La mortalité par suicide au Québec : 1981 à 2014 – Mise à jour 2017

Selon les données provisoires pour l’année 2014, le taux ajusté de mortalité par suicide était de 13,4 décès pour 100 000 personnes au Québec. Le nombre de suicides enregistrés était de 1 125. La baisse du taux de suicide, amorcée au début du siècle, s’est atténuée au cours des dernières années, ce qui suggère qu’un plateau a possiblement été atteint.

Le taux ajusté de mortalité par suicide selon le sexe démontre deux réalités distinctes. Effectivement, en 2014, le taux des hommes était de 20,2 pour 100 000 tandis que celui des femmes était de 6,7 pour 100 000, ce qui représente un taux trois fois plus élevé chez les hommes. Le nombre absolu de décès par suicide était de 845 chez les hommes et de 280 chez les femmes.

Selon les données de 2012 à 2014, les hommes âgés de 45 à 64 ans présentaient le taux de suicide le plus élevé au Québec. À l’inverse, ceux âgés de 15 à 24 ans et de 10 à 14 ans affichaient les taux les plus faibles. Les Québécois âgés de 65 ans et plus et ceux âgés entre 25 et 44 ans avaient des taux de suicide comparables. Pour les femmes, le taux de suicide le plus élevé était aussi observé chez les 45 à 64 ans. Les taux des femmes âgées de 65 ans et plus et des jeunes de 15 à 24 ans étaient comparables et plutôt faibles.

Pour la période de 2012 à 2014, les taux de mortalité par suicide pour les régions de l’Abitibi-Témiscamingue, Chaudière-Appalaches et Mauricie et Centre-du-Québec étaient significativement plus élevés que ceux du reste du Québec. Les régions de Laval et de Montréal présentaient un taux significativement inférieur au reste du Québec, et ce, pour les hommes ainsi que pour les deux sexes combinés.

Le Québec présentait le troisième taux de suicide le plus élevé parmi les provinces canadiennes en 2012, ex aequo avec l’Alberta (12,2 pour 100 000). Pour l’année 2013, le taux de suicide du Québec semblait comparable à ceux observés pour la majorité des 16 pays membres de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) sélectionnés.

Enfin, un portrait de l’évolution des taux entre 1981 et 2014, selon différents groupes d’âge, a permis de soulever quatre constats :

  • depuis le sommet atteint au cours des années 1990, le taux de suicide observé chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans a fortement diminué. En 2014, il est trois fois plus faible que celui des hommes âgés 45 à 64 ans;
  • dans les années 1980 et 1990, le taux de mortalité par suicide le plus élevé était observé chez les hommes âgés de 25 à 44 ans, ce qui n’est pas le cas depuis la fin des années 2000 à la suite d’une forte diminution observée dans ce groupe d’âge;
  • le taux de suicide des personnes âgées de 45 à 64 ans a peu diminué depuis le début des années 2000. Contrairement à la tendance à la baisse dans les autres groupes d’âge, un plateau est observé dans les dernières années;
  • le taux de suicide des hommes âgés de 65 ans et plus est demeuré plutôt constant comparativement aux autres groupes d’âge. En 2014, les hommes de 65 ans et plus, au Québec, présentaient un taux de suicide deux fois plus élevé que celui des jeunes âgés de 15 à 24 ans.

Des données additionnelles sur le suicide, dont un portrait du Québec dans le monde, sont disponibles ici : https://www.inspq.qc.ca/santescope/syntheses/mortalite-par-suicide

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-77559-1

ISSN (électronique): 

1920-9800

Notice Santécom: