La consommation excessive d'alcool chez les jeunes Québécois : portrait et évolution de 2000 à 2012

La consommation d'alcool et les nombreux problèmes sociaux et de santé auxquels elle est associée sont des préoccupations de santé publique. L'impact de l'alcool dépend principalement du volume total d'alcool consommé et la façon de boire cet alcool, notamment de boire une grande quantité lors d'une même occasion (WHO, 2009).

Le présent travail a permis de dresser le portrait actuel de la consommation excessive chez les jeunes Québécois qui boivent de l'alcool et d'examiner les tendances et les variations temporelles de ce mode de consommation de 2000 à 2012.

Ces premiers résultats indiquent qu'un peu plus du tiers des jeunes buveurs Québécois consommait de l'alcool de façon excessive en 2011-2012. Ce phénomène touchait d'ailleurs beaucoup plus les hommes que les femmes, et ce, peu importe l'âge.

Bien que plusieurs jeunes buveurs aient commencé à boire de façon excessive vers l'âge de 18 ans, ce comportement était déjà présent chez les jeunes hommes à l'âge de 14-15 ans et chez les jeunes femmes à l'âge de 16-17 ans. Toutefois, ce sont les jeunes adultes âgés de 21 à 23 ans qui sont les plus enclins à consommer de façon excessive. Ce comportement diminue rapidement chez les femmes par la suite, mais il se maintient à un niveau élevé (entre 49 % et 55 %) tout au long de la vingtaine chez les hommes.

Les résultats montrent également que la consommation excessive a évolué au cours de la dernière décennie. Sur la période étudiée, de 2000-2001 à 2011-2012, une progression globale d'environ 10 % est observée, et ce, autant chez les hommes que chez les femmes. Les jeunes adultes à la mi-vingtaine, de 22 ans à 27 ans, sont ceux chez qui l'augmentation est la plus forte, tandis que ce comportement est plutôt demeuré stable dans le temps chez les jeunes âgés de 21 ans et moins. Par ailleurs, l'âge où la consommation excessive atteint son plus haut niveau ne semble pas avoir changé depuis les dix dernières années, se situant toujours au début de la vingtaine.

En plus de l'effet de l'âge sur la consommation excessive d'alcool, les analyses ont également permis d'observer un effet de cohorte qui se traduit par une variation notable du taux de consommation excessive selon l'année de naissance. En effet, les cohortes nées dans les années 1980 ont montré un risque plus accru de consommer de façon excessive et ce risque semblait plus faible chez les cohortes plus jeunes qui sont nées entre 1990 et 1995.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Collection: 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-71417-0

ISBN (imprimé): 

978-2-550-71416-3

ISSN (électronique): 

2291-5486

ISSN (imprimé): 

2291-5478

Notice Santécom: