Avis sur l'utilisation sécuritaire des porte-bébés souples et en bandoulière

Cet avis sur l’utilisation sécuritaire des porte-bébés pour transporter les enfants de moins d’un an fait suite à des préoccupations exprimées par les intervenants des Services intégrés en périnatalité et pour la petite enfance (SIPPE) d’une région du Québec.

Le guide L’attachement au cœur du développement du nourrisson : Guide pour soutenir le développement de l’attachement sécurisant de la grossesse à 1 an, publié en 2005 par le ministère de la Santé et des Services sociaux, fait la promotion du porte-bébé chez les enfants âgés de 0 à 1 an auprès des familles qui bénéficient des SIPPE. Les préoccupations des intervenants ont donc motivé l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) à faire le point sur les avantages et les risques de blessures et de décès associés à l’utilisation des porte-bébés souples et en bandoulière afin de formuler des recommandations pour une utilisation sécuritaire.

La méthodologie

La recherche dans les écrits

Pour documenter les avantages et les risques associés à l’utilisation des porte-bébés chez les enfants âgés de moins d’un an, les auteurs de l’avis ont réalisé entre juin et octobre 2008 une recherche dans les sites Internet d’organismes de santé nationaux et internationaux. Ils ont également consulté les bases de données Medline, PsycInfo et EBM Reviews.

La recherche dans les données de surveillance

Pour obtenir des données sur les décès et les blessures liés à l’utilisation des porte-bébés au cours des dix dernières années, les auteurs ont soumis des demandes à des experts de Santé Canada et de l’Agence canadienne de santé publique ainsi qu’à des responsables du Système canadien hospitalier d’information et de recherche en prévention des traumatismes (SCHIRPT). Ils ont également eu des échanges avec le Bureau du coroner en chef du Québec et le Bureau du coroner en chef de l’Ontario. Enfin, ils ont demandé un rapport à la Consumer Product Safety Commission (CPSC) des États-Unis.

Les résultats

L’utilisation d’un porte-bébé a comme avantage de favoriser l’attachement parent-enfant, mais elle comporte des risques de blessures. Celles-ci ont tendance à être graves : près de la moitié d’entre elles sont des traumatismes crâniens et environ un quart sont des fractures. Les blessures sont toutefois peu nombreuses (103 incidents au Canada entre 1997 et 2006) et les incidents ayant occasionné ces blessures représentent seulement 1,5 % de tous ceux liés aux produits infantiles pendant cette période.

La chute du parent qui transporte l’enfant et la chute de l’enfant du porte-bébé représentent environ 90 % des causes de blessures liées aux porte-bébés souples et en bandoulière recensées au Québec entre 1997 et 2006.

Les décès liés à l’utilisation des porte-bébés sont très rares (3 cas au Canada au cours des 10 dernières années). Dans un cas, la cause n’est pas établie. Dans les deux autres cas, la position du bébé peut être en cause, mais il est impossible de différencier l’asphyxie positionnelle de la mort subite du nourrisson.

Conclusion

Les risques de blessures associées à l’utilisation des porte-bébés semblent largement évitables dans la mesure où les parents prennent des précautions. Les décès sont très rares et nous disposons de peu d’informations sur leurs causes. L’avis recommande donc aux intervenants de promouvoir l’utilisation sécuritaire des porte-bébés souples et en bandoulière auprès des parents. Il leur fournit plusieurs consignes quant aux informations à partager avec les parents sur le choix et l’utilisation d’un porte-bébé. Il adresse également des recommandations aux établissements de santé et de services sociaux qui distribuent des porte-bébés afin que cela soit fait de manière sécuritaire. L’avis souligne aussi la pertinence d’une norme canadienne obligatoire pour les porte-bébés.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-56427-0

ISBN (imprimé): 

978-2-550-56426-3

Notice Santécom: