Étude PIXEL – Portrait de la santé sexuelle des jeunes adultes au Québec

L’étude PIXEL - Portrait de la santé sexuelle des jeunes adultes au Québec - a été mandatée par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) et menée par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Cette étude s’inscrit dans la foulée des initiatives qui ont suivi le dépôt du rapport du Directeur national de santé publique sur les infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) et du Plan d’évaluation du programme de vaccination contre les virus du papillome humain (VPH).

L’objectif de l’étude PIXEL est de décrire certaines conduites sexuelles des jeunes adultes québécois, leurs accès à des services en matière de santé sexuelle et leur état de santé sexuelle à partir de trois indicateurs principaux : la prévalence d’ITS, les antécédents de grossesse non planifiée et le bien-être sexuel. Il s’agit de la première étude descriptive transversale auprès d’une population générale de jeunes adultes québécois qui combine un questionnaire auto-administré et des prélèvements biologiques (détection de la chlamydiose, de l’infection gonococcique, de la trichomoniase vaginale et de l’infection aux VPH).

Des informations valides ont été recueillies sur un large échantillon. Lors de 176 séances distinctes de collecte, étalées sur une période de 18 mois en 2013-2014, près de 3 400 jeunes âgés de 17 à 29 ans ont été recrutés dans un total de 80 sites en établissement de formation et hors établissement de formation (5 types différents d’établissement de formation), situés dans 9 régions administratives (couvrant près de 85 % de la population québécoise) selon un plan visant une répartition des participants proportionnelle à la population de référence. Une approche probabiliste de sélection d’établissements puis de groupes-classe a été appliquée en milieu scolaire alors que les jeunes travailleurs ont été recrutés selon une approche de convenance dans une variété de sites.

Voici les principales observations recueillies auprès des jeunes adultes recrutés en milieux de formation. Ces constats sont précisés, nuancés et discutés dans le rapport.

  • Âge aux premières relations sexuelles consentantes
    • Avant l’âge de 14 ans, un jeune adulte sur vingt a eu une première relation sexuelle orale, vaginale ou anale. Avant l’âge de 17 ans, 50 % des jeunes femmes et 40 % des jeunes hommes ont eu une première relation sexuelle.
    • Les premières relations orales surviennent relativement au même âge que les premières relations vaginales. Les relations anales sont vécues par une proportion moindre de jeunes adultes et à un âge plus tardif.
  • Nombre de partenaires sexuels
    • Environ un jeune adulte sur cinq n’a eu aucun partenaire sexuel, quatre sur dix ont eu un seul partenaire et 7 % ont eu sept partenaires ou plus.
    • Un jeune adulte sexuellement actif sur cinq a eu des relations sexuelles avec des partenaires différents qui se sont entrecroisées (une ou des relations sexuelles surviennent avec un partenaire A puis avec un partenaire B puis à nouveau avec le partenaire A).
  • Type de partenaires sexuels
    • Les relations sexuelles avec un(e) partenaire du même sexe sont plus fréquentes chez les femmes que chez les hommes
    • Au cours des 12 derniers mois, environ 4 jeunes sexuellement actifs sur cinq ont eu un partenaire « de couple » ou plus; un tiers des hommes et un cinquième des femmes ont eu un « partenaire d’un soir » ou plus; un quart des hommes et des femmes ont eu un « ex-partenaire de couple » ou plus. Par ailleurs, un peu plus de la moitié des participants sexuellement actifs a eu un « nouveau » partenaire sexuel ou plus. Quatre hommes sur dix et une femme sur quatre ayant eu un « nouveau » partenaire l’ont rencontré « en ligne ».
  • Contextes des activités sexuelles
    • Un jeune adulte sexuellement actif sur vingt a déjà vécu une relation sexuelle « en groupe » à vie, la majorité dans un contexte de « trip à trois ».
    • Au cours des 12 derniers mois, environ 45 % des hommes et 35 % des femmes ont consommé du cannabis « quelques fois ou plus » lors de leurs relations sexuelles. Le cannabis est la drogue la plus consommée par les jeunes adultes avant ou pendant une relation sexuelle. 
    • Environ 1 à 2 % des participants sexuellement actifs, hommes ou femmes, ont « reçu » de l’argent en échange d’activités sexuelles.
  • Usage du condom
    • Près de la moitié des hommes n’ayant jamais eu de relation sexuelle ont déjà essayé un condom. Le condom est utilisé de façon plus systématique avec des partenaires autres que « de couple » qu’avec des partenaires « de couple ».
    • Lors de la dernière relation sexuelle avec un partenaire autre que « de couple », les obstacles suivants à l’usage du condom ont été fréquemment relevés : « Ce ou cette partenaire voulait une relation sexuelle sans condom »; « Vous croyiez que ce ou cette partenaire aurait un condom » et « Vous aviez confiance que ce ou cette partenaire n’avait pas d’ITS et n’avait pas d’autres partenaires sexuels que vous ». L’obstacle : « Vous ou votre partenaire aviez de la difficulté à avoir une érection avec le condom » a été rapporté par environ un jeune adulte sur dix.
  • Contraception 
    • Sept femmes sexuellement actives sur dix utilisent une contraception hormonale régulière, principalement la « pilule contraceptive ». La deuxième méthode contraceptive la plus utilisée par les jeunes femmes sexuellement actives est le condom alors que la troisième est le coït interrompu. Près d’une femme âgée de 17-20 ans sur cinq a indiqué avoir recours au coït interrompu.
    • Seulement le quart des hommes et des femmes ont utilisé une double protection (contraception régulière ET condom) au moment de leur dernière relation sexuelle avec un partenaire autre que « de couple ». En couple, le condom est délaissé au profit des méthodes contraceptives hormonales régulières.
    • Un peu plus d’une femme sexuellement active sur cinq a utilisé la contraception orale d’urgence dans les 12 derniers mois
    • Les cliniques médicales non spécialisées et les cliniques de médecine familiale constituent les lieux privilégiés d’obtention d’une prescription de contraceptif par les jeunes femmes.
  • Grossesses et interruption volontaire de grossesse
    • Parmi l’ensemble des participantes, une femme âgée de 17-20 ans sur 20 et une femme âgée de 21-29 ans sur quatre a vécu une grossesse ou plus au cours de sa vie.
    • Parmi l’ensemble des participantes, jusqu’à 3 % des femmes âgées de 17‑20 ans et 16 % de celles âgées de 21 à 29 ans ont eu recours à l’interruption volontaire de grossesse une fois ou plus au cours de leur vie.
    • Un peu plus de 90 % des femmes âgées de 17 à 20 ans ayant vécu une grossesse indiquent que cette grossesse n’était pas planifiée.
  • Accès aux tests de détection des ITSS
    • La perception d’être à risque d’attraper une ITS varie entre 1,6 et 3,8 sur une échelle de 10 selon le nombre de partenaires et l’utilisation du condom dans les 12 derniers mois.
    • Les barrières au recours au service de détection des ITSS rapportées par les jeunes adultes sont : le manque de temps, la peur, la honte et le malaise à discuter de ses activités sexuelles. Les barrières à l’atteinte des services de détection des ITSS rapportées par les jeunes adultes sont : ne pas savoir où aller, avoir de la difficulté à obtenir un rendez-vous et être restreint par les heures d’ouverture des services.
    • Les femmes sexuellement actives sont deux fois plus nombreuses (57 %) que les hommes (26 %) à avoir déjà passé un test de détection des ITSS.
    • La satisfaction par rapport aux services reçus lors du dernier test de détection des ITSS est très élevée, ce niveau d’appréciation porte notamment sur le fait que les réponses et les explications fournies par le médecin ou l’infirmière étaient compréhensibles, sur le respect de la confidentialité et sur le fait de ne pas s’être senti jugé négativement par rapport à sa vie sexuelle.
  • Prévalence des infections transmissibles sexuellement
    • La prévalence de l’infection génitale à C. trachomatis (CT; la chlamydia) parmi les participants à l’étude PIXEL varie de 2 à 3 % selon le groupe d’âge et le sexe; elle est du même ordre que celles qui ont été documentées par des études populationnelles dans d’autres pays industrialisés.
    • Sans surprise, les prévalences rapportées parmi les participants à l’étude PIXEL sexuellement actifs sont moindres que celles observées dans des contextes québécois de consultations médicales et d’offres de dépistage des ITSS et bien moindres que celles observées au sein de populations plus vulnérables (jeunes de la rue, jeunes hébergés en centres jeunesse).
    • Dans un modèle d’analyse multivariée contrôlant pour l'âge et le sexe, les participants : i) ayant eu 4 partenaires sexuels ou plus au cours des 12 derniers mois, ii) ayant un faible niveau socioéconomique et iii) se percevant à risque élevé de contracter une ITSS étaient significativement plus susceptibles d'avoir obtenu un résultat réactif au test de détection de la CT génitale. 

    • L’estimation de la prévalence de l’infection gonococcique génitale (0,1 %) est vingt fois moindre que celle de la CT.
  • Bien-être sexuel
    • Sur une échelle de 0 à 10, les hommes et les femmes évaluent globalement leur bien-être sexuel des 12 derniers mois à 7/10. La grande majorité des jeunes adultes rapportent avoir ressenti du plaisir et peu de regret lors de leur dernière relation sexuelle.
    • Quel que soit leur groupe d’âge ou leur sexe, les participants sexuellement actifs ont évalué à environ 8,3/10 leur capacité à exprimer leurs besoins sexuels à leur(s) partenaire(s).
    • Un jeune homme sur dix et une jeune femme sur trois indiquent avoir vécu un abus sexuel au cours de sa vie.

Le présent document constitue le rapport général de l’étude. Un autre rapport portant spécifiquement sur la prévalence des infections aux VPH a été produit, de même qu’un rapport décrivant la méthodologie de l’étude de façon détaillée.
 

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-79386-1

Notice Santécom: