La connaissance et l'utilisation de la langue anglaise par les professionnels de la santé et des services sociaux au Québec

Au Canada, toute personne a le droit d’obtenir des services de santé et des services sociaux dans la langue officielle de son choix, soit l’anglais ou le français (Loi sur les langues officielles, 1985). Au Québec, la Loi sur la santé et les services sociaux affirme le droit des personnes d’expression anglaise de recevoir des services de santé et des services sociaux en langue anglaise.

Dans cette optique, il est intéressant d’analyser si les personnes qui prodiguent ces soins de santé communiquent dans la langue officielle minoritaire, soit l’anglais au Québec. À l’aide des recensements de 2001 et 2006, Statistique Canada a dressé un portrait de la connaissance des langues officielles par les professionnels de la santé et nous examinons ces données pour faire état de la situation au Québec. La province a été divisée en cinq (5) régions géographiques pour lesquelles il est possible d’établir une correspondance avec les régions socio-sanitaires québécoises.

Plusieurs variables linguistiques sont disponibles grâce au recensement, dont la langue maternelle, la langue parlée à la maison, la connaissance des langues officielles ainsi que la variable dérivée « première langue officielle parlée » (PLOP)2. C’est cette dernière variable qui est utilisée dans l’estimation de la population de langue officielle minoritaire et c’est aussi celle qui est utilisée du côté des professionnels de la santé par Statistique Canada pour conclure à leur appartenance à la minorité anglophone. Statistique Canada tire aussi du recensement des informations sur leur utilisation de la langue anglaise ainsi que sur leur connaissance de cette langue telle qu’elle est déclarée dans le recensement, soit la capacité de soutenir une conversation.

Les professions retenues sont les médecins omnipraticiens, le personnel infirmier, les psychologues et travailleurs sociaux, et les autres professionnels de la santé. Leurs effectifs ont été obtenus de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) par Statistique Canada.

Comme il s’agit d’une analyse où des sous-groupes de population (médecins de famille, personnel infirmier, etc.) sont croisés avec des variables de langue (langue officielle minoritaire, parlée au travail, etc.) et observés à l’échelle régionale, nous sommes souvent confrontés à de faibles effectifs. Or, l’interprétation de résultats basés sur de petits nombres est à effectuer avec prudence. D’ailleurs, des tests statistiques ont été réalisés pour vérifier s’il y a un écart significatif entre les différentes proportions (p ≤ 0.05). Le document de Statistique Canada explique la méthodologie utilisée pour effectuer ce calcul.

Comme il est difficile d’évaluer la réelle compétence linguistique autre que de façon auto-déclarée, nous présentons l’indicateur de connaissance de la langue minoritaire, soit l’anglais, mais il faut rester prudent quant aux conclusions à tirer en lien avec l’accès à des services en anglais.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Collection: 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-62909-2

ISBN (imprimé): 

978-2-550-62908-5

Notice Santécom: