État de situation sur le syndrome d'alcoolisation fœtale au Québec

La consommation d’alcool durant la grossesse est susceptible de causer l’anomalie congénitale évitable considérée comme la plus fréquente. Il s’agit du syndrome d’alcoolisation fœtale qui est un problème complexe intimement lié à celui de l’alcoolisme et de la toxicomanie des femmes. Décrit pour la première fois il y a 35 ans, ce syndrome fait l’objet de nombreuses recherches depuis, que ce soit pour détailler ses particularités, pour documenter sa fréquence ou pour identifier des façons de le prévenir et d’intervenir auprès des personnes atteintes. Ces travaux sont réalisés principalement en Amérique du Nord, mais aussi dans certains pays européens. La contribution canadienne au progrès de ces connaissances est à souligner.

En décembre 2003, l’Institut national de santé publique du Québec s’est vu confier le mandat, par le ministre de la Santé et des Services sociaux, de produire un état de la situation relativement au syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF). En réponse à cette demande, ce travail décrit l’état des connaissances actuelles sur ce sujet ainsi que la situation et les réalisations québécoises en la matière.

Ce rapport est subdivisé en trois grandes parties : La première partie s’attarde à la présentation des éléments de problématique. Il vise d’abord à documenter l’importance du SAF, en ce qui a trait à sa gravité et à sa fréquence, et ensuite à brosser un portrait de la consommation d’alcool des femmes québécoises en âge de procréer : la fréquence, les patrons et les perceptions de la consommation d’alcool ainsi que le profil des femmes qui ont des problèmes liés à la consommation d’alcool ou de drogues. Dans la deuxième partie, le propos est dirigé vers les interventions. Étant un modèle auquel plusieurs pays se réfèrent, le chapitre commence par une description de l’Initiative de Santé Canada au regard du SAF. Les projets qui ont été mis en place au Québec au cours cette Initiative sont aussi exposés. S’ensuit une présentation des stratégies de prévention auprès de la population générale et auprès des mères alcooliques et toxicomanes ainsi que la description des services aux enfants atteints et à leur famille. Ce second chapitre se termine par un retour général sur les pratiques des professionnels afin de bien faire ressortir les lieux où leurs actions sont nécessaires et sollicitées. Enfin, la troisième partie est réservée à la discussion et à l’analyse des informations colligées ainsi qu’aux recommandations qui en découlent.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (imprimé): 

2-550-42898-6

Notice Santécom: