Le fardeau économique de l'obésité et de l'embonpoint : revue de la littérature

Cette revue de littérature présente les choix méthodologiques et les résultats de 129 études réalisées à travers le monde quantifiant les coûts économiques associés à l'obésité et l'embonpoint chez les adultes. Le rapport inclut aussi une discussion des forces et faiblesses des différents devis de recherche adoptés dans ces études. Ce document a été préparé afin de soutenir un projet d'estimation du fardeau économique de l'obésité au Québec.

Dans notre revue de littérature, toutes les publications ont été sujettes à une grille de codage qui examinait huit éléments des devis de recherche utilisés : 1) le type d'approche utilisée (p. ex. études de modélisation ou études fondées sur des banques de données, études transversales ou longitudinales), 2) le pays ou territoire (p. ex. province) couvert par l'étude, 3) la mesure de poids et la méthode de collecte (p. ex. données autodéclarées ou mesurées), 4) les groupes d'âge inclus, 5) les types de coûts inclus (p. ex. hospitalisations, médicaments), 6) les sources de données utilisées (p. ex. données administratives ou données d'enquête), 7) les variables de contrôle et 8) la durée de la période de suivi (pour les études longitudinales).

Notre analyse des forces et faiblesses des types d'approche utilisées nous a menés à conclure qu'une approche longitudinale fondée sur des banques de données « bottom-up » est celle qui offre le plus d'avantages. En effet, les études de modélisation «  top-down », qui sont fondées sur des calculs de la fraction étiologique de certaines maladies attribuables à l'obésité, ont des limites importantes : supposition que la fraction étiologique est équivalente à la proportion des coûts, problèmes concernant la sélection des maladies à inclure dans le calcul, incapacité de contrôler pour les variables confondantes. De plus, les études transversales ne peuvent tenir compte des coûts à long terme ou sur toute la durée de la vie. Cette limite est particulièrement contraignante dans le cas de l'obésité, étant donné les délais entre l'apparition de l'obésité et l'apparition de maladies.

Pour ce qui est des résultats des études recensées, la grande majorité des chercheurs constatent que l'obésité et l'embonpoint entraînent des coûts directs et indirects majeurs. Cette revue de littérature présente un résumé des résultats obtenus, sans chercher à établir des mesures moyennes ou à ordonner la qualité des études et de leurs résultats. Nous observons d'importantes variations quant aux résultats des études, étant donné la grande hétérogénéité des devis de recherche. À titre d'exemple, en comparant les coûts de soins de santé annuels pour un individu obèse à ceux d'un individu avec un poids normal, on constate des coûts supplémentaires qui varient entre 14,7 % pour les hommes en Ontario (Janssen et collab., 2009) et 54 % pour une femme en Australie (Reidpath et collab., 2002). D'autres études ne quantifient pas les coûts par individu, mais plutôt pour l'ensemble de la population. Par exemple, on estime que l'obésité a couté 630 millions de dollars au système de santé de l'Alberta en 2005, ce qui équivaut à 2,8 % des dépenses de santé de cette province (Moffat et collab., 2010).

Note(s): 

Vous pouvez également consulter le TOPO associé à ce document : L'impact économique de l'obésité et de l'embonpoint.

Le fardeau économique de l'obésité et de l'embonpoint : revue de la littérature

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Collection: 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-69665-0

ISBN (imprimé): 

978-2-550-69664-3

Notice Santécom: