Selon le groupe de travail, les constats suivants doivent être pris en compte dans la décision d'ajuster ou de modifier le PIIQ.

Fardeau de la maladie

  • Le fardeau de la morbidité et de la mortalité de l'influenza est considérable, ce qui en fait un problème de santé publique important.

Caractéristiques du vaccin

  • Les données d'efficacité vaccinale montrent que le vaccin antigrippal dans sa présentation actuelle est relativement efficace, mais pas autant que les autres vaccins utilisés généralement dans le cadre du PQI. Cependant, les données d'efficacité du vaccin antigrippal pour certaines populations, dont notamment les jeunes enfants, sont incomplètes.

Programme, scénario et stratégies/Faisabilité/Acceptabilité

  • Plusieurs difficultés organisationnelles existent actuellement dans la mise en oeuvre du PIIQ. La question du financement du programme n'est pas étrangère à ce constat. Le PIIQ a connu des développements importants depuis les dernières années, faisant en sorte qu'on ne peut plus en faire un programme ponctuel dont on ne s'occupe qu'à l'automne.
  • Le contexte actuel de réorganisation du réseau de la santé québécois génère des bouleversements importants qui se répercutent déjà dans la mise en oeuvre du PIIQ.
  • Certaines stratégies reconnues efficaces pour améliorer les couvertures vaccinales ne sont pas implantées actuellement dans le réseau de la santé québécois. Outre la difficulté de dégager les ressources pour réaliser ces stratégies, il n'est pas certain que toutes celles dont l'efficacité a été démontrée dans d'autres contextes sanitaires, le soient également dans le contexte québécois. Des questions restent donc en plan quant à la faisabilité et à l'applicabilité de certaines de ces stratégies.

Capacité d'évaluer le programme

  • Il n'existe pas de données ou d'indicateurs de productivité de la mise en oeuvre du PIIQ.
  • Les objectifs de couverture vaccinale (CV) contre l'influenza sont loin d'être atteints.
  • Il n'existe pas de système simple et fiable de suivi des couvertures vaccinales atteintes pour plusieurs populations ciblées par le programme. Des enquêtes par sondage ont été menées depuis les dernières années pour évaluer les couvertures vaccinales obtenues auprès des personnes de 50 ans ou plus, mais leur réalisation a dû être négociée à la pièce.
  • Bien que des efforts soient déployés actuellement au Québec pour assurer un monitorage de certains indicateurs de morbidité et de mortalité relatifs à l'influenza, les données sur l'impact sanitaire de l'influenza au Québec sont parcellaires, et ce, en raison entre autres de l'absence d'infrastructure organisée, dédiée et continue pour l'évaluation du PIIQ.
  • L'infrastructure qui a été mise en place depuis les dernières années pour la surveillance des épidémies annuelles d'influenza et les retombées intéressantes de cette surveillance montrent qu'il est tout à fait possible et avantageux de mettre en oeuvre un tel système organisé. Cependant, ce système demeure fragile et repose trop largement sur la contribution de quelques personnes dévouées.

À la lumière des divers constats dont il a été question tout au long de ce rapport, le CIQ préconise de ne pas ajouter pour le moment de nouvelles populations à vacciner dans le PIIQ mais plutôt d'améliorer le programme existant. À cet effet, le CIQ suggère d'apporter plusieurs ajustements à la planification, la mise en oeuvre et l'évaluation du PIIQ et propose aussi de répondre à plusieurs questions de recherche. Plus spécifiquement :

  • Le monitorage des impacts sanitaires de l'influenza et la surveillance des épidémies annuelles devraient être renforcés et consolidés en les dotant de ressources permanentes et totalement dédiées. L'assurance d'une permanence est essentielle au suivi régulier et à l'évaluation du programme. Elle aurait également comme retombée de garantir les fondements de la surveillance en cas de pandémie.
  • Il faut mettre en place diverses stratégies reconnues efficaces permettant de mieux rejoindre les populations visées actuellement par le PIIQ, et ce, en fournissant les ressources nécessaires à leur implantation et en les évaluant correctement.
  • Il faut créer une infrastructure permanente pour soutenir le PIIQ. L'importance du PIIQ justifie le besoin d'une telle infrastructure dont l'unique vocation serait le PIIQ. Cette infrastructure devrait comprendre l'ensemble des ressources humaines et financières pour assurer les activités de monitoring et de surveillance de l'influenza, de planification, de mise en oeuvre et d'évaluation du PIIQ. Une personne responsable au palier provincial dont l'unique mandat serait le PIIQ devrait être nommée. Ce responsable devrait pouvoir s'appuyer sur une équipe restreinte de conseillers qui le soutiendrait relativement aux questions scientifiques et opérationnelles ainsi que pour la détermination des priorités de recherche.
  • Il faudrait répondre en priorité au questions de recherche suivantes, en complémentarité des priorités déterminées à l'échelle canadienne : efficacité vaccinale chez les jeunes enfants, identification de meilleures stratégies pour rejoindre les divers groupes cibles notamment les travailleurs de la santé, analyse économique de différentes stratégies pour rejoindre les populations cibles, élaboration de méthodes d'évaluation des couvertures vaccinales de groupes pour lesquels elles sont mal connues (travailleurs de la santé, malades chroniques)

Tout cela devrait assurer un programme plus performant pour l'atteinte des populations déjà ciblées. Tant que la performance actuelle du programme ne sera pas améliorée, il ne s'avérerait pas raisonnable d'élargir les populations à cibler. Cela devrait se faire rapidement. Pendant ce temps, soit d'ici les prochaines années, l'avancement des connaissances scientifiques relativement aux paramètres suivants devrait permettre de se prononcer sur l'ajout des divers groupes de population à vacciner dans le cadre du PIIQ.

  • De meilleures données sur l'efficacité du vaccin antigrippal, particulièrement chez l'enfant devraient être connues à relativement court terme.
  • Les données sur l'impact sanitaire à l'échelle d'une population d'un programme universel de vaccination contre l'influenza devraient être connues. Des équipes de chercheurs canadiens, avec lesquels des collègues québécois collaborent, travaillent actuellement à évaluer le programme ontarien de vaccination contre l'influenza. Les résultats de ces travaux devraient être disponibles dans les prochaines années. Cependant, les données parcellaires présentement disponibles sur l'évaluation du programme ontarien universel implanté depuis 2000 montrent que ce programme ne semble pas apporter un impact de santé publique important.
  • Des données économiques sur un programme de vaccination contre l'influenza implanté dans un contexte de système sanitaire québécois ou canadien devraient être générées.
  • La création récente des réseaux locaux de santé et des centres de santé et de services sociaux (CSSS) ainsi que l'avènement des groupes de médecine de famille (GMF) constituent des opportunités intéressantes pour mettre à profit les connaissances scientifiques actuelles à l'égard de la mise en oeuvre de stratégies efficaces pour améliorer les couvertures vaccinales. Ainsi, la responsabilité d'une population inscrite ou définie sur la base d'un territoire géographique représente un terrain intéressant pour ajuster la mise en oeuvre de la vaccination annuelle influenza et assurer une meilleure complémentarité entre les différents acteurs locaux impliqués dans la prestation du PIIQ.
  • Des développements technologiques permettant d'offrir des vaccins contre l'influenza plus efficaces et plus faciles à administrer (ex. : intranasaux) devraient survenir à brève échéance.

La disponibilité graduelle des données scientifiques laissera alors le loisir d'ajouter en bloc ou graduellement, selon les scénarios envisagés en détail dans le rapport, différentes populations à rejoindre par le PIIQ. Ces nouvelles données scientifiques devront venir autant d'études menées au Québec, dans le cas où le contexte québécois détermine les résultats, qu'ailleurs au Canada ou dans d'autres pays.

Comité: 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-50090-2

ISBN (imprimé): 

978-2-550-50091-9

Notice Santécom: