Blessures subies lors des activités de compétitions de motocross au Québec et potentiel d’efficacité des mesures de prévention

La pratique du motocross attire des adeptes dont plusieurs sont des jeunes de moins de 16 ans. Leurs habiletés psychomotrices n’étant pas développées complètement, on peut se demander si en raison des risques de blessure, il est avisé de leur permettre de participer à des compétitions de motocross. Ainsi, cette étude documente l’ampleur des blessures en motocross au Québec de même que les risques associés aux compétitions dans cette discipline. Elle compare ces risques aux risques de blessures dans d’autres activités de compétition généralement pratiquées par les moins de 16 ans soit le ski alpin et la planche à neige. Elle examine également le potentiel de prévention de mesures proposées dans le Projet de règlement de sécurité de la Fédération québécoise des motos hors route et le Guide d’aménagement et d’exploitation des sites de véhicules tout-terrain motorisés au Québec.

Ampleur des blessures en motocross au Québec

  • Depuis 2010, 825 personnes ont subi un traumatisme associé à la pratique du motocross en compétition et hors compétition. Près de 114 victimes (13,8 %) avaient moins de 16 ans.
  • De 2010 à 2020, 28 rapports d’investigation réalisés par un coroner concernaient des décès impliquant un motocross, ce qui correspond à moins de 3 décès en moyenne par année.

La compétition en motocross présente des risques plus élevés que d’autres activités sportives de compétition communément pratiquées par les moins de 16 ans

  • Les résultats suggèrent que pour chaque départ, le risque d’être évacué en ambulance est considérablement plus élevé lors d’une compétition de motocross que lors d’une compétition de ski alpin (slalom et slalom géant).

L’enjeu de la sécurité lors des compétitions de motocross se pose pour les participants de tout âge

  • Ce risque n’est pas significativement plus élevé pour les moins de 16 ans par rapport aux 16 ans et plus. Ce constat est valable que l’on utilise le temps ou le nombre de départs comme mesure d’exposition.

Les mesures de prévention qui sont proposées sont jugées potentiellement efficaces moyennant certains ajustements

  • Un comité de neuf experts a examiné le potentiel de prévention des principales mesures contenues dans les deux documents précités. Le comité a établi un consensus favorable à l’ensemble des mesures de prévention qui y sont proposées. Toutefois, les éléments suivants méritent d’être pris en considération :
  • Les équipements de protection sont essentiels et l’ajout de certains équipements pourrait être envisagé (protège-cou, protection dorsale et veste gonflable).
  • Les vitesses moyennes et de pointe maximale pourraient être révisées à la baisse, surtout chez les moins de 16 ans.
  • L’aménagement des pistes demeure la meilleure façon de contrôler la vitesse selon les experts.
  • La présence d’un directeur de compétition formé, accrédité et imputable à la Fédération québécoise des motos hors route est essentielle pour s’assurer du déroulement sécuritaire des compétitions.
  • Les experts ont recommandé unanimement la création d’un registre des blessures pour compiler les cas de blessures subies lors de compétitions de motocross.
Blessures subies lors des activités de compétitions de motocross au Québec et potentiel d’efficacité des mesures de prévention

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-92364-0

Notice Santécom: