal of infection, 27 février 2020.
  • Liang, H., Acharya G., Novel coronavirus disease (COVID-19) in pregnancy : What clinical recommendations to follow? Acta Obstet Gynecol Scand, 2020; 00 : 1-4.
  • SOGC : https://www.sogc.org/fr/accueil/fr/content/default.aspx?hkey=dbd35909-18..., 28 janvier 2020.

Documents consultés

  • Boldog, P. et al., Risk assessment of novel coronavirus COVID-19 outbreaks outside China, Journal of Clinical Medicine, 19 février 2020.
  • Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale, Coronavirus, mesures de prévention, février 2020.
  • Comité médical provincial d’harmonisation Pour une maternité sans danger, Avis en matière de retrait préventif de la travailleuse enceinte ou qui allaite : Virus de la grippe pandémique A(H1N1), 13 novembre 2009.
  • De Chang et al., Protecting health-care workers from subclinical coronavirus infection, The Lancet, 13 février 2020.
  • Deng, S., Peng, HJ, Characteristics of and public health responses to the coronavirus disease 2019 outbreak in China, Journal of Clinical Medicine, 20 février 2020.
  • Gostic, K. et al., Estimated effectiveness of symptom and risk screening to prevent the spread of COVID-19, Université de Chicago, 2020.
  • Heymann, D., Shindo, N., COVID-19 : what is next for public health? The Lancet, 12 février 2020.
  • Institut national de santé publique du Québec, Avis : Retrait préventif de la travailleuse enceinte en lien avec la grippe pandémique A(H1N1), 2009.
  • Institut national de santé publique du Québec, COVID-19 (SARS-CoV-2) : Recommandations intérimaires sur les mesures de prévention et contrôle des infections à appliquer en présence d’une personne sous investigation, d’un cas probable ou confirmé ou d’un contact dans la communauté, Comité permanent MRSI, version 1.0, 26 février 2020.
  • Institut national de santé publique du Québec, COVID-19 : Avis du CINQ : gestion du risque pour la protection respiratoire en milieux de soins aigus, version 1.0, 25 février 2020.
  • Institut national de santé publique du Québec, COVID-19 : Recommandations intérimaires sur les mesures de prévention et contrôle des infections pour les milieux de soins aigus, CINQ, version 3.0, 25 février 2020.
  • Institut national de santé publique du Québec, La gestion des risques en santé publique au Québec : cadre de référence, 2016.
  • Institut national de santé publique du Québec, Prévention de la transmission des maladies respiratoires sévères d’origine infectieuse (MRSI), de l’influenza aviaire A (H5N1) et de la grippe A (H1N1) d’origine porcine dans les milieux de soins, 22 mai 2009.
  • Institut national de santé publique du Québec, Prévention de la transmission des maladies respiratoires sévères d’origine infectieuse (MRSI), de l’influenza aviaire A (H5N1) et de la grippe A (H1N1) d’origine porcine dans les milieux de soins, Mise à jour des recommandations portant sur la grippe A (H1N1), 29 juin 2009.
  • Institut national de santé publique du Québec, Travailleuses enceintes ou qui allaitent en milieu de soins : risque de maladie à virus Ébola et recommandations sur les mesures de prévention, novembre 2014.
  • Jung, S. et al., Real time estimation of the risk of death from novel coronavirus (COVID-19) Infection : inference Using Exported Cases, Journal of Clinical Medicine, 14 février 2020.
  • Kam, K. et al., A well infant with coronavirus disease 2019 (COVID-19) with high viral load, Singapore, National Public Health Laboratory, National Centre for Infectious Disease, 2020.
  • Kobayashi, T. et al., Communicating the risk of death from Novel Coronavirus Disease (COVID-19), Journal of Clinical Medicine, 21 février 2020.
  • Kooraki, S. et al., Coronavirus outbreak : What the Department of radiology should know, Journal of American College of Radiology, 22 février 2020.
  • Ministère de la Santé et des Services sociaux de l’Ontario, Lignes directrices sur le nouveau coronavirus (nCoV-2019) associé à Wuhan, en Chine, pour les employeurs et les travailleurs de la santé, 7 février 2020.
  • Ministère de la Santé et des Services sociaux, Protocole ministériel préhospitalier, janvier 2020.
  • Ministère de la Santé et des Services sociaux, Recommandations : Maladies respiratoires sévères infectieuses d’étiologie indéterminée, août 2013.
  • MMWR, Update: Public health response to the Coronavirus Disease 2019 Outbreak-United States, vol 69, 24 février 2020.
  • Nishiura, H. et al., Initial cluster of novel coronavirus (2029-nCoV) infections in Wuhan, China is consistent with substantial human-to-human transmission, Journal of Clinical Medicine, 2020, 9, 488.
  • Osborn, M. et al., Briefing on COVID-19 : Autopsy practice relating to possible cases of COVID-19 (2019-nCov, novel coronavirus from China 2019-2020), The Royal College of Pathologists, England and Whales, février 2020.
  • Ralph, R. et al., 2019-nCoV (Wuhan virus), a novel Coronavirus: human-to-human transmission, travel-related cases, and vaccine readness, The Journal of infection in developing countries 2020 : 14(1):3-17.
  • Société française d’hygiène hospitalière, Avis relatif au traitement du linge, au nettoyage des locaux ayant hébergé un patient confirmé à 2019-n-CoV et à la protection des personnels, 7 février 2020.
  • SOGC, Coronavirus 2019, 28 janvier 2020.
  • Sun, P. et al., Understanding of COVID-19 based on current evidence, Chinese Academy of medical science, 2020.
  • Tang, B. et al., An updated estimation of the risk of transmission of the novel coronavirus (2019-nCoV), Infectious Disease Modelling 5 (2020) 248-255.
  • Thompson, R. et al., Novel coronavirus outbreak in Wuhan, China, 2020: Intense surveillance is vital for preventing sustained transmission in new locations, Journal of Clinical Medicine, 2020, 9, 498.
  • Xia, J. Non-invasive respiratory support for patients with novel coronavirus pneumonia: clinical efficacy and reduction in risk of infection transmission, Chinese Medical Journal, 2020.
  • Yu P., A familial cluster of infection associated with the 2019 novel coronavirus indicating potential person-to-person transmission during the incubation period, Infectious Diseases Society of America, février 2020.
  • Zhang J. et al., Therapeutic and triage strategies for 2019 novel coronavirus disease in fever clinics, Lancet Respir Med, 13 février 2020.
  • Zunyou, Wu, McGoogan, Jennifer, Characteristics of an important lessons from the coronavirus disease 2019 (COVID-19) Outbreak in China, JAMA, 24 février 2020.

AUTEURS
Myreille Arteau, médecin-conseil
Stéphane Caron, médecin-conseil
Groupe scientifique maternité et travail, Direction des risques biologiques et de la santé au travail
Francine Codère, coprésidente, Comité médical provincial d’harmonisation Pour une maternité sans danger, et médecin-conseil,
Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Estrie – CHUS
Jasmin Villeneuve, médecin-conseil, Comité des infections nosocomiales, Direction des risques biologiques et de la santé au travail

COLLABORATEURS
Reiner Banken, coprésident, Comité médical provincial d’harmonisation Pour une maternité sans danger et médecin-conseil, Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval
Ghislain Brodeur, coordonnateur des programmes de santé au travail, Ministère de la Santé et des Services sociaux
Geoffroy Denis, médecin-conseil, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux Montréal Centre-Sud
Judith Fafard, microbiologiste-infectiologue, Laboratoire de santé publique du Québec
Marie-Pascale Sassine, chef d’unité scientifique, Direction des risques biologiques et de la santé au travail

RÉVISEURS
Marc Dionne, médecin-conseil, Direction des risques biologiques et de la santé au travail
Denis Laliberté, médecin-conseil, Comité des infections nosocomiales et Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale

SOUS LA COORDINATION DE
Marie-Pascale Sassine, chef d’unité scientifique, Direction des risques biologiques et de la santé au travail

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: