Avis sur le plan de surveillance thématique sur l’itinérance

La Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a présenté le Plan de surveillance thématique sur l’itinérance (PSTI) pour examen au Comité d’éthique de santé publique (CESP). Le PSTI s’inscrit dans le cadre du Plan national de surveillance (PNS) et vise à bonifier les objets et indicateurs relatifs à l’itinérance, ainsi que les sources de données en lien avec cette thématique. Les indicateurs actuellement au PNS portent uniquement sur le nombre de personnes en situation d’itinérance (PSI) sur une période donnée. Il importe donc d’enrichir la surveillance de l’itinérance en ce qui a trait aux facteurs qui y sont associés.

Le plan propose d’abord de situer le PSTI dans le contexte de la fonction de surveillance en santé publique. Il décrit les démarches d’élaboration du plan comme tel, de même que les étapes de sa mise en oeuvre. La seconde partie du plan présente une définition de l’itinérance, énumère les dimensions de celle-ci et les principaux facteurs de risque ou de protection associés à ce phénomène. Le tout est schématisé dans un modèle conceptuel, qui reprend celui des déterminants de la santé. Les dimensions et les facteurs de l’itinérance sont, par la suite, présentés en association avec les objets de surveillance choisis. Leur pertinence est explicitée à l’aide de la littérature scientifique et des données probantes.

Le PSTI cible 28 objets de surveillance, dont 21 déjà inclus au PNS et 7 qui sont des ajouts à ce dernier. Des indicateurs (89) sont proposés pour mesurer ces réalités à des fins de surveillance. Parmi ceux-ci, plus de la moitié des indicateurs (64) constituent des ajouts au PNS, certains ont déjà été développés (23), la majorité sont à consolider (58), alors qu’une minorité doit être élaborée (8).

Le PSTI définit par la suite les angles d’analyse (variables de croisement) qu’il compte adopter et les sources de données retenues (données administratives et enquêtes populationnelles). Des considérations éthiques y sont abordées : elles se situent au niveau du consentement et de la confidentialité, du risque de stigmatisation, de l’équilibre entre les objets de surveillance et des espaces de dialogue. Le plan de diffusion des résultats est présenté à la toute fin du document. Les responsables mentionnent pour conclure que le PSTI est évolutif et qu’il s’adaptera aux besoins qui pourraient émerger ou se préciser au fil du temps.

Auteur(-trice)s
Mathieu Valcke
Ph. D., conseiller scientifique spécialisé, Direction de la santé environnementale et de la toxicologie, Institut national de santé publique du Québec
Type de publication
ISBN (électronique)
978-2-550-97500-7
Date de publication