Les sucres libres dans notre alimentation : principaux contributeurs et modélisation de l’impact de la réduction des teneurs en sucres libres

L’apport moyen en sucres libres des Québécois dépassait, en 2004, la recommandation de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Les données de consommation de sucres libres et de sucres totaux issues d’une étude de cohorte québécoise et de l’ESCC 2015 laissent penser que la situation est demeurée inchangée. Or, une consommation élevée de sucres libres augmente les risques de développer de l’obésité, des maladies chroniques et des caries dentaires. Les sucres libres correspondent à la somme des sucres ajoutés et des sucres naturellement présents dans le miel, les sirops et les jus de fruits purs.

La présente étude s’attarde à identifier et à quantifier les sources de sucres libres dans les achats effectués en supermarchés et magasins à grande surface au Québec. De plus, elle évalue l’effet théorique d’une réduction de la teneur en sucres libres de certains aliments sur l’apport en sucres libres des Québécois.

Les boissons sucrées sont de loin la principale source de sucres libres dans les achats alimentaires des Québécois en 2015-16, en fournissant plus de la moitié des sucres libres retrouvés dans le Panier d’épicerie (58,3 %). Les boissons sucrées évaluées dans l’étude sont les boissons gazeuses régulières, les jus de fruits purs, les laits et boissons végétales sucrés, les boissons aux fruits, les thés glacés ainsi que les boissons énergisantes.

Pistes d’actions pour réduire l’impact des boissons sucrées sur la santé

  • Promouvoir l’eau :
    • Valoriser l’eau du robinet comme principale source d’hydratation;
    • Améliorer l’accès à l’eau du robinet dans les lieux publics.
  • Reformuler les boissons sucrées :
    • Réduire leur teneur en sucres libres, sans avoir recours aux succédanés de sucre.
  • Dénormaliser la consommation des boissons sucrées :
    • Réduire leur promotion;
    • Les taxer;
    • Réduire leur présence dans certains lieux.

La seconde source de sucres libres dans les achats des Québécois est les desserts. Ceux-ci fournissent près du quart des sucres libres dans les achats alimentaires des Québécois (22,1 %). Les desserts étudiés sont de type glacé (p. ex. : yogourts glacés, sorbets, crème glacée) et non glacé (p. ex. : gâteaux, biscuits, muffins).

Pistes d’actions pour réduire l’impact des desserts sur la santé

  • Promouvoir les desserts sans sucre libre :
    • Valoriser leur consommation;
    • Augmenter leur présence dans certains lieux;
    • Les offrir à un coût abordable.
  • Reformuler les desserts :
    • Réduire leur teneur en sucres libres;
  • Dénormaliser la consommation de desserts :
    • Réduire leur présence dans certains lieux.

Cinq scénarios ont été modélisés afin d’évaluer l’effet d’une réduction de la teneur en sucres libres de certains aliments sur l’apport moyen en sucres libres des Québécois. Voici les constats qui se dégagent de cette modélisation :

  • Le nombre de catégories d’aliments ciblées par la réduction des teneurs influence la part de la population rejointe par la mesure. Par exemple, si l’on réduit uniquement les teneurs en sucres libres des boissons gazeuses régulières, seul l’apport en sucres libres des consommateurs de ces boissons sera diminué;
  • Selon la modélisation, une mesure visant de 5 et 10 catégories d’aliments pourrait permettre de retirer annuellement l’équivalent par personne de 1,8 à 2,3 sacs de 1 kilogramme de sucre blanc granulé dans les achats alimentaires.
Les sucres libres dans notre alimentation : principaux contributeurs et modélisation de l’impact de la réduction des teneurs en sucres libres

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-85034-2

Notice Santécom: