COVID-19 (SRAS-CoV-2) : Recommandations intérimaires sur les mesures de prévention en milieux de travail pour les travailleuses enceintes ou qui allaitent

Les recommandations intérimaires sur les mesures de prévention en milieux de travail pour les travailleuses enceintes et les travailleuses qui allaitent visent à soutenir les médecins désignés et les équipes régionales et locales de santé au travail du Réseau de la santé publique en santé au travail dans la prise de décision quant aux demandes d’affectation préventive au regard du programme Pour une maternité sans danger. En vertu de ce programme, une femme enceinte ou qui allaite peut demander d’être affectée à des tâches ne présentant pas de dangers pour elle-même du fait de sa grossesse, pour l’enfant à naître ou pour l’enfant allaité.

Dans cette mise à jour, les recommandations quant à l’affectation préventive des travailleuses demeurent sensiblement les mêmes que celles proposées dans la version précédente, mais elles s’appuient maintenant sur des données scientifiques de qualité qui n’existaient pas en début de pandémie. Certaines de ces recommandations ont été précisées et tiennent compte des plus récentes recommandations faites pour l’ensemble des milieux de travail, sur l’émergence des variants sous surveillance rehaussée (VSSR) et sur la vaccination. Les recommandations sont faites avec la même approche prudente que celle utilisée depuis le début de la pandémie, alors qu’on en connaissait peu sur le virus.

Une revue de la littérature a permis de répondre à certaines questions sur l’effet de la COVID-19 sur la santé de la femme enceinte et de son enfant à naître ou de l’enfant allaité.

  • La présence de certains facteurs est associée à un risque plus élevé d’infection au SRAS-CoV-2 chez les femmes enceintes.
  • Les principaux symptômes de la COVID-19 rapportés chez la femme enceinte sont la fièvre, la toux, la fatigue, la dyspnée, les myalgies, les céphalées, le mal de gorge, la perte du goût et de l’odorat (agueusie et anosmie), et la diarrhée.
  • Les données suggèrent que les femmes enceintes atteintes de COVID-19 présentent un risque accru de maladie sévère comparativement aux femmes non enceintes.
  • Certaines issues défavorables de grossesse ou chez le nouveau-né sont décrites.
  • En ce qui concerne l’enfant allaité, les études suggèrent à l’heure actuelle que la COVID-19 chez la mère n’est pas une contre-indication à l’allaitement maternel.

Selon les connaissances actuelles, la COVID-19 peut être transmise par des personnes symptomatiques, asymptomatiques ou en phase présymptomatique porteuses de l’infection. Dans un contexte de circulation soutenue du virus dans la communauté, certaines mesures préventives générales doivent être mises en place dans tout milieu de travail pour prévenir la transmission du virus SRAS-CoV-2. Les recommandations spécifiques pour la travailleuse enceinte prévoient l’élimination des tâches à risque et la mise en place d’autres mesures préventives. Nous ne recommandons pas d’affectation préventive des travailleuses qui allaitent.

Les recommandations du présent avis s’appuient sur un principe de hiérarchie des mesures de prévention et de protection en santé au travail en fonction de leur efficacité dans le contexte particulier de la COVID-19 et de ses variants. C’est la combinaison de toutes ces mesures de prévention qui permet de limiter la transmission du virus. Une veille active sur l’effet de la vaccination de la femme enceinte ou qui allaite est en cours. De nouveaux résultats et le changement de la situation épidémiologique au Québec pourraient justifier une mise à jour prochaine de ces recommandations.

COVID-19 : Recommandations intérimaires sur les mesures  de prévention en milieux de travail pour les travailleuses enceintes ou qui allaitent

Auteur(s): 

Comité: 

Sujet(s): 

Type de publication: