Revue rapide de la littérature scientifique – COVID-19 parmi les enfants : facteurs de risque d’infections sévères et potentiel de transmission

Ce document est basé sur les publications et prépublications scientifiques identifiées à l’aide de la veille quotidienne réalisée par l’INSPQ sur la COVID-19 et les enfants. Cette recension a été effectuée en consultant les bases de données Pubmed, Medline, CINAHL, NIH disaster Lit, Health Policy Reference Center, MedRxix, BioRxiv et Embase ainsi que Google pour la littérature grise. Les sites internet de plusieurs sociétés savantes ont également été consultés (ex. : Centers for Disease Control and Prevention, Agence de la santé publique du Canada, European Center for Disease Control and Prevention, Organisation mondiale de la santé, etc.). Le niveau d’appui aux constats tirés à partir de cette recension a été évalué en tenant compte du nombre de publications disponibles, de la qualité des études disponibles et de la concordance des résultats entre les études. Le contenu de ce document pour les articles scientifiques reflète l’état des connaissances en date du 17 juillet 2020 et les données de surveillance provinciales présentées vont jusqu’au 26 juillet 2020. Les mots clés utilisés étaient entre autres : SRAS-CoV-2, COVID-19, Child, pre-school, school.

Compte tenu de l’ampleur des changements dans le reste du document, les modifications n’ont pas été identifiées en jaune, nous invitons donc le lecteur à prendre connaissance de l’ensemble du document.

Résumé

L’incidence de la COVID-19 est moins élevée chez les enfants et augmente avec l’âge. Récemment, la proportion des cas a augmenté chez les jeunes (en particulier les moins de 30 ans) par rapport aux plus âgés. La transmission de la COVID-19 d’un adulte vers un autre adulte ou vers un enfant semble être plus fréquente que la transmission d’un enfant à un adulte. La contribution des enfants dans la transmission du virus semble être limitée. Il sera important de suivre la situation avec la réouverture des écoles et des services de garde à l’automne, car ces observations ont pu être influencées par le fait que les enfants sont moins symptomatiques, donc moins souvent testés et par la réduction des contacts lors du confinement.

Chez les enfants, la COVID-19 est le plus souvent bénigne. Les formes graves et les décès sont très rares. Des cas de syndrome inflammatoire multisystémique similaire au syndrome de Kawasaki ayant un lien temporel avec la COVID-19 ont été rapportés. Les enfants ayant une maladie sous-jacente pourraient avoir un risque plus élevé d’hospitalisation ou d’admission aux soins intensifs. Les impacts à long terme de la maladie sont à ce jour peu connus.

Revue rapide de la littérature scientifique - COVID-19  chez les enfants : facteurs de risque d’infections sévères et potentiel de transmission

Comité: 

Sujet(s): 

Type de publication: