Évaluation de la performance des centres de dépistage désignés du Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) : description des méthodes

L'évaluation du Programme Québécois de Dépistage du Cancer du Sein (PQDCS) est principalement basée sur l'analyse d'indicateurs de performance tels que définis dans le cadre de référence du PQDCS. Les méthodes ont d'abord été développées pour mesurer les indicateurs de performance à l'échelle de l'ensemble du Québec puis de chaque région. L'objectif de ce rapport est de développer une approche qui permette de mesurer et de comparer des indicateurs de performance à l'échelle des centres.

Les indicateurs retenus pour évaluer la performance des centres sont le taux de détection, le taux de référence et le nombre de faux positifs par cancer détecté. Ces indicateurs sont estimés pour les dépistages initiaux et subséquents séparément. Le pourcentage des cancers de type in situ, le pourcentage des cancers infiltrants de petite taille et le pourcentage des cancers infiltrants sans envahissement ganglionnaire ont également été retenus. Pour évaluer la performance d'un centre, la mesure de ces indicateurs est comparée à la mesure observée pour l'ensemble du Québec de même qu'à la cible choisie pour l'indicateur selon le cadre de référence du PQDCS.

Pour comparer les indicateurs mesurés pour un centre de dépistage avec ceux mesurés à l'échelle du Québec, il faut faire face à deux défis sur le plan méthodologique. D'abord, les caractéristiques de la clientèle varient entre les centres. De plus, certains centres ne réalisent qu'un nombre restreint de mammographies annuellement. Il a donc fallu développer une méthode pour mesurer les indicateurs de performance en ajustant pour les caractéristiques des femmes, ainsi qu'identifier une méthode qui permette le calcul d'un intervalle de confiance autour des indicateurs ajustés. Finalement, il a fallu développer une façon de présenter les résultats qui permette de mieux comprendre et analyser la performance des centres.

La standardisation est une méthode d'ajustement souvent utilisée pour tenir compte de la variation dans les caractéristiques des individus lorsque l'on compare deux ou plusieurs sous populations. Dans la littérature, deux méthodes de standardisation sont principalement utilisées, soit la standardisation directe et la standardisation indirecte. La standardisation directe comporte d'importantes limites quant à la stabilité statistique des estimés lorsque le nombre de sujets dans chaque sous population est relativement petit. Par contre, l'utilisation de la standardisation indirecte ne permet pas de comparer directement deux sous populations entres-elles, et contraint à comparer les sous populations uniquement avec la population totale. Néanmoins, en raison du grand nombre de facteurs confondants potentiels et des effectifs relativement faibles, la standardisation indirecte a été choisie. La standardisation indirecte consiste à comparer la valeur observée d'un indicateur dans un centre donné compte tenu de sa clientèle à la valeur attendue de cet indicateur dans cette même clientèle si la performance du centre avait été égale à celle observée dans l'ensemble du PQDCS. Le ratio de l'observé sur l'attendu (X/A) est alors dérivé de la standardisation indirecte.

Puisque le nombre de mammographies de dépistage réalisées dans les centres du Québec est limité, plusieurs indicateurs doivent être calculés en utilisant les données de plus d'une année. La méthode présentée utilise les données de trois années regroupées. De plus, afin de tenir compte de la variation aléatoire (statistique) liée au nombre d'examen de dépistage des centres de dépistage, un intervalle de confiance à 95 % est calculé. Les indicateurs choisis sont des proportions (et une cote). La loi binomiale est donc utilisée pour le calcul de l'intervalle de confiance du ratio X/A.

Pour faciliter l'interprétation des comparaisons de la performance de chaque centre avec celle de l'ensemble du Québec, chaque ratio X/A (et son intervalle de confiance) est multiplié par la valeur de l'indicateur calculé à l'échelle du Québec. Pour un centre de dépistage donné, ce calcul donne une valeur de l'indicateur dite «nbsp;ajustéenbsp;». De plus, un mode de présentation graphique des indicateurs ajustés a été développé pour favoriser l'analyse et la compréhension des résultats. La première approche vise à présenter pour un centre donné l'évolution de sa performance dans le temps. La seconde approche vise à présenter simultanément la performance de tous les centres pour une période donnée et pour un indicateur donné.

Les méthodes présentées sont maintenant utilisées au Québec pour l'évaluation de la performance des centres de dépistage. Ces méthodes pourraient éventuellement être utilisées pour évaluer la performance des centres dans lesquels se fait l'investigation des femmes qui ont eu une mammographie de dépistage anormale.

Auteur(s): 

Comité: 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-52895-1

ISBN (imprimé): 

978-2-550-52893-7

Notice Santécom: