Consensus d’experts sur la définition de zone endémique et sur les critères des niveaux de risque d’acquisition de la maladie de Lyme au Québec

Dans le cadre des maladies à déclaration obligatoire, il importe d’utiliser un vocabulaire commun à l’ensemble des directions de santé publique pour répertorier et classer les cas humains déclarés. Ce document présente les étapes du processus de réflexion ayant mené à un consensus sur la définition de zone endémique et sur les critères des niveaux de risque d’acquisition de la maladie de Lyme au Québec.

La maladie de Lyme est causée par la bactérie Borrelia burgdorferi qui se transmet par la piqûre d’une tique Ixodes scapularis infectée. Au Québec, la maladie de Lyme est à déclaration obligatoire depuis 2003. La déclaration des cas humains de cette maladie se fait par les directions de santé publique (DSP) qui ont l’obligation de signaler tous les cas répondant à la définition nosologique et qui sont rapportés par les médecins et les laboratoires. La définition nosologique prend en compte plusieurs critères, dont le diagnostic clinique, le résultat des épreuves de laboratoire et l’exposition du patient dans une zone où la maladie est endémique (ci-après appelée zone endémique).

En 2015, un premier exercice d’établir un consensus sur les définitions nosologiques des cas humains de maladie de Lyme et des zones endémiques a été effectué par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) et les DSP concernées par la problématique de la maladie de Lyme sans que ces définitions ne soient nécessairement adoptées uniformément par toutes les régions par la suite.

En 2016, le MSSS a mandaté l’INSPQ pour mettre en place un groupe de travail et élaborer une définition de zone où la maladie de Lyme est endémique applicable à l’ensemble du Québec et que toutes les DSP du Québec utiliseraient dans le cadre des maladies à déclaration obligatoire (MADO).

Par la suite, le Groupe d’experts sur les maladies transmises par les tiques a été sollicité pour développer les indicateurs qui permettraient de définir les zones endémiques de maladie de Lyme au Québec à partir des différents types de surveillance, soit la surveillance humaine, la surveillance acarologique passive et la surveillance active.

Ce travail a mené à une révision globale des critères des niveaux de risque d’acquisition de la maladie de Lyme à la suite d’une piqûre de la tique Ixodes scapularis, basés sur les données de surveillance humaine et surveillance acarologique passive et active. En 2015, cinq niveaux de risque ont été définis pour les municipalités du Québec. En 2017, les critères ont été repensés et simplifiés par le Groupe d’experts de façon à conserver deux niveaux de risque: risque significatif (qui correspond aux zones endémiques) et risque présent.15 peuvent être consultées dans le programme de surveillance.

Consensus d’experts sur la définition de zone endémique et sur les critères des niveaux de risque d’acquisition de la maladie de Lyme au Québec

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-84503-4

Notice Santécom: