Enquête québécoise sur la vaccination contre la grippe saisonnière et le pneumocoque et sur les déterminants de la vaccination : 2016

Ce rapport de l’Enquête québécoise sur la vaccination contre la grippe saisonnière et le pneumocoque et sur les déterminants de la vaccination présente les résultats d’une enquête populationnelle réalisée en 2016 au Québec. Des données ont été recueillies au niveau des couvertures vaccinales contre la grippe et contre le pneumocoque et au plan des attitudes et des perceptions générales sur la vaccination. Rappelons que les groupes ciblés par le programme de vaccination 2015-2016 contre la grippe étaient les personnes âgées de 60 ans ou plus, les malades chroniques âgés de 18 à 59 ans, les travailleurs de la santé âgés de 18 ans ou plus, les enfants âgés de 6 à 23 mois et ceux âgés entre 2 et 17 ans et atteints d’une maladie chronique. Les personnes âgées de 65 ans ou plus et celles de 2 à 64 ans à risque accru d’infections invasives à pneumocoque sont ciblées par le programme de vaccination contre le pneumocoque. Les personnes âgées de 50 ans ou plus avec un asthme assez grave pour nécessiter un suivi médical régulier ou des soins hospitaliers sont nouvellement ciblées par le programme de vaccination pneumocoque. 

Résultats

La vaccination contre la grippe

  • Pour la campagne 2015-2016, 52 % des personnes âgées de 60 ans ou plus, 24 % des malades chroniques âgés de 18 à 59 ans et 44 % des travailleurs de la santé ont reçu le vaccin. Ces résultats sont inférieurs à l’objectif de 80 % fixé pour les malades chroniques.
  • Le fait d’avoir reçu une recommandation d’un professionnel de la santé pour la vaccination a influencé positivement la vaccination, particulièrement chez les personnes de 60 ans ou plus et les malades chroniques.
  • La couverture vaccinale des personnes âgées entre 18 et 59 ans non ciblées par le programme gratuit de vaccination contre la grippe saisonnière était de 12 %.
  • Parmi les groupes ciblés par la vaccination, les principales raisons de vaccination étaient la protection personnelle (60 ans ou plus et malades chroniques) et pour des considérations liées au travail (travailleurs de la santé), alors que la principale raison de non-vaccination était une faible perception de sa vulnérabilité et de la sévérité de la maladie.
  • Globalement, la moitié des personnes ciblées par la vaccination avaient l’intention de recevoir le vaccin en 2016-2017. Une intention positive de vaccination pour la prochaine campagne de vaccination était associée au fait d’avoir été vacciné lors de la saison 2015-2016.
  • La couverture vaccinale contre la grippe saisonnière en 2015 pour les enfants de 6 mois à 17 ans a été estimée à 22 % (21 % pour les enfants ciblés : 35 % pour les 6-23 mois et 19,1 % pour les 2-17 ans malades chroniques).

La vaccination contre le pneumocoque

  • Chez les personnes âgées de 65 ans ou plus, 53 % ont déclaré avoir déjà été vaccinées contre le pneumocoque, alors que seulement 28 % des malades chroniques âgés de 18 à 64 ans l’ont été. La moitié des personnes asthmatiques âgées de 50 ans ou plus ont été vaccinées.
  • Les principales raisons de vaccination contre le pneumocoque étaient le fait d’avoir reçu une recommandation de se faire vacciner et pour se protéger contre la maladie. Ceux qui n’ont pas été vaccinés ont mentionné le manque de temps, d’intérêt ou d’information comme principale raison de non-vaccination.

Les attitudes envers la vaccination en général et la vaccination contre la grippe saisonnière

  • De façon générale, les personnes interrogées considéraient la vaccination comme importante, sécuritaire et efficace. Toutefois, environ le quart des personnes étaient en accord avec un ou des énoncés défavorables à la vaccination. Ainsi, près de la moitié des personnes interrogées étaient en accord avec le fait qu’une bonne hygiène de vie pouvait éliminer la nécessité de la vaccination et que les enfants recevaient trop de vaccins.
  • La grande majorité des groupes se disaient satisfaits de leurs connaissances sur la vaccination en général, faisaient confiance à l’information reçue sur la vaccination et étaient à l’aise de poser des questions au médecin ou à l’infirmière.
  • Bien qu’entre 44,3 % et 62,1 % des groupes considéraient la vaccination contre la grippe comme une bonne chose, entre 64,1 % et 73,6 % des groupes croyaient que le vaccin pouvait causer la maladie. Près de 60 % des travailleurs de la santé ont rapporté recevoir le vaccin chaque année, alors qu’il s’agit plutôt du tiers pour les autres groupes.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-77884-4

Notice Santécom: