Portrait de santé des communautés linguistiques du Québec

Ce portrait de santé des communautés linguistiques est basé sur les données de l’Enquête québécoise sur la santé de la population (EQSP) 2014-2015. Il porte sur plusieurs thèmes déclinés en 16 indicateurs couvrant certains comportements liés à la promotion de la santé et à la prévention, certains aspects de l’état de santé physique et mentale ainsi que de la santé au travail. Les thèmes abordés dans ce rapport ne peuvent être couverts en recourant aux banques de données médico-administratives ou au recensement de la population. Les données ont été analysées selon l’angle de la situation linguistique minoritaire et selon le statut d’immigrant.

Les faits saillants relevés ici ne concernent que les indicateurs pour lesquels des différences statistiquement significatives sont observées entre les communautés linguistiques minoritaires anglophone et allophone comparativement à celle francophone.

Situation linguistique minoritaire

Comparativement aux francophones, les anglophones :

  • présentent un profil favorable pour 3 indicateurs : l’utilisation systématique du condom, la détresse psychologique et les troubles musculo-squelettiques (TMS) d’origine non traumatique liés au travail;
  • présentent un profil défavorable pour 4 indicateurs : l’usage moindre de la contraception chez les hommes et chez les femmes, la consommation de cannabis ainsi que la conciliation travail-vie personnelle;
  • ne se distinguent pas des francophones pour les neuf autres indicateurs étudiés.

Comparativement aux francophones, les allophones :

  • présentent un profil favorable pour 1 indicateur : les blessures non intentionnelles;
  • présentent un profil défavorable pour quatre indicateurs : le test Pap, la perception de la santé buccodentaire, la détresse psychologique et la conciliation travail-vie personnelle;
  • ne se distinguent pas des francophones pour 5 des autres indicateurs étudiés;
  • les données ne peuvent être présentées pour cause de biais statistique pour les 6 autres indicateurs.

Situation linguistique minoritaire et statut d’immigrant1

Parmi les personnes nées au Canada, comparativement aux francophones, les anglophones :

  • présentent un profil favorable pour 3 indicateurs : l’utilisation systématique du condom, le test Pap et les troubles musculo-squelettiques (TMS) d’origine non traumatique liés au travail;
  • présentent un profil défavorable pour 4 indicateurs : l’usage moindre de la contraception chez les femmes, la consommation de cannabis, les blessures non-intentionnelles ainsi que la difficulté avec la conciliation travail – vie personnelle;
  • ne se distinguent pas des francophones pour les 9 autres indicateurs.

Parmi les immigrants, comparativement aux francophones, les anglophones :

  • présentent un profil favorable pour 2 indicateurs : la perception de la santé buccodentaire et la détresse psychologique;
  • ne se distinguent pas des francophones pour 8 indicateurs et les biais statistiques empêchent la comparaison pour les 6 autres.

Parmi les immigrants, comparativement aux francophones, les allophones :

  • présentent un profil défavorable pour un indicateur : le test Pap;
  • ne se distinguent pas des francophones pour 8 des autres indicateurs étudiés et les biais statistiques empêchent la comparaison des données pour 7 indicateurs.
  1. Les données pour les allophones nés au Canada ne sont pas présentées dans ce rapport en raison de leurs faibles effectifs.
Portrait de santé des communautés linguistiques du Québec

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Collection: 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-82372-8

Notice Santécom: