Traumatisme non intentionnel

  • 9 janvier 2008

    Aboriginal people generally have higher traumabased death and hospitalization rates than the rest of the population. Nunavik residents were characterized by much higher death rates and lost potential years of life due to trauma (intentional and non intentional) than Quebecers as a whole during the periods 1991-1993 to 1997-1998. The Inuit of Nunavik also have higher hospitalization rates for trauma than do Quebecers as a whole, with a predominance of falls, off-road vehicle accidents, attempted murders and attempted suicides. This summary presents the results of the Nunavik Inuit Health Survey on transportation injuries and safety; it allows describing the prevalence of injuries among residents living in private households in Nunavik as reported during the 2004 survey.

    Injuries...

  • 9 janvier 2008

    Les Autochtones affichent en général des taux plus élevés de décès et d’hospitalisation à la suite d’un traumatisme que le reste de la population. Pour les périodes de 1991 à 1993 et de 1997 à 1998, les résidents du Nunavik se distinguaient de l’ensemble des Québécois par un taux de décès et d’années potentielles de vie perdue beaucoup plus élevé à la suite d’un traumatisme (intentionnel ou non). Les Inuits du Nunavik ont aussi des taux d’hospitalisation plus élevés à la suite de traumatismes que l’ensemble des autres Québécois; les chutes, les accidents automobiles hors route, les tentatives de meurtre et les tentatives de suicide en sont les causes les plus fréquentes. Ce résumé présente les résultats de l’Enquête de santé auprès des Inuits du Nunavik pour les blessures et la...

  • 19 décembre 2007

    Bien que le bilan routier se soit amélioré au cours des 20 dernières années, l'insécurité routière est encore responsable de plusieurs centaines de décès évitables à chaque année au Québec. En 2006, près de 37 000 accidents de véhicules ont occasionné des dommages corporels sur le réseau routier québécois dont 3714 blessés graves ayant nécessité une hospitalisation. La route a causé 717 morts cette même année (SAAQ, 2007a). Pour chaque décès, cinq victimes nécessiteront une hospitalisation, parmi lesquelles certaines conserveront des séquelles graves. Ce fléau affecte principalement la population jeune, cela se traduit par un nombre considérable d'années potentielles de vie perdues avant 65 ans (APVP), faisant de ces traumatismes une des principales causes de mortalité prématurée. Par...

  • 17 octobre 2007

    The Centre is composed of a group of public health institutions in Quebec under the scientific coordination of the Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) that, as part of its mission, establishes links with various organizations at the national and international level to promote cooperation and the sharing of knowledge.

    The mandate of the WHO Collaborating Centre was renewed until 2010. In keeping with its mission, the objectives of the action plan and the collaboration initiatives already undertaken, the Centre will, insofar as it is able and its expertise allows, participate in the implementation of initiatives pertaining to the WHO strategy for the prevention of violence and unintentional injuries.

    The Collaborating Centre hopes to play a more...

  • 17 octobre 2007

    Le Centre est formé d’un ensemble d’institutions du réseau de la santé publique du Québec sous la coordination scientifique de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) qui, de part sa mission, établit des liens avec différentes organisations, à l'échelle canadienne et internationale, de manière à favoriser la coopération et l’échange de connaissances.

    Le mandat du Centre collaborateur avec l’OMS a été renouvelé jusqu’en 2010. En conformité avec la mission et les objectifs du plan d’action et en continuité avec les activités de collaboration déjà entreprises, le Centre participera, dans la mesure de son expertise et de ses capacités, à la mise en oeuvre des différentes activités de la stratégie de l’OMS pour la prévention de la violence et des traumatismes non...

  • 9 juillet 2007

    The Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) is participating in the inquiry by appearing before the Board, submitting evidence and making representations.

    The INSPQ is affected by the Order of the Governor in Council, which prohibits the advertising, sale or importation of baby walkers within the meaning of section 9 of the Hazardous Products Act, for the following reasons: The INSPQ is an organization that was created in June 1998. It is a public health expertise and reference centre for Quebec. Its goal is to contribute to the advancement of knowledge and to propose intersectoral strategies and actions to improve population health and well-being. Trauma is a particular area of focus for the INSPQ. Since baby walkers represent a major safety issue, any...

  • 9 mai 2007

    D'un point de vue de santé publique, la route fait encore beaucoup trop de victimes, pour la plupart évitables : 704 décès et 6 397 blessés graves selon la SAAQ (2005). Le bilan des cinq dernières années (2000-2005) exprime une nette tendance à la hausse au Québec. En effet, le nombre de victimes décédées a augmenté de plus de 9 % entre 2004 et 2005 et les blessures graves de 14,2 %. Dans le réseau hospitalier, cela représente plus de 4 000 hospitalisations en moyenne par année (INSPQ, 2006).

    Les gains importants réalisés depuis vingt ans sont largement attribuables aux programmes qui se sont attaqués à la conduite avec facultés affaiblies, ont renforcé le port de la ceinture de sécurité, de même que la construction de véhicules plus sécuritaires. Cependant, plusieurs facteurs...

  • 28 mars 2007

    Le 23 mars 2004, le Gouverneur en conseil, sur recommandation du ministre de la Santé et en vertu du paragraphe 6 de la Loi sur les produits dangereux, a rendu un décret interdisant l'annonce, la vente et l'importation du produit connu comme étant une : « Marchette pour bébé montée sur roues ou autres objets similaires et comportant une enceinte qui supporte le bébé en position assise ou debout de sorte que ses pieds puissent toucher le sol et ainsi permettre le déplacement horizontal de la marchette. » 

    Dans une lettre du 21 mai 2004, un distributeur de marchettes pour bébé a demandé au ministre de la Santé le renvoi du décret devant une commission d'examen en vertu de l'article 8 de la Loi sur les produits dangereux.

    Le 2 juin 2006, le...

  • 9 décembre 2006

    Cet avis de santé publique sur la sécurité des piscines résidentielles et publiques répond à un mandat du ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, monsieur Philippe Couillard, à la suite du rapport du coroner René Charest sur le décès par noyade d'une adolescente de 13 ans. L'avis définit d'abord les conséquences sur la santé d'une exposition aux piscines, le contexte réglementaire entourant les piscines au Québec et ailleurs dans le monde et décrit les facteurs de risque et les mesures de protection pour prévenir les traumatismes liés à ce type d'équipement. L'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) formule un certain nombre de recommandations, sur la base des connaissances scientifiques et l'avis d'experts, quant aux mesures de protection à privilégier...

  • 5 octobre 2006

    La Direction de la promotion de la sécurité (DPS) du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) est responsable de l'application de la Loi sur la sécurité dans les sports. En vertu de celle-ci, un des mandats de la DPS est de veiller à ce que la sécurité et l'intégrité des personnes soient assurées à l'occasion de la pratique d'activités de loisir et de sport.

    Plusieurs indicateurs requis pour déterminer l'ampleur du phénomène des blessures associées à la pratique des activités de loisir et de sport au Québec viennent de cette étude effectuée auprès de la population. L'étude a été réalisée conjointement par la DPS du MELS et l'Unité connaissance-surveillance de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). À la demande de la DPS, l'INSPQ était responsable...

Pages

Souscrire à Traumatisme non intentionnel