Faisabilité de la vigie et surveillance des cas du syndrome inflammatoire multisystémique de l’enfant liés ou non à la COVID-19

Des études provenant de régions lourdement touchées par la COVID-19, pendant la première vague de la pandémie, ont été publiées pour alerter les autorités de santé publique d’une augmentation des cas de syndromes inflammatoires multisystémiques postinfectieux chez les enfants. Le syndrome inflammatoire multisystémique de l’enfant (SIME) est l’une des complications rares, mais grave, de la COVID-19 chez les jeunes de 0 à 19 ans. Ce syndrome fébrile se manifeste cliniquement par une fièvre persistante, une élévation des marqueurs d’inflammation et un dysfonctionnement de multiples organes (Godfred-Cato S. et al., 2020).

En réponse à une demande du gouvernement fédéral, le Québec a lancé l’initiative d’effectuer la vigie des cas de syndrome inflammatoire multisystémique liés ou non à la COVID-19 chez les enfants, à l’aide d’un registre provincial de déclaration de cas (ministère de la Santé et des Services sociaux [MSSS], 2021). Pour ce faire, une directive ministérielle a été émise en janvier 2021 afin de demander aux établissements de santé de déclarer au ministère chacun de leurs cas depuis le début de la pandémie.

Ce projet consiste à évaluer la faisabilité de la mise en place d’un programme provincial de vigie et surveillance des cas de syndrome inflammatoire multisystémique liés ou non à la COVID-19 chez les enfants en se basant sur les informations colligées dans les banques de données médico-administratives. Il s’agit également d’une démonstration pour le remplacement du registre provincial de déclaration des cas de syndrome inflammatoire multisystémique des enfants liés ou non à la COVID-19 présentement mis en place par le MSSS (MSSS, 2021).

Faits saillants

  • Les données d’hospitalisations du fichier MED-ÉCHO présentent une concordance élevée avec les données du registre provincial de déclaration des cas du syndrome inflammatoire multisystémique de l’enfant (SIME) liés ou non à la COVID-19 pour la période entre le 15 mars et 31 décembre 2020.
  • Les données d’hospitalisations jumelées au système Trajectoire de santé publique (TSP) fournissent une source de données plus complète que le registre provincial de déclaration des cas du SIME liés ou non à la COVID-19 pour la confirmation d’une infection au virus du syndrome respiratoire aigu sévère – coronavirus 2 (SRAS-CoV-2) des cas identifiés.
  • Les résultats de cette étude n’indiquent pas d’augmentation accrue du nombre de cas du SIME liés ou non à la COVID-19 entre le début de la pandémie et le 31 décembre 2020. Toutefois, une analyse supplémentaire sera requise due au manque de recul pour la période de janvier à mars 2021 alors que les enfants ont davantage été touchés par la COVID-19.
  • La vigie et surveillance des cas du SIME liés ou non à la COVID-19 à l’aide de données médico-administratives demeure une option intéressante pour un futur dans lequel la demande d’information sur ces cas n’a pas besoin d’être réalisée en temps réel.
Faisabilité de la vigie et surveillance des cas du syndrome inflammatoire multisystémique de l’enfant liés ou non à la COVID-19

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: