La violence communautaire commise et subie par les jeunes de 25 ans et moins

La violence chez les jeunes est préoccupante en raison de sa prévalence et des nombreuses conséquences qu’elle peut occasionner sur leur santé. La violence peut se manifester dans différents milieux fréquentés par les jeunes. Toutefois, la recherche scientifique concernant la violence communautaire commise et subie par les jeunes de 25 ans et moins demeure peu développée comparativement aux autres types de violence interpersonnelle. L’objectif de cette synthèse est donc de réaliser un état des connaissances pour explorer cette problématique.

Les principaux constats sont les suivants :

  • Il n’existe pas de définition commune de la violence communautaire qui se dégage de la littérature recensée. De manière générale, ses principales composantes se rapportent aux milieux et aux contextes dans lesquels elle peut survenir (p. ex. voisinage, espaces publics, école, en ligne), à ses manifestations (p. ex. actes de nature physique, verbale ou sexuelle) et aux types d’exposition (p. ex. victime, témoin).
  • Les données disponibles pour déterminer l’ampleur de la problématique à l’échelle canadienne et québécoise sont limitées et hétérogènes. Elles montrent toutefois que plusieurs jeunes sont victimes ou témoins de violence dans leur communauté, certains davantage que d’autres. À cet effet, les résultats d’une enquête populationnelle québécoise révèlent que près de deux jeunes de 12 à 17 ans sur cinq auraient été victimes ou témoins de violence communautaire au cours de l’année précédant l’enquête.
  • Certains facteurs sont potentiellement associés à un plus grand risque de subir de la violence communautaire (p. ex. le fait d’être un garçon, avoir des croyances soutenant la violence) ou d’en perpétrer (p. ex. affiliation à des pairs délinquants), alors que d’autres facteurs auraient un effet protecteur, comme le soutien des parents, des pairs ou d’un adulte de la communauté.
  • Les conséquences pouvant être associées à cette violence sont variées et peuvent être psychologiques (p. ex. symptômes de stress post-traumatique), comportementales (p. ex. comportements agressifs) et physiques (p. ex. troubles de sommeil) et se manifester en contextes scolaire et communautaire (p. ex. diminution de l’engagement scolaire, insécurité dans la communauté).
  • Plusieurs stratégies visant à prévenir la violence chez les jeunes sont considérées comme prometteuses par des organisations en santé publique reconnues ou par des expertes et experts dans le domaine de la prévention. Parmi celles-ci, on retrouve notamment la création d’environnements sécuritaires, la promotion d’environnements familiaux favorisant un développement sain, et le renforcement des compétences personnelles et sociales des jeunes.
  • La mobilisation et la collaboration d’une diversité d’acteurs provenant de milieux variés (p. ex. santé publique, sécurité publique, milieux scolaires, organismes communautaires) seraient des conditions favorables à la réussite des interventions.
Auteur(-trice)s
Dominique Gagné
conseillère scientifique, Institut national de santé publique du Québec
Type de publication
ISBN (électronique)
978-2-550-97474-1
Date de publication