La présente étude s'inscrit dans le cadre des travaux préparatoires à l'application éventuelle des mesures de contrôle des populations de moustiques et vise à évaluer les risques potentiels pour l'environnement associés à l'utilisation de pesticides pour la prévention et le contrôle du virus du Nil occidental (VNO).

Pour les fins de la description du milieu d'insertion et l'évaluation des impacts, la région métropolitaine de Montréal (RMM) a été retenue comme zone d'étude. Cette zone d'étude présente des caractéristiques qui en font un territoire pertinent pour l'évaluation stratégique des impacts sur l'environnement du Plan d'intervention gouvernemental de protection de la santé publique contre le VNO. En effet, cette zone d'étude :

  • constitue un ensemble naturel représentatif de la faune et de la flore du Québec;
  • près de la moitié de la population de la province de Québec, soit environ 3,5 millions de personnes y habitent;
  • fait l'objet d'une grande diversité de formes d'occupation du territoire (résidentiel de faible à forte densité, commercial, industriel, agricole, territoires protégés, zones touristiques, espaces récréatifs et de plein air, etc.);
  • regroupe la majorité des secteurs où des interventions de prévention et de contrôle ont eu lieu en 2003, 2004 et 2005.

La RMM se situe au coeur de la province naturelle des «nbsp;Basses-terres du Saint-Laurentnbsp;». Cette province naturelle s'étend sur 29 000 km2 de part et d'autre du fleuve Saint-Laurent. C'est principalement un relief de plaine percée, par endroits, de rares collines (les Montérégiennes). L'altitude y est généralement inférieure à 100 m. La RMM recoupe 4 des 13 régions hydrographiques que compte le Québec. Les principaux cours d'eau sont le fleuve Saint-Laurent, la rivière des Outaouais, la rivière des Prairies, la rivière des Mille Îles, la rivière Châteauguay, la rivière l'Assomption et la rivière Richelieu.

Bien qu'elle soit perçue essentiellement comme étant une région urbaine, la RMM compte également des superficies forestières importantes et de nombreux milieux humides, dont une bonne partie est actuellement soumise aux pressions tributaires du développement et de l'étalement urbain.

C'est une région riche en habitats et en espèces fauniques, tant aquatique que terrestre. D'ailleurs, 160 espèces végétales et 32 espèces fauniques présentes sur le territoire de la RMM sont listées comme étant menacées, vulnérables ou susceptibles d'être ainsi désignées. De plus, la RMM compte un nompbre important d'aires protégées (57) et de conservation et elle compte un vaste réseau d'espaces bleu et vert dédiés à la pratique d'activités récréatives

Tout le territoire de la RMM est municipalisé, comportant au total 64 municipalités. La RMM vit une période de chambardement au plan politico-administratif, en raison principalement de la vague de fusion-défusion qui touche l'organisation territoriale.

La RMM constitue le principal bassin de population et le plus important centre économique du Québec. En 2000, la RMM se classait au 15e rang des grandes agglomérations nordaméricaines en ce qui concerne la population. Au recensement de 2001, la RMM comptait près de 3,426 millions d'habitants et un peu plus de 1,45 million de ménages. La population de la RMM est en majeure partie concentrée dans le secteur central (Île de Montréal, Laval). À elle seule, l'Île de Montréal comptait 1,8 million d'habitants en 2001, soit une part relative de 52 % de la population totale de la RMM.

Au fil des ans, la multiplication de structures administratives dans la RMM a entraîné la production d'un nombre important de documents d'orientation et d'outils de planification portant non seulement sur l'aménagement du territoire et sur l'urbanisme, mais également sur le développement économique, sur l'amélioration de la qualité de vie et sur le développement durable. Parmi ces documents, on compte divers règlements sur l'utilisation des pesticides qu'ont adoptés une vingtaine de municipalités de la RMM.

Note(s): 

Consulter la page sur le VNO

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

2-550-46429-X

ISBN (imprimé): 

2-550-46428-1

Notice Santécom: