Avis préliminaire sur les groupes prioritaires pour la vaccination contre la COVID-19 au Québec

Le but ultime d’une campagne de vaccination contre la COVID-19 est de réduire l’incidence de la maladie et la circulation du virus dans la population à des niveaux qui permettent un retour à une vie normale ou quasiment normale, et cela de manière durable.

Le développement de vaccins contre la COVID-19 a connu un essor sans précédent depuis le début de la pandémie. Il est probable que l’approvisionnement en vaccins des provinces et territoires débute dans le courant de l’année 2021 et se fasse de manière progressive. Il sera nécessaire d’établir une liste de priorités pour les groupes à vacciner, en fonction d’objectifs bien définis qui respectent nos valeurs sociétales et certains principes éthiques. À la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS), le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) a été invité à formuler un avis préliminaire sur la priorisation des groupes à cibler dans le cadre d’une campagne d’immunisation.

Pour décrire le fardeau de la maladie au Québec, les données des registres concernant les cas de COVID-19 déclarés aux autorités de santé publique, les données du fichier administratif MED-ÉCHO des hospitalisations, celles du fichier des décès et du Système intégré de surveillance des maladies chroniques du Québec (SISMACQ) ont été utilisées. L’analyse de l’acceptabilité de la vaccination contre la COVID-19 a été réalisée à partir d’une revue exhaustive des enquêtes réalisées au Canada ainsi qu’avec les données recueillies au Québec dans des sondages Web. Une importance particulière a été accordée aux valeurs qui devraient être prises en compte pour déterminer les objectifs d’un programme d’immunisation contre la COVID-19 et aux groupes de population à prioriser séquentiellement pour l’attribution des vaccins. Cela a été fait en utilisant les recommandations du Comité d’éthique de santé publique (CESP) du Québec.

Cinq valeurs ont été retenues pour justifier le choix des objectifs d’un programme d’immunisation contre la COVID-19 et les priorités qui seront établies pour l’attribution des vaccins dans un contexte de disponibilité restreinte : la bienfaisance, l’équité, la justice, la réciprocité et la non-malfaisance. 

Le premier objectif qui devrait être poursuivi est la prévention des maladies graves et des décès. Cet objectif est mis de l’avant par tous les organismes ayant proposé des objectifs pour un programme d’immunisation contre la COVID-19. La stratégie de vaccination préconisée se base sur l’efficacité des vaccins à prévenir la maladie ou à en mitiger les conséquences, sachant que les données relatives à leur efficacité à prévenir l’infection par opposition à la maladie et à diminuer la contagiosité des personnes infectées ne seront pas nécessairement disponibles avant leur autorisation de mise en marché.

Advenant l’implantation progressive d’un programme d’immunisation de masse contre la COVID-19 au Québec, la priorisation des groupes à cibler peut se faire en fonction de différents critères : (i) l’âge qui est associé au risque d’infection, de complications et de décès, (ii) l’existence d’une ou de plusieurs pathologies augmentant le risque de complications et de décès, (iii) la profession qui peut influencer le risque d’exposition au virus et de transmission du virus à des personnes vulnérables et enfin (iv) le milieu de vie qui peut également être associé au risque d’infection et de survenue d’éclosion. Une combinaison de ces différents critères est possible comme cela a été préconisé par l’ensemble des organismes ayant exprimé un avis.

La stratégie de priorisation présentée ci-après pourrait être envisagée. Il est à remarquer que les différentes catégories ne sont pas mutuellement exclusives.

  • Rang 1 : les personnes vulnérables et en grande perte d’autonomie qui résident dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) des réseaux public et privé. Les résidents des ressources intermédiaires et de type familial (RI-RTF) pourraient être vaccinés en même temps si leur vulnérabilité et le niveau de soins qu’ils requièrent sont semblables à ceux des CHSLD.
  • Rang 2 : les travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux qui sont en contact ou susceptibles d’être en contact avec des usagers.
  • Rang 3 : les personnes autonomes ou en perte d’autonomie qui vivent en résidence privée pour aînés (RPA). On pourrait également inclure dans cette catégorie, certains milieux fermés hébergeant des personnes âgées et vulnérables ayant des caractéristiques semblables à celles des personnes qui vivent en RPA.
  • Rang 4 : les communautés isolées et éloignées qui comportent souvent une forte proportion de personnes ayant des problèmes de santé chroniques et vivant dans des logements exigus, empêchant toute distanciation en cas d’infection.
  • Rang 5 : les personnes âgées de 80 ans ou plus.
  • Rang 6 : les personnes âgées entre 70 et 79 ans.
  • Rang 7 : les personnes âgées entre 60 et 69 ans.

Il est à noter que la segmentation par âge, le principal facteur de risque de complication et de décès, pourrait être revue en fonction de la disponibilité des vaccins.

  • Rang 8 : les personnes adultes de moins de 60 ans qui ont une maladie chronique ou un problème de santé augmentant le risque de complication de la COVID-19.
  • Rang 9 : les adultes de moins de 60 ans sans maladie chronique ou problème de santé augmentant le risque de complications, mais qui assurent des services essentiels et qui sont en contact avec des usagers.
  • Rang 10 : le reste de la population adulte.

Deux autres catégories de personnes seront à considérer, principalement en fonction d’un critère d’innocuité de la vaccination.

  • Rang 11 : les enfants. La limite d’âge inférieure pour recommander ou non chaque vaccin devra être déterminée en fonction des données qui deviendront disponibles.
  • Rang 12 : les femmes enceintes. Des données robustes sur l’innocuité des vaccins seront nécessaires avant de recommander une vaccination pour les femmes enceintes et le moment de la grossesse pour l’administrer devra être déterminé.

La priorisation proposée dans le présent document est préliminaire. Une ou plusieurs mises à jour de ce document ou des avis complémentaires seront nécessaires. Pour le moment, cet avis préliminaire permettra de soutenir la préparation à la vaccination contre la COVID-19 et de contribuer aux échanges et aux débats entourant les groupes prioritaires pour la vaccination contre la COVID-19 au Québec dans un contexte de disponibilité limitée et progressive.

Avis préliminaire sur les groupes prioritaires pour la vaccination contre la COVID-19 au Québec

Comité: 

Sujet(s): 

Collection: 

Type de publication: