COVID-19 : Recommandations intérimaires de mesures de prévention concernant l’exploitation minière

Cette fiche présente les recommandations intérimaires de mesures de prévention concernant l'exploitation minière. Ces mesures de prévention de la COVID-19 en milieu de travail s'appliquent lorsque la transmission communautaire soutenue est confirmée par les autorités de santé publique.

Toute reprise des services non essentiels doit être effectuée de sorte que la transmission de la COVID-19 soit contrôlée. En effet, il est primordial d’éviter une augmentation importante de personnes infectées, hospitalisées ou aux soins intensifs, ou de décès.

Plusieurs conditions doivent être respectées pour s’assurer d’un contrôle de la COVID-19 au Québec. Le non-respect de ces conditions pourrait mener à une augmentation importante des cas et par le fait même à la possibilité de revoir la stratégie de réouverture des milieux de travail (nombre, type de milieux, mesures de distanciation et de protection exigées) afin de rétablir l’équilibre et d’assurer la pérennité du système de santé. Ces conditions sont énoncées ici : Conditions nécessaires au maintien des services essentiels et à l’ouverture progressive des autres milieux de travail.

Les mesures de prévention recommandées par le gouvernement pour la population générale et les recommandations de base pour tous les milieux de travail s’appliquent aussi dans le secteur de la construction, à moins que des mesures plus restrictives ne soient précisées.

Une attention particulière doit être donnée aux travailleuses enceintes et travailleurs avec des conditions de santé particulières. Vous référer aux recommandations suivantes :

Particularités du travail minier en situation de pandémie de coronavirus

Un des principaux enjeux de la reprise des activités d’exploitation des mines est que plusieurs établissements font appel à des travailleurs provenant de l’extérieur (de la ville, de la région et parfois du pays). Certaines entreprises utilisent le fly in/fly out ou le drive in/drive out ou le train pour déplacer les travailleurs provenant de l’extérieur vers les lieux de travail. Il faut aussi souligner que plusieurs établissements miniers se situent dans des régions faisant l’objet d’une fermeture (ex. : Abitibi, Côte-Nord, Nord-du-Québec).

Les travailleurs provenant de l’extérieur sont habituellement hébergés dans des installations comportant des aires communes (aires de repas, aires de repos, installations sanitaires et partage de chambre). Ces conditions peuvent favoriser la transmission des virus.

Les interactions prolongées (activités de travail, hébergement) entre travailleurs provenant de différentes régions du Québec, où l’intensité de la transmission peut varier (de faible à importante), sont propices à des éclosions en milieu de travail et aussi éventuellement dans la communauté d’origine des travailleurs, en considérant la période d’incubation, la transmission pré symptomatique et la transmission par les cas asymptomatiques.

Également, il faut considérer que la majorité des établissements miniers est située en régions éloignées ou isolées. La capacité de ces milieux à effectuer des tests de COVID-19, à prendre en charge les cas de COVID-19 qui nécessiteraient des soins, à respecter les consignes d’isolement et procéder aux évacuations, lorsqu’indiquées, peut s’avérer un enjeu.

Pour tout ce qui concerne l’impact de la réouverture d’un milieu de travail sur la ou les communautés de la région, se référer à la direction de santé publique de cette région.

COVID-19 : Recommandations intérimaires de mesures de prévention concernant l’exploitation minière

Comité: 

Sujet(s): 

Type de publication: