La validité de la variable « Langue d'usage à la maison » du Fichier des décès du Québec : synthèse

Le présent travail s’inscrit dans le cadre du projet d’analyse de la santé des communautés de langue officielle en situation minoritaire au Québec mené par l’INSPQ en collaboration avec le Réseau communautaire de services de santé et de services sociaux (RCSSS) et le ministère de la Santé et des Services sociaux. Ce rapport porte sur la validité de la variable « langue d’usage à la maison » inscrite au fichier de décès. Pour l’analyse de la mortalité selon le groupe linguistique, cette information est importante puisque c’est sur la base de cette variable qu’une appartenance linguistique est attribuée à la personne décédée.

Dans nos travaux, la langue est considérée comme un déterminant de l’état de santé et nous sert donc de facteur discriminant, ce qui jusqu’à présent a peu été fait au Québec. Certaines études de type écologique ont permis de porter indirectement un regard sur les communautés linguistiques puisqu’elles s’intéressaient au quartier de résidence et au statut socioéconomique. D’autres études réalisées entre 1970 et 1980 ont utilisé l’origine ethnique qui était autrefois enregistrée au bulletin de décès. Depuis le début des années 1980, on s’est parfois intéressé à la langue d’usage inscrite au Fichier des décès mais le plus souvent avec des objectifs plus démographiques que sanitaires; la mortalité était utilisée pour des projections de population ou pour mieux mesurer la composante démolinguistique de la population du Québec, sans nécessairement s’intéresser directement à l’état de santé des communautés linguistiques. Par contre, dans certaines études, les auteurs se sont interrogés sur la fiabilité de la variable « langue d’usage à la maison » enregistrée au bulletin de décès. Notre étude tente précisément de pousser plus loin cette question.

Le Fichier des décès du Québec est largement utilisé pour des analyses de mortalité mais il semble que les informations consignées n’ont pas toutes la même importance. Pour la variable « langue » qui doit être inscrite sur le formulaire de déclaration de décès, on constate qu’elle est absente dans une proportion variant entre 6 et 13 %, selon les années, pour la période étudiée de 1990 à 2007. Pour l’ensemble de la période, la variable langue est manquante pour 108 635 décès sur un nombre total de 959 786 décès, ce qui représente une proportion de 11,3 %.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Collection: 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-64746-1

ISBN (imprimé): 

978-2-550-64745-4

Notice Santécom: