Vaccination contre la COVID-19 chez les jeunes âgés de 5 à 11 ans au Québec

L’objectif de cet avis scientifique est d’évaluer la pertinence de la vaccination des enfants de 5-11 ans contre la COVID-19 en analysant le fardeau de la maladie, les caractéristiques du vaccin (immunogénicité, efficacité et sécurité), l’impact potentiel de la vaccination pour les jeunes et les autres groupes d’âge, de même que l’acceptabilité, la faisabilité et les aspects éthiques reliés à une telle vaccination.

Considérations

  • Le fardeau sanitaire de la COVID-19 chez les jeunes de 5-11 ans n’est pas élevé en termes d’hospitalisations et de décès. Cinquante-deux hospitalisations ont été constatées et aucun décès n’a été rapporté au Québec parmi près de 35 000 cas confirmés dans ce groupe d’âge depuis le début de la pandémie.
  • Le syndrome inflammatoire multisystémique de l’enfant (SIME) peut survenir chez les enfants qui ont fait la COVID-19, quoiqu’il demeure rare (incidence cumulée d’environ 6 cas pour 100 000 enfants au Canada en date de mai 2021).
  • La COVID-19 longue a été décrite chez les jeunes enfants, mais son incidence n’est pas connue.
  • La COVID-19 et les interventions de prévention et de contrôle associées peuvent avoir des conséquences psychosociales importantes chez les jeunes de 5 à 11 ans et leurs familles (fermetures scolaires, isolement, absentéisme, problèmes de santé mentale, etc.).
  • Dans l’essai clinique de phases 2/3, l’efficacité à court terme de deux doses du vaccin pédiatrique (10 µg) de Pfizer-BioNTech à intervalle de 3 semaines a été de 91 % pour prévenir la COVID‑19 chez les 5-11 ans.
  • La fréquence des réactions systémiques (fièvre, fatigue, etc.) était moindre parmi le groupe des 5‑11 ans ayant reçu des doses de 10 µg en comparaison au groupe d’âge des 16-25 ans ayant reçu 30 µg.
  • Il n’y a pas eu de cas de myocardite ni de SIME rapporté chez les quelque 3 000 enfants de 5 à 11 ans vaccinés pendant l’essai clinique, mais il n’est pas possible avec un tel échantillon d’exclure un risque qui serait plus rare que 1 évènement pour 1 000 doses. La fréquence de myocardites rapportées chez les 12-17 ans au Québec est d’environ 3 pour 100 000 doses administrées et est plus faible chez les plus jeunes de ce groupe. Des données émergentes au Canada indiquent un risque plus faible de myocardite lorsqu’un intervalle allongé entre les deux doses est utilisé.
  • Les prédictions du modèle mathématique suggèrent qu’une vaccination des jeunes de 5 à 11 ans débutant avant la période des Fêtes de fin d’année pourrait atténuer l’effet des rassemblements qui surviendraient à cette période et réduire la transmission de la COVID-19 dans l’ensemble de la population par un gain sur l’immunité de groupe.

Recommandations

  • Le CIQ recommande que la vaccination contre la COVID-19 soit offerte à tous les jeunes âgés de 5 à 11 ans qui ne présentent pas de contre-indication.
  • Le CIQ recommande d’utiliser un intervalle allongé de 8 semaines ou plus entre les deux doses prévues du vaccin de Pfizer-BioNTech dosé à 10 µg.
  • Il sera primordial de communiquer clairement les justifications sur lesquelles s’appuient les recommandations et d’informer adéquatement les parents sur les avantages et les risques potentiels associés à la vaccination pour une décision éclairée. Il conviendrait d’éviter de pénaliser un jeune de 5 à 11 ans sur la base de son statut vaccinal.

Note(s):