Dose de rappel de vaccin contre la COVID-19 chez les jeunes âgés de 12 à 17 ans

  • Par rapport aux adultes, les adolescents de 12 à 17 ans infectés par le SRAS-CoV-2 sont moins susceptibles de développer des symptômes graves de la COVID-19, et ce, même dans le contexte de la présence du variant Omicron.
  • Les données disponibles sur les facteurs de risque de complications graves de la COVID-19 chez les adolescents montrent que le risque est augmenté en présence de plusieurs comorbidités et encore plus, s’il y a juxtaposition de facteurs de risque psychosociaux.
  • Depuis le début de la 5e vague comparativement à d’autres groupes d’âge, le nombre et le risque d’hospitalisations pour et avec la COVID-19 est plus faible dans le groupe d’âge des 12 à 17 ans. Les tendances observées suggèrent que le risque de complications sévères est plus élevé chez les adolescents avec au moins une maladie chronique et ceux non vaccinés par rapport à ceux en bonne santé et vaccinés.
  • Chez les 12-17 ans, les quelques études publiées sur l’efficacité vaccinale d’une série primaire des vaccins contre la COVID-19 avant l’émergence du variant Omicron, ont montré une grande efficacité.
  • En transposant à partir d’études chez les enfants, on peut penser que la réponse immunitaire des adolescents immunodéprimés sera semblable à celle des adultes présentant des problèmes de santé similaires.
  • Comme chez les adultes, les études chez les adolescents montrent une diminution de la protection vaccinale contre l’infection par le SRAS-CoV-2 dans le temps. Même s’il n’y a pas de données relatives à l’efficacité des doses de rappel chez les jeunes de 12-17 ans, il est attendu qu’une dose de rappel ramène l’efficacité vaccinale au moins à court terme contre le variant Omicron.
  • Il n’existe que peu de données relatives à l’innocuité des doses de rappel chez les 12-17 ans. Les préoccupations concernant la survenue de myocardites ou de péricardites associées au vaccin à ARN messager sont toujours présentes. Les données disponibles montrent que les taux de myocardites ou de péricardites rapportés après une dose de rappel d’un vaccin à ARNm sont comparables aux taux observés lors de l’administration de la série primaire.

Recommandations

  • Le CIQ recommande qu’une dose de rappel soit donnée aux jeunes de 12 à 17 ans présentant un risque plus élevé de complications sévères liées à la COVID-19. Le vaccin recommandé est le vaccin à ARNm de Pfizer-BioNTech.
  • Le CIQ recommande que la dose de rappel puisse être offerte à l’ensemble des jeunes âgés de 12 à 17 ans qui ne présentent pas de contre-indication et qui souhaiteraient une dose supplémentaire.
  • Pour les adolescents ayant fait une infection documentée par le SRAS-CoV-2, les recommandations actuellement en vigueur au Québec concernant le nombre de doses requises devraient être appliquées.
  • L’acceptation ou le refus de la dose de rappel ne devrait pas servir à stigmatiser ou à pénaliser un jeune sur la base de son statut vaccinal.
Dose de rappel de vaccin contre la COVID-19 chez les jeunes âgés de 12 à 17 ans

Auteur(s): 

Comité: 

Sujet(s): 

Collection: 

Type de publication: