Immunisation

  • 21 mars 2016

    Afin de réduire une incidence d’infections invasives à méningocoque de sérogroupe B plus élevée dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean que dans le reste du Québec, une campagne de vaccination ciblant les jeunes de 2 mois à 20 ans a été menée dans cette région à partir de mai 2014.

    Pour évaluer en temps réel l’apparition de manifestations cliniques inhabituelles (MCI) après la vaccination avec le nouveau vaccin à quatre composantes (4CMenB), la surveillance a été rehaussée en ajoutant une surveillance active à la surveillance passive déjà existante au Québec (ESPRI). Cette surveillance active a été faite principalement par questionnaire électronique envoyé aux parents d’enfants vaccinés qui avaient fourni une adresse courriel.

    • Globalement, le vaccin contre le...
  • 15 mars 2016

    À la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) a préparé un avis sur la pertinence d’une deuxième dose de vaccin contre la varicelle. Pour ce faire, une revue de la littérature a été réalisée en 2012 et est régulièrement mise à jour. Les données épidémiologiques disponibles au Québec ont été analysées. Un modèle d’analyse économique a été élaboré, afin de comparer les impacts et ratios coût-efficacité de différents scénarios. Des documents préliminaires ont été discutés par le Groupe de travail Varicelle-Zona et par les membres du CIQ lors de plusieurs séances plénières. Une discussion en séance plénière a eu lieu le 11 septembre 2014 et un premier avis a été approuvé en date du 12 décembre 2014. L’évolution de la...

  • 7 mars 2016

    Le présent document décrit le plan de mise en œuvre du modèle optimal d’organisation des services de vaccination des enfants de 0‑5 ans élaboré dans le cadre de l’étude Quel est le meilleur mode d’organisation de la vaccination des enfants de 0‑5 ans au Québec? (Guay et al., 2015). Ce modèle a été mis à l’épreuve dans 14 centres de santé et de services sociaux (CSSS) depuis 2014. Il a été construit dans la perspective de l’exercice, dans les CSSS, du mandat de responsabilité populationnelle et de coordination du réseau local de services (RLS) qui leur était confié. Dans ce contexte, le modèle optimal situe le CSSS (maintenant le centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS)) au cœur des actions à mettre en œuvre, avec le soutien de la direction de santé...

  • 7 mars 2016

    Contexte

    Ce rapport de l’étude Quel est le meilleur mode d’organisation de la vaccination des enfants de 0‑5 ans au Québec? vise à proposer le modèle optimal d’organisation des services de vaccination des 0-5 ans au Québec. L’étude a été réalisée de 2010 à 2015, à la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, devant le constat que, malgré tous les efforts investis, les couvertures vaccinales n’atteignent pas les objectifs visés. Des retards dans l’obtention des rendez-vous de vaccination et des disparités importantes dans l’organisation et l’accès aux services de vaccination entre les centres locaux de services communautaires (CLSC) avaient également été identifiés. Une révision de l’organisation des services de vaccination 0-5...

  • 4 février 2016

    La vaccination a permis une réduction importante du fardeau associé à la coqueluche. Cette infection continue toutefois de circuler au Québec et ailleurs de façon cyclique, avec des pics d’incidence tous les trois à cinq ans. Les enfants de moins de trois mois sont les personnes les plus à risque d’hospitalisation et de décès associés à la coqueluche et la majorité d’entre eux sont trop jeunes pour être vaccinés, la première dose étant prévue à l’âge de deux mois. Dans quelques pays, la vaccination systématique des femmes enceintes a été recommandée afin de réduire le fardeau de la coqueluche chez les enfants de moins de trois mois. En septembre 2015, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a demandé au Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) de fournir un avis sur la...

  • 25 novembre 2015

    Dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, l’incidence des infections à méningocoque de sérogroupe B était 5 à 7 fois plus élevée que dans le reste du Québec. Afin de réduire cette incidence, une campagne de vaccination ciblée a été lancée pour les enfants et les jeunes adultes âgés de 2 mois à 20 ans lorsque le vaccin contre le méningocoque de sérogroupe B (4CMenB) a été homologué en 2014. Le plan d’évaluation comprenait un volet visant à étudier l’acceptabilité de cette campagne de vaccination ciblée. Il était possible que cette campagne suscite des réactions médiatiques et des enjeux d’acceptabilité et une veille médiatique a été réalisée.

    • Du 20 avril 2014 au 20 avril 2015, 40 575 mentions en lien avec les infections invasives à méningocoque, le vaccin 4CMenB et la...
  • 25 novembre 2015

    Depuis 2004, dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, l’incidence des infections à méningocoque de sérogroupe B était 5 à 7 fois plus élevée que dans le reste du Québec. Afin de réduire cette incidence, une campagne de vaccination ciblée a été lancée pour les enfants et les jeunes adultes âgés de 2 mois à 20 ans lorsque le vaccin contre le méningocoque de sérogroupe B (4CMenB) a été homologué en 2014. Le plan d’évaluation comprenait un volet visant à étudier l’acceptabilité de cette campagne de vaccination ciblée par les professionnels de la santé de la région.

    • La campagne de vaccination ciblée contre le méningocoque de sérogroupe B dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean a été très bien accueillie par les professionnels de la santé de la région.
    • Malgré un...
  • 14 septembre 2015

    Au Québec, une augmentation de l'incidence des infections invasives à méningocoque a été constatée à partir de 2003. Cette augmentation a été la conséquence de l'apparition et la diffusion d'un clone de sérogroupe B appartenant au complexe clonal ST-269. La région sociosanitaire du Saguenay–Lac-Saint-Jean a été la plus touchée avec des taux d'incidence annuels de l'ordre de 3,4 pour 100 000 personnes-années durant la période 2006-2013. Pour contrôler cette situation, une campagne de vaccination de masse ciblant les personnes âgées entre 2 mois et 20 ans a été réalisée dans cette région en utilisant le vaccin méningococcique protéinique à quatre composantes (4CMenB). La campagne a débuté le 4 mai 2014 et le recrutement s'est terminé le 31 décembre 2014. Environ 83 % des 56 000 personnes...

  • 21 juillet 2015

    Dans son dernier avis sur la vaccination contre les virus du papillome humain (VPH), le Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) a souligné que le fardeau des maladies associées aux VPH était particulièrement important parmi les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes (HARSAH) et que ces derniers, contrairement aux hommes hétérosexuels, ne pouvaient compter sur la protection indirecte offerte par la vaccination des filles. Le CIQ avait aussi rappelé qu'une offre de vaccination à tous les garçons préadolescents semblait être l'approche à privilégier pour maximiser la protection des hommes et particulièrement celle des HARSAH. Le CIQ a également mentionné que selon des analyses réalisées au Québec et ailleurs, considérant le coût actuel du vaccin, l'ajout d'une offre...

  • 27 avril 2015
    • En 2014, la couverture vaccinale complète à 15 mois des enfants québécois se situe à 80 %. Si on exclut le nouveau vaccin contre le rotavirus, elle est de 91 %. À 24 mois, ces couvertures sont de 71 % et 85 % respectivement.
    • La fidélité au calendrier de vaccination s'est améliorée depuis la dernière enquête. La couverture complète et sans aucun retard (tous les vaccins administrés dans le délai d'un mois suivant l'âge recommandé, excluant le rotavirus) est passée de 56 % en 2012 à 62 % en 2014 avec la cohorte 1 an, et de 38 % à 53 % avec la cohorte 2 ans.
    • La proportion d'enfants n'ayant reçu aucun vaccin demeure très faible et se situe à près de 1 %.
    • Un enfant sur dix dans la cohorte 1 an et deux sur dix dans la cohorte 2 ans étaient complètement...

Pages

Souscrire à Immunisation