Intégration de la dénormalisation dans la lutte antitabac au Québec : perspectives de santé publique

Le présent avis vise à préciser quels sont les ajustements que rend nécessaire l'intégration de la dénormalisation dans la pratique de la santé publique au Québec pour optimiser les efforts de tous les acteurs appelés à relever les défis de réduction du tabagisme et de protection de la santé.

L'objet de l'avis a été cerné au plan étymologique, sémantique et historique. L'intégration possible de la dénormalisation à la pratique de la santé publique est illustrée à partir des trois exemples américains les plus souvent associés à la dénormalisation, soient ceux de la Californie, du Massachusetts et de la Floride, ainsi que des expériences canadienne et québécoise. L'expérience québécoise est ensuite analysée à partir d'un modèle d'intégration de la dénormalisation pour dégager les stratégies susceptibles d'accélérer le changement de la norme dans le dossier du tabac au Québec. Inspirées de la Convention-cadre de l'Organisation mondiale de la Santé pour la lutte antitabac, des recommandations sont formulées.

La dénormalisation est une approche qui vise à changer les normes sociales reliées au tabagisme en agissant sur la nature et les origines de la norme sociale qui encouragent la dépendance et l'usage du tabac, en l'occurrence l'industrie du tabac, et en modifiant le climat social et le cadre juridique afin que le tabac devienne moins acceptable, moins désirable et moins accessible.

Une synergie d'interactions opposant les forces de l'industrie à celles des acteurs antitabac contribue à créer un climat social dynamique qui évolue dans le temps et dans l'espace. Ces interactions sont regroupées en neuf grands ensembles stratégiques : programme écologique, politiques économiques, politiques d'environnements sans fumée, réglementation du produit, éducation, communication et formation, restrictions publicitaires et promotionnelles, restrictions sur la vente, poursuites et responsabilisation de l'industrie et surveillance. Les campagnes de démarketing qui s'inscrivent dans une approche globale et qui peuvent créer un climat social supportant des modifications législatives sont efficaces pour dénormaliser. Les messages les plus efficaces sont ceux qui portent sur la fumée de tabac dans l'environnement, sur les pratiques manipulatrices de l'industrie et sur la dépendance à la nicotine.

À la lumière de la définition et du modèle proposés, la dénormalisation est intégrée à la pratique de santé publique au Québec dans le dossier antitabac surtout depuis la crise de la contrebande et la baisse des taxes sur les produits du tabac qui en a découlé en 1994. Plusieurs leviers d'intervention permettant de modifier la norme sociale en regard du tabac existent dans le Plan québécois de lutte contre le tabagisme 2001-2005 et dans la Loi sur le tabac. Pour intensifier les efforts de dénormalisation au Québec, quatre types d'actions doivent être mis en oeuvre : connaître, faire connaître et contrer les pratiques de l'industrie du tabac qui ont un impact sur la santé publique et sur l'implantation des mesures efficaces de contrôle du tabac, implanter les mesures déjà prévues dans les orientations ministérielles, s'assurer de l'actualisation de toutes les stratégies qui contribuent à dénormaliser – entre autres les campagnes de démarketing – et accentuer l'utilisation de certaines stratégies, en particulier celles qui visent l'optimisation de la protection de tous contre la fumée de tabac dans l'environnement.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (imprimé): 

2-550-43277-0

Notice Santécom: