Étude d'impact stratégique du Plan d'intervention gouvernemental de protection de la santé publique contre le virus du Nil occidental : rapport sectoriel 4 - Description du programme de contrôle vectoriel

L'introduction du virus du Nil occidental (VNO) en Amérique du Nord s'est confirmée en 1999, dans la ville de New York qui a alors procédé à des travaux de lutte contre les moustiques vecteurs du virus. Au Québec, le VNO a été décelé à l'été 2002 dans la grande région de Montréal et depuis, les autorités de santé publique ont mis en oeuvre annuellement des programmes ayant trois objectifs, soit la sensibilisation des citoyens au phénomène et aux moyens de protection individuelle, la détection précoce de l'activité virale sur le territoire et la lutte aux moustiques impliqués dans la transmission du virus.

Les interventions directes sur les populations de moustiques comprennent un arsenal de moyens, dont l'utilisation de larvicides et d'adulticides faisant l'objet du présent document de nature technique. Il y est fait état des techniques disponibles au Québec pour abaisser le nombre de moustiques vecteurs du VNO et ainsi diminuer la probabilité que des humains soient infectés par les piqûres de moustiques vecteurs de la maladie. Ce document se veut un outil d'aide à la décision lorsque des interventions avec des insecticides seraient requises dans un contexte de protection de la santé publique.

Une structure organisationnelle de lutte au moyen de larvicides est active au Québec depuis 2003. Oeuvrant sur un territoire prescrit annuellement par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), les intervenants utilisent trois larvicides différents (Bacillus thuringiensis israelensis, Bacillus sphaericus et méthoprène) appliqués de façon terrestre ou aérienne. Les moustiques visés sont les Culex pipiens et restuans que l'on retrouve à l'état larvaire dans des mares d'eau stagnante et dans les puisards de rue des réseaux de collecte des eaux de pluie. Les adulticides, appliqués par voie terrestre ou aérienne, n'ont jamais été utilisés au Québec dans un contexte de santé publique. Ils demeurent cependant un outil de dernier recours qui pourrait être exploité en cas de situation jugée épidémique.

Que l'on parle de larvicide ou d'adulticide, d'application terrestre ou aérienne, de prévention ou de contrôle des insectes, les interventions sont effectuées dans un cadre législatif déterminé, selon une séquence adaptée à la biologie des moustiques et en utilisant des techniques éprouvées de dispersion granulaire et d'atomisation de gouttelettes.

Enfin, le document fait état d'un scénario réaliste de mise en oeuvre de travaux d'application d'adulticides où sont décrites toutes les étapes, leur séquence dans le temps et les intervenants impliqués. Ce scénario sert de référence pour les analyses de risque également produites dans le cadre de l'étude d'impact sur l'environnement du programme de pulvérisations aériennes d'insecticides pour contrer le VNO en cas d'épidémie.

Note(s): 

Consulter la page sur le VNO

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

2-550-46152-5

ISBN (imprimé): 

2-550-46151-7

Notice Santécom: