Programme québécois de remboursement des aides pharmacologiques à l'arrêt tabagique - Phase 1 : Recension des écrits scientifiques sur l'efficacité et l'efficience des aides pharmacologiques et survol du fonctionnement du programme depuis sa mise en place

La première partie du rapport présente de façon succincte la situation du tabagisme dans la population québécoise et son évolution récente. À partir de sources officielles et des résultats des grandes enquêtes populationnelles, les principaux problèmes reliés au tabagisme sont présentés dans une perspective de santé publique. La seconde partie présente une recension des connaissances scientifiques récentes sur l'efficacité des aides pharmacologiques à l'arrêt tabagique et sur les études coût/efficacité menées sur ces produits. La description du Programme de couverture des aides pharmacologiques québécois (PCAP) fait l'objet de la troisième partie. Il s'agit d'une analyse préliminaire de données disponibles sur les coûts du PCAP pour les années 2000, 2001, 2002 et 2003 et sur le nombre de participants ayant reçu au moins une ordonnance d'une ou de plusieurs de ces aides. La quatrième et dernière partie propose une synthèse des principales études portant sur l'impact du remboursement des aides pharmacologiques sur le processus d'arrêt tabagique.

Ce rapport constitue la première partie de nos travaux sur l'évaluation du programme québécois de remboursement des aides pharmacologiques à l'abandon du tabagisme. Il sera suivi de deux autres rapports :

  • phase II - Usage des aides pharmacologiques chez les fumeurs québécois et modes de pratiques des professionnels de la santé;
  • phase III - Utilisation, satisfaction et perception des aides pharmacologiques chez les fumeurs et les ex-fumeurs québécois.

Au cours des dernières années, le Québec a adopté plusieurs stratégies pour lutter contre le tabagisme. Ces stratégies ont incité plusieurs fumeurs à envisager l’abandon du tabac. Cependant, malgré une baisse générale du nombre de fumeurs, on constate que près d’une personne sur quatre continue à fumer; que le tabagisme est plus prépondérant parmi les groupes plus défavorisés; que les jeunes continuent à s’initier très tôt et que l’usage du tabac constitue l’un des comportements les plus dommageables pour la santé des individus et des communautés.

Les aides pharmacologiques à l’arrêt tabagique sont des outils importants dans la lutte contre le tabagisme. Elles aident le fumeur dans son processus d’abandon du tabac en diminuant les symptômes de sevrage. Au Québec, près de la moitié des fumeurs (44%) qui s’engagent dans une démarche d’arrêt tabagique ont recours à l’un de ces produits.

Le PCAP est en place depuis 2001. Il fait partie d’un ensemble de mesures qui visent à la fois à restreindre l’utilisation du tabac (législation), à prévenir le tabagisme (prévention et promotion) et à soutenir les efforts de fumeurs qui désirent en abandonner l’usage (soutien et traitement). Le PCAP entre dans cette dernière catégorie.

Lors de l’inclusion de cette mesure, les études sur l’efficacité de ces produits permettaient d’envisager des effets bénéfiques auprès de la population. Depuis, d’autres études ont permis de mettre en lumière non seulement l’efficacité des produits eux-mêmes, mais également l’impact positif de la gratuité ou du remboursement des aides pharmacologiques auprès des fumeurs.

Le gouvernement du Québec prévoit poursuivre sa lutte au tabagisme au cours des prochaines années, entre autres par un resserrement de sa réglementation. Par exemple, l’implantation en 2006 de nouvelles mesures de restriction, dans le cadre de la Loi sur le tabac, limitera considérablement l’usage du tabac dans les lieux publics. Ce type de mesure a déjà prouvé son efficacité et comporte de nombreux effets positifs (ex. : amélioration de la qualité de l’environnement; baisse de la quantité de cigarettes fumées quotidiennement chez les fumeurs). Cependant, elle peut comporter des effets non souhaités, par exemple l’isolement et la stigmatisation des fumeurs. Il importe donc d’offrir à ces derniers un soutien dans leurs démarches de cessation du tabagisme comme le programme de couverture des aides pharmacologiques.

À la fin de cette première partie, nous retenons que :

  • –les aides pharmacologiques (timbres, gommes et Zybanmd) ont prouvé leur efficacité comme mesures d’aide à la cessation du tabagisme. La plupart des études, réalisées à ce jour, mettent en évidence l’efficacité des aides pharmacologiques dans le traitement du tabagisme, le taux de succès étant généralement significativement plus élevé qu’avec un placebo ou un autre traitement;
  • l’accès gratuit à ces produits, analysé dans certaines études américaines et européennes, constitue une plus-value à leur utilisation en plus de favoriser une plus grande motivation au sevrage;
  • –des analyses économiques coûts/efficacité américaines ou européennes ont permis de démontrer que les aides pharmacologiques à l’arrêt tabagique s’avéraient efficientes dans un processus d’abandon des habitudes tabagiques. Considérant les résultats de ces analyses, certains chercheurs américains préconisent l’inclusion des aides pharmacologiques dans les plans de couvertures d’assurances-médicaments publics et/ou privés. De plus, des analyses comparatives entre diverses approches préventives, notamment des thérapies hypocholestérolémiantes ou hypotensives, ont démontré que les aides pharmacologiques entraînaient des coûts inférieurs;
  • le régime public du PCAP a rejoint un nombre non négligeable de fumeurs au Québec depuis son instauration. Les premiers résultats tendent à montrer que les fumeurs bénéficiant de l’assistance emploi, et donc d’un remboursement plus élevé, ont recours plus fréquemment aux aides pharmacologiques que les autres bénéficiaires du régime public. Puisque ces aides constituent une mesure de soutien efficace pour les personnes qui souhaitent cesser de fumer, ce premier résultat représente une première retombée positive du régime public du PCAP. Parallèlement, on observe depuis 2003 une baisse significative du nombre d’ordonnances prescrites à des participants au régime d’assurance médicaments public. Les informations disponibles à ce jour ne permettent pas d’identifier les facteurs associés à cette baisse, tels que la baisse du taux de tabagisme, des changements dans la pratique médicale ou encore une désaffection des fumeurs en regard des aides pharmacologiques lors de tentatives d’arrêt tabagique.

Cette première phase de l’évaluation du PCAP a permis de mettre en lumière les connaissances scientifiques actuelles sur l’efficacité et l’efficience des aides pharmacologiques à l’arrêt tabagique, ainsi que de souligner certains résultats préliminaires quant à l’implantation du PCAP.

Les données québécoises disponibles reliées à l’utilisation des aides pharmacologiques restent cependant partielles, qu’il s’agisse de l’utilisation de ces aides par les prescripteurs potentiels ou par les fumeurs ou ex-fumeurs. Ces informations ne permettent pas, cependant, de répondre à certaines questions que les résultats font surgir. Par exemple, quelle est l’évolution du nombre d’ordonnances remboursées par le régime d’assurance médicaments du Québec et les coûts associés? Quels sont les facteurs associés à cette évolution? Quel est le profil des utilisateurs de ces pharmacothérapies? Quels sont les obstacles à leur utilisation? Le remboursement augmente-t-il le nombre de fumeurs qui initient un processus de renoncement au tabac, le nombre d’ex-fumeurs? Le remboursement facilite-t-il le processus de cessation tabagique chez les fumeurs selon leurs conditions socioéconomiques? Le remboursement des aides pharmacologiques permet-il aux professionnels de la santé d’aborder plus facilement la question de l’arrêt tabagique?

Des analyses détaillées de la base de données du régime d’assurance médicaments du Québec concernant les aides pharmacologiques à l’arrêt tabagique et des études auprès des utilisateurs (fumeurs, ex-fumeurs et prescripteurs) de ces aides, permettront de répondre à ces différentes questions qui devraient faire l’objet de la deuxième phase de l’évaluation du PCAP.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

2-550-46878-3

ISBN (imprimé): 

2-550-46879-1

Notice Santécom: