Hospitalisations et décès après infarctus aigu du myocarde chez les personnes diabétiques : mesures produites dans le cadre du développement du système québécois de surveillance du diabète

En 2001, une étude de faisabilité et de validité produite par l’Institut national de santé publique du Québec a démontré la possibilité de développer un système québécois de surveillance du diabète (SQSD) à partir de la fusion de cinq fichiers administratifs (Émond, 2001). Les données tirées de ce projet de recherche permettent notamment d’établir au Québec des mesures de prévalence, d’incidence (nombre de nouveaux cas) et des taux de mortalité chez les personnes diabétiques.

À partir de ces mêmes données, il devient pertinent d’évaluer les complications et les comorbidités associées au diabète et de développer des indicateurs portant sur ces complications chez les personnes diabétiques. Le présent article comporte une description du taux d’hospitalisation pour infarctus aigu du myocarde chez les personnes diabétiques québécoises, pour la période de 1995-1996 à 2001-2002. L’effet de l’infarctus du myocarde sur la mortalité chez ces personnes est aussi évalué après ajustement pour l’âge et le sexe.

Les résultats démontrent que chez les personnes diabétiques, âgées de 20 ans et plus, le taux d’hospitalisation pour infarctus aigu du myocarde était plus élevé chez les hommes que chez les femmes. Il était respectivement de 707 et 543 par 10 000 personnes diabétiques. Après une hospitalisation pour infarctus aigu du myocarde, le décès était précoce et plus élevé chez les femmes par rapport aux hommes. À 28 jours d’hospitalisation, la probabilité de décès ajustée selon la structure d’âge de la population diabétique québécoise de 1998-1999 était respectivement de 16,26 % et 14,0 % chez les femmes et les hommes.

Les résultats donnent une vision globale sur les taux d’hospitalisation et de décès chez les personnes diabétiques atteintes d’infarctus aigu du myocarde au Québec. Ils concordent avec ce qui se passe dans le reste du Canada. Cependant, il demeure encore difficile de déterminer la vraie prévalence de l’infarctus aigu du myocarde à partir du fichier MED-ECHO. L’utilisation des données du fichier de décès améliorera cette mesure de prévalence en déterminant les cas diabétiques décédés à la suite d’un infarctus (cause principale du décès) sans qu’ils soient hospitalisés. La fusion du fichier MED-ECHO au fichier de décès permettra aussi d’estimer la mortalité pré-hospitalière chez les diabétiques à la suite d’un infarctus du myocarde. Les résultats de cette fusion seront publiés ultérieurement

Le développement des indicateurs portant sur les complications du diabète est d’une grande importance, puisque ces indicateurs permettront de déterminer l’ampleur et l’impact du diabète en général sur la société, d’estimer le fardeau économique imputable à ses complications, et d’établir des comparaisons avec d’autres provinces et pays. 

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (imprimé): 

2-550-44316-0

Notice Santécom: