Rapport épidémiologique descriptif de la COVID-19 au Québec du 23 février au 11 juillet 2020

Au début de 2020, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a porté une attention particulière à un nouveau virus ayant occasionné plusieurs cas de pneumonies atypiques, détectés dans la province du Hubei en Chine. Ce virus a été nommé SRAS-CoV-2 puisqu’il s’agit d’un deuxième type de coronavirus pouvant entraîner un syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). La maladie associée à ce virus a été désignée, par la suite, comme la « maladie à coronavirus 2019 » ou COVID-19, conformément aux pratiques de dénomination des maladies infectieuses de l’OMS. Le virus s’est rapidement propagé dans plusieurs pays, si bien que le 11 mars 2020, l’OMS levait le niveau d’alerte et qualifiait officiellement la situation mondiale de pandémie. En date du 11 juillet, plus de 12 718 000 cas et 561 761 décès avaient été répertoriés à travers le monde. Les premiers cas au Canada se sont manifestés en Ontario et en Colombie-Britannique vers la fin janvier 2020, puis au Québec vers la fin février, par le biais de citoyens canadiens de retour de voyage. Le Québec a déclaré l’état d’urgence sanitaire le 13 mars puis a fermé tous les services non essentiels dans les semaines suivantes, après avoir observé une importante transmission du virus. Les données et les connaissances au sujet de la COVID-19 évoluent de jour en jour grâce à une imposante mobilisation scientifique. Cependant, plusieurs éléments comme le mode de transmission et le degré de contagiosité avant l’apparition des symptômes demeurent partiellement compris, ce qui complexifie la lutte au virus. La pandémie de COVID-19 se qualifie ainsi comme un événement international sans précédent.

Dès janvier 2020, une grande mobilisation s’est déployée de la part de l’ensemble du réseau québécois de la santé, de la santé publique et de tout l’appareil gouvernemental. De nombreuses mesures de santé publique se sont succédées pour freiner la propagation du virus et protéger la population. Il importe de faire un portrait épidémiologique descriptif de la première vague de la COVID-19, notamment à titre de comparatif pour la deuxième vague. Les données épidémiologiques présentées dans ce rapport se retrouvent également sur la page de Données COVID-19 au Québec du site Internet de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), mais nous avons jugé important d’en faire un portrait plus statique pour des fins de référence et documentation.

Objectif

Ce rapport vise à faire un portrait descriptif général de la première vague de la pandémie de COVID-19 au Québec, soit du 23 février au 11 juillet 2020, à partir des données épidémiologiques disponibles.

Faits saillants

  • Au Québec, 56 565 cas de COVID-19 ont été rapportés du 23 février au 11 juillet 2020, avec un nombre de cas quotidiens oscillant entre 500 et 1 000 au plus fort de la première vague, soit aux mois d’avril et de mai. Les régions de Montréal et de Laval ont été les plus touchées par la COVID-19, de même que la population de 80 ans et plus qui a affiché le taux de cas confirmés pour 100 000 personnes le plus élevé.
  • Près de 850 000 tests de dépistage admissibles ont été réalisés. Le pourcentage de positivité a varié dans le temps et selon les groupes d’âge, avec une moyenne de 5,9 % des tests qui se sont avérés positifs.
  • Un total de 7 143 hospitalisations liées à la COVID-19 ont été dénombrées dans la province et 18 % de ces hospitalisations ont nécessité un séjour aux soins intensifs. Les personnes âgées de 50 ans et plus ont représenté 83 % des personnes hospitalisées aux soins intensifs.
  • Un total de 5 643 décès liés à la COVID-19 ont été déclarés, ce qui représente 10 % des cas confirmés. La grande majorité d’entre eux (92 %) sont survenus chez des personnes de 70 ans et plus, et 69 % des décès ont été répertoriés parmi les personnes résidant en centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).
  • La première vague de la pandémie de COVID-19 a eu un impact sanitaire très important au Québec, particulièrement chez les personnes résidant en CHSLD, malgré le fait qu’une faible minorité de la population totale du Québec a été infectée. La plupart des individus sont toujours susceptibles d’être touchés par la COVID-19 et de transmettre le virus à d’autres personnes.
Rapport épidémiologique descriptif de la COVID-19 au Québec du 23 février au 11 juillet 2020

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-88141-4