Retrait préventif

  • 1 octobre 2007

    Objectifs :

    Synthétiser l'information disponible concernant l'horaire de travail et ses effets sur le résultat de la grossesse. Les types d'horaire évalués sont : le nombre d'heures de travail hebdomadaires, les quarts de travail de soir et de nuit et la rotation des quarts de travail; les résultats de grossesse étudiés sont : l'avortement spontané (AS), l'accouchement avant terme (AAT), le faible poids de naissance (FPN) et l'insuffisance de poids pour l'âge gestationnel (IPAG).

    Méthode :

    Une recherche bibliographique sur Medline a été effectuée pour identifier les études épidémiologiques originales qui ont évalué l'effet de l'horaire de travail sur le résultat de la grossesse. Les études publiées en français ou en anglais...

  • 30 janvier 2004

    Les objectifs de cette recension étaient de synthétiser l'information disponible concernant l'horaire de travail et ses effets sur l'issue de la grossesse. Les caractéristiques de l'horaire étudiées sont le nombre d'heures de travail hebdomadaires, les quarts de travail (jour, soir, nuit) et la rotation des quarts de travail.

    Une recherche bibliographique sur Medline a été effectuée pour identifier les articles évaluant l'effet de l'horaire de travail des femmes enceintes sur l'issue de leur grossesse. Les études épidémiologiques originales, publiées en français ou en anglais entre 1974 et 2000, ont été retenues. Les références à la fin des articles et les dossiers personnels de l'auteure ont permis de compléter la liste des articles à consulter. Il n'y a pas eu de recherche...

  • 26 novembre 2003

    Le 26 février 2003, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) adressait à l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) une demande concernant l'évaluation des risques pour la travailleuse enceinte au regard du virus du Nil occidental (VNO). Cette demande s'insère dans le contexte de l'émergence de l'infection par le VNO durant l'été 2002 au Québec et de la documentation aux États-Unis d'un cas d'infection transplacentaire et d'un cas de transmission probable par le lait maternel.

    Afin de répondre à cette demande, le Groupe de référence grossesse-travail (GRGT) de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a le mandat de produire un travail comportant deux principales parties, soit une analyse de risque d'infection par le VNO pour la...

  • 14 février 2003

    Cet avis scientifique vise à évaluer le risque professionnel de maladies invasives à méningocoques (MIM) pour les femmes enceintes travaillant dans le réseau de l'éducation du Québec. Rédigé par un comité d'experts issus entre autres des domaines des maladies infectieuses et de la santé au travail, il intègre les connaissances disponibles à ce jour sur le sujet et répond aux questions essentielles permettant de cerner la problématique.

    Une recrudescence des cas de maladie invasive à méningocoque (MIM) causés par un clone virulent de sérogroupe C a été observée au Québec au début des années quatre-vingt-dix et a entraîné une campagne d’immunisation de masse avec le vaccin polysaccharidique durant l’hiver 1992-1993 (De Wals et coll., 1996). Une nouvelle recrudescence a été...

Pages

Souscrire à Retrait préventif