Inégalités d’accès et d’usage des technologies numériques : un déterminant préoccupant pour la santé de la population?

Avertissement

Le présent document a été rédigé dans le contexte d’urgence sanitaire lié à la COVID-19. Réalisé dans un court laps de temps, il se base sur une recension et une analyse sommaire et non exhaustive des écrits scientifiques, de même que sur certains documents produits préalablement par l’INSPQ. Ce document présente des constats et des mesures visant l’équité d’accès aux technologies numériques, lesquels pourraient devoir être révisés selon l’évolution des connaissances liées à l’actuelle pandémie. L’INSPQ a mis en place une veille scientifique sur la COVID-19 afin de pouvoir apporter rapidement, si nécessaire, une mise à jour au présent document.

Les technologies numériques se sont révélées indispensables pendant la pandémie de COVID-19, et ce, tant pour l’emploi et la scolarisation que pour l’accès à une gamme d’activités et de services en ligne. Alors que dans ce contexte le temps d’écran de plusieurs Québécois augmentait, des inégalités d’accès et d’usage ont été signalées. À partir d’une synthèse rapide des connaissances, les objectifs de cette publication sont de documenter les inégalités numériques auxquelles font face les populations en situation de vulnérabilité économique, celles résidant sur des territoires peu ou mal desservis par les services de télécommunication, les populations aînées, celles d’âges scolaires et celles qui présentent un faible niveau de littératie. Des mesures sont proposées pour les mitiger dans une visée d’accès équitable à un ensemble de services, d’informations et d’interventions liés à plusieurs déterminants de la santé.

Messages clés

La littérature consultée permet de dresser les constats suivants :

  • Le revenu est le facteur ayant le plus d’impact sur l’accès à Internet. Les populations en situation de vulnérabilité économique ayant un accès limité aux technologies numériques ont été plus durement affectées par l’impact des mesures sanitaires sur les conditions d’emploi et d’éducation.
  • Le manque d’infrastructures permettant l’accès à un réseau Internet rapide, fiable et abordable contribue aux inégalités numériques. Les populations peu ou mal desservies par les services de télécommunication risquent d’être privées d’un accès optimal à l’emploi, à l’éducation, ainsi qu’aux services de santé et aux services sociaux surtout si elles sont éloignées des établissements de santé.
  • Les technologies numériques contribuent à briser l’isolement des populations aînées vivant seules, mais leur utilisation est souvent freinée par un manque d’accès et de familiarité à ces technologies. Le soutien social et l’accompagnement dans la mise en pratique graduelle des apprentissages peuvent favoriser l’inclusion numérique de ces populations.
  • La qualité d’accès et un usage bénéfique des technologies numériques pour l’apprentissage en ligne par les enfants est en grande partie tributaire des ressources matérielles, du soutien et de l’encadrement offerts dans les environnements familiaux et scolaires. Parents et enseignants ne sont pas toujours adéquatement soutenus pour faire face aux défis de l’apprentissage en ligne.
  • Plusieurs types de littératies sont en jeu dans les inégalités numériques (p. ex. : littératie traditionnelle, en santé, scientifique, médiatique). L’usage des technologies numériques par les populations ayant un faible niveau de littératie comporte moins de bénéfices, voire plus de risques pour leur santé, que celui des populations ayant un niveau de littératie plus élevé.

Les mesures documentées visant l’équité de l’accès aux technologies numériques sont :

  • Appliquer des politiques gouvernementales garantissant un accès universel ou équitable aux technologies numériques.
  • Soutenir la transition numérique dans les établissements publics (p. ex. : écoles, bibliothèques, bâtiments ou parcs municipaux, centres hospitaliers et CHSLD).

Les mesures documentées visant l’équité de l’usage des technologies numériques sont :

  • Mettre en place de façon abordable l’assistance et le soutien technique requis afin de favoriser l’usage adéquat des technologies numériques.
  • Offrir des opportunités d’apprentissage et d’entraide permettant de développer des compétences numériques générales et spécifiques à la santé.
  • Créer des environnements propices à l’apprentissage en ligne afin de favoriser l’école à la maison lorsque nécessaire.
  • Impliquer divers groupes de la population dans le développement des espaces et des ressources numériques qui leur sont dédiés afin d’adapter les services et les outils à leurs besoins et de sensibiliser les concepteurs à l’adoption de principes de conception universels.
  • S’assurer d’offrir une gamme d’alternatives de qualité et équivalentes aux services en ligne pour tenir compte des inégalités numériques et des préférences de communication.
  • Inciter les organisations à investir dans la littératie numérique et en e-santé avec un souci pour l’équité, notamment par l’intermédiaire de l’offre de services en ligne, de la formation, du monitorage des disparités d’accès, de la formation et de l’évaluation des résultats.

Malgré les nombreux avantages qu’ont procurés l’accès et l’usage des technologies numériques en contexte de pandémie, il importe de rappeler que l’utilisation intensive des écrans n’est pas sans risque pour la santé.

Il est important de créer des conditions favorables à une utilisation raisonnée des technologies numériques qui ne porte pas préjudice au développement des individus et à la santé de la population.

Inégalités d’accès et d’usage des technologies numériques : un déterminant préoccupant pour la santé de la population?

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: