Portrait de la COVID-19 parmi les enfants du Québec du 23 août 2020 au 20 mars 2021

Durant la première vague de la pandémie, d’importantes mesures de santé publique ont été mises en oeuvre dont la fermeture des services de garde et d’enseignements ainsi que de la majorité des commerces et services. Leur réouverture s’est faite progressivement dans les régions faiblement touchées, mais pour la communauté urbaine de Montréal ces mesures se sont prolongées jusque durant l’été où l’activité virale était à un niveau relativement bas.

Septembre 2020 marque la reprise de plusieurs secteurs d’activité économique, le retour au travail et la rentrée scolaire pour des milliers de jeunes étudiants dont les contacts avaient été plutôt limités depuis le début de la pandémie. La rentrée scolaire s’est accompagnée d’un certain nombre de mesures applicables au milieu scolaire qui ont aussi évolué au cours de la deuxième vague, dont le maintien de groupes-classes stables, le maintien de la distanciation physique dans les déplacements, le port du couvre-visage et éventuellement l’enseignement bimodal en alternance prévoyant la fréquentation un jour sur deux.

Ce rapport vise à documenter l’évolution de la deuxième vague de la pandémie de COVID-19 parmi les personnes âgées de moins de 18 ans, du 23 août 2020 au 20 mars 2021. Celui-ci fait suite à un premier rapport mettant en lumière l’épidémiologie de la COVID-19 dans la population pédiatrique du Québec ainsi qu’à une revue rapide de la littérature et données épidémiologiques provinciales de la COVID-19 parmi les jeunes âgés de moins de 18 ans.

Faits saillants

  • Entre le 23 août 2020 et le 20 mars 2021, 46 299 cas de COVID-19 ont été déclarés chez des enfants et des jeunes de moins de 18 ans, soit 19 % de l’ensemble de tous les cas documentés.
  • L’incidence observée durant la deuxième vague est supérieure à celle de la première vague, marquée par un confinement général et un retour en classe partiel au Québec, peu importe l’âge. C’est toutefois parmi les jeunes d’âge scolaire (4-17 ans) que la différence entre les deux vagues est la plus importante.
  • Dès le début de la rentrée scolaire 2020-2021, l’incidence a augmenté rapidement dans l’ensemble de la population. À partir du 20 septembre 2020 (semaine CDC 39), l’incidence augmente dans tous les groupes d’âge, mais plus rapidement chez les jeunes d’âge secondaire (12-17 ans) et les adultes.
  • Lors la deuxième vague, ce sont chez les jeunes d’âge secondaire (12-17 ans) que les taux d’incidence ont été les plus élevés au Québec. Dans ce groupe, la tendance observée était davantage similaire à celle observée chez les adultes de 18-64 ans qu’à celle observée chez les enfants plus jeunes (0-11 ans).
  • À partir du 27 septembre 2020 (semaine CDC 40), le passage en zone rouge de plusieurs régions sociosanitaires a amené l’instauration de mesures supplémentaires en milieu scolaire et communautaire qui rend difficile l’appréciation de leur contribution relative au contrôle de l’épidémie.
  • La proportion d’enfants exposés à la COVID à leur domicile est équivalente à celle exposée en milieu scolaire. Ces deux sources d’exposition sont demeurées relativement stables au cours de toute la période, à l’exception du congé des Fêtes où l’exposition en milieu scolaire était rarement rapportée.
  • Les centres de la petite enfance et les garderies privées ont été touchés par davantage d’éclosions que les services de garde en milieu familial, possiblement en raison de leur taille. Le nombre d’éclosions en milieux scolaires a été plus élevé dans les écoles primaires. Toutefois, puisque le nombre d’installations est plus élevé au primaire qu’au secondaire, on note que la proportion d’écoles en situation d’éclosion est demeurée plus élevée au secondaire qu’au primaire, sauf au tout début de l’année scolaire.
  • Les éclosions comportant au moins une personne infectée par un variant présomptif ou confirmé, pourraient comporter un nombre plus important de cas. Cet impact pourrait être plus important chez les élèves de niveau secondaire que chez les élèves de niveau primaire ou les enfants en services de garde.
  • Bien que la proportion d’hospitalisations parmi les cas pédiatriques de COVID-19 soit significativement plus élevée chez ceux atteints d’une maladie chronique, elle demeure faible et inférieure à 1 %. La proportion des hospitalisations avec séjour aux soins intensifs montre une légère augmentation en fin de période qui devra faire l’objet d’une surveillance rehaussée.
  • La progression rapide des variants sous surveillance rehaussée (VSSR) dans la population reste une problématique récente qui devra faire l’objet d’un suivi. La recherche de variants s’est implantée progressivement au cours de la période et seulement 14 % des cas avaient été soumis à l’analyse par criblage. Globalement, 16 % des échantillons analysés étaient positifs au criblage. Aucun variant n’a été mis en évidence parmi les cas pédiatriques hospitalisés.
Portrait de la COVID-19 parmi les enfants du Québec du 23 août 2020 au 20 mars 2021

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: