Infection nosocomiale

  • 18 mars 2005
    1. Wet hands.
    2. Add 3 to 5 mL of soap or antiseptic solution.
    3. Scrub hands palm to palm.
    4. Scrub right hand’s palm on the back of the left hand, and vice versa.
    5. Scrub palm to palm, interlacing fingers.
    6. Scrub outer side of the fingers against the palm of the opposite hand.
    7. Scrub thumbs rotatively.
    8. Scrub fingertips of each hand in opposite palm.
    9. Rince and dry hands using paper towels; turn off water using the paper.
  • 18 mars 2005

    Avant de sortir de la chambre

    1. Enlever les gants.
    2. Détacher le cordon de la taille.
    3. Détacher le cordon du cou.
    4. Enlever la jaquette sans contaminer les vêtements.
    5. Tourner la jaquette à l’envers.
    6. Rouler la jaquette en boule et la jeter dans le sac à linge souillé ou à déchets (si à usage unique).
    7. Aller au lavabo et se laver les mains.
    8. Ouvrir la porte en utilisant le papier à main et jeter le papier dans la poubelle de la chambre, et puis sortir.
    9. Décontaminer les mains avec le gel alcoolisé.
  • 18 mars 2005
    • Les visiteurs doivent se présenter au poste des infirmières avant d'entrer dans la chambre. 
    • Le patient doit demeurer dans la chambre.
    • Porter des gants en tout temps dans la chambre.
    • Revêtir une blouse à manches longues en tout temps dans la chambre. L'enlever avant de quitter la chambre.
    • Procéder au lavage antiseptique des mains avant de quitter la chambre.
    • Réserver l'équipement de soins à l'usage exclusif du patient ou le désinfecter s'il est utilisé pour plusieurs patients.
  • 18 mars 2005

    Les infections nosocomiales sont des complications bien reconnues survenant suite à la prestation de soins de santé dans un milieu hospitalier ou suite à des interventions médicales de tout genre. Elles sont le résultat d'une interaction complexe entre l'hôte, ses conditions médicales de base, les organismes pathogènes de sa flore microbienne et de son environnement et les modes de transmission de ceux-ci. Ce n'est qu'au début des années 1980 que l'on a pu identifier de façon plus précise la portion de ces infections nosocomiales que l’on pouvait prévenir, environ le tiers, ainsi que les principes nécessaires et essentiels pouvant amener cette réduction (Haley, 1985). Depuis lors, l'application de ces principes a entrainé une explosion des connaissances à l'égard des mesures de...

  • 18 mars 2005
    • Visitors must show up at the nursing station prior to enter the room. 
    • The patient must stay in the room.
    • Always wear gloves when in the room. Throw them in the garbage before leaving the room.
    • Always wear a long-sleeved gown when in the room. Take it off before leaving the room.
    • Proceed to antiseptic handwashing when leaving the room.
    • Reserve the medical equipment for the patient’s exclusive use, or disinfect it if it is being used for several patients.
  • 18 mars 2005

    Je me lave les mains en respectant chaque étape :

    1. Mouiller les mains.
    2. Ajouter de 3 à 5 ml de savon ou de solution antiseptique.
    3. Savonner paume à paume.
    4. Frotter la paume de la main droite sur la surface dorsale de la main gauche et vice-versa.
    5. Frotter paume à paume, les doigts entrelacés.
    6. Frotter la face externe des doigts dans la paume de la main opposée.
    7. Frotter les pouces avec des mouvements rotatifs.
    8. Frotter le bout des doigts dans la paume de la main opposée.
    9. Rincer et sécher à l’aide de serviettes de papier. Fermer les robinets avec le papier.
  • 27 janvier 2005

    Une surveillance des diarrhées associées à Clostridium difficile (DACD) a été mise en place à la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et le groupe de travail de la Surveillance Provinciale des Infections Nosocomiales (SPIN) en collaboration avec l'Association des médecins microbiologistes infectiologues du Québec (AMMIQ).

    Ce premier rapport porte sur la surveillance de base qui concerne l'ensemble des 88 installations hospitalières (CH) incluses dans le programme. L'analyse a porté sur les DACD d'origine nosocomiale pendant les 3 premières périodes de surveillance. D'autres analyses plus détaillées, en particulier sur la surveillance des complications et les caractéristiques évolutives de l...

  • 20 décembre 2004

    En février 1999, le sous-comité de surveillance et des laboratoires de l’AMMIQ, issu du Groupe de travail sur les antimicrobiens (GRAM), recommandait à tous les laboratoires hospitaliers de participer, sur une base volontaire, à la surveillance épidémiologique des isolats d’entérocoques résistants à la vancomycine (ERV) et d’acheminer toutes ces souches au Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ)/Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

    Ainsi, les souches d’E. faecium ou d’E. faecalis présumées être résistantes à la vancomycine par les laboratoires des centres hospitaliers du Québec sont acheminées au LSPQ. Le LSPQ offre des services de confirmation de l’identification bactérienne, des analyses de sensibilité aux antibiotiques, la recherche...

  • 16 septembre 2004

    Le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a mis de l’avant, en janvier 2003, un programme de surveillance des infections envahissantes à Staphylococcus aureus suite à une demande du Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ).

    Ce nouveau programme vise à documenter de façon continue les prévalences provinciales et régionales de ces infections incluant celle des souches résistantes à la méthicilline. Cette activité se veut complémentaire aux initiatives du Groupe de travail sur la résistance aux antimicrobiens (GRAM) et de son sous-comité de surveillance et des laboratoires qui recueille une fois l’année depuis les quatre dernières années, des données sur la prévalence des souches de S. aureus...

  • 13 août 2004

    En février 1999, le sous-comité de surveillance et des laboratoires de l’Association des médecins microbiologistes et infectiologues du Québec (AMMIQ), issu du Groupe de travail sur les antimicrobiens (GRAM), recommandait à tous les laboratoires hospitaliers de participer, sur une base volontaire, à la surveillance épidémiologique des isolats d’entérocoques résistants à la vancomycine (ERV) et d’acheminer toutes ces souches au Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), accompagnées d’un questionnaire développé à cette fin.

    Ainsi, les souches d’E. faecium ou d’E. faecalis présumées être résistantes à la vancomycine par les laboratoires des centres hospitaliers du Québec sont acheminées au LSPQ. Le...

Pages

Souscrire à Infection nosocomiale