Les pratiques de counseling en abandon du tabac des hygiénistes dentaires et des dentistes : une comparaison entre 2004-2005 et 2010

En 2004, le ministère de la Santé et des Services sociaux confiait à l'Institut national de santé publique du Québec le mandat d'élaborer conjointement avec six ordres professionnels québécois (Collège des médecins, Ordre des pharmaciens, Ordre des dentistes, Ordre des hygiénistes dentaires, Ordre des infirmières et infirmiers, Ordre professionnel des inhalothérapeutes) un projet visant à optimiser les pratiques de counseling de leurs membres. Cette demande faisait partie d'une initiative en cours depuis 2000 pour inciter les fumeurs à cesser de fumer et les soutenir dans une démarche de renoncement au tabac : campagnes médiatiques, Défi j'arrête, j'y gagne, couverture d'aides pharmacologiques à l'arrêt tabagique par les régimes public et privés d'assurance-médicaments et mise en place de services j'Arrête (ligne téléphonique, site Internet, consultation individuelle ou de groupe dans les centres d'abandon du tabagisme).

Une première enquête conduite en 2004-2005 auprès d'échantillons aléatoires de ces six groupes de professionnels a permis de connaître leurs pratiques de counseling en abandon du tabac, leurs croyances quant à leur rôle et leurs compétences à intervenir auprès des patients fumeurs. Les résultats ont aussi guidé le développement d'activités et d'outils de formation pour répondre aux besoins éducatifs identifiés. En 2010, une seconde enquête a été menée afin de suivre l'évolution des pratiques de counseling en abandon du tabac des professionnels de la santé et afin de connaître l'appréciation des actions mises en place par leur ordre professionnel.

L'objectif de ce feuillet est de décrire l'évolution des pratiques de counseling en abandon du tabac des hygiénistes dentaires et des dentistes entre 2004-2005 et 2010 et des caractéristiques psychosociales associées à ce counseling.

Selon les données recueillies auprès des hygiénistes dentaires, certains changements sont survenus entre 2005 et 2010. Ainsi, le counseling en abandon du tabac auprès de patients qui ne sont pas prêts à cesser de fumer, la perception des obstacles liés aux connaissances et la connaissance des ressources communautaires sont les résultats pour lesquels nous observons des changements statistiquement différents sur une période de cinq ans. Toutefois, nos données suggèrent qu'il existe davantage de différences selon que les hygiénistes dentaires ont reçu ou non une formation sur le counseling en abandon du tabac. Comparativement à leurs consoeurs non formées, les hygiénistes dentaires ayant reçu une formation durant ou après leurs études ont de meilleures pratiques de counseling tant auprès des patients prêts à renoncer au tabac qu'auprès de ceux qui ne sont pas prêts. De plus, leur sentiment de compétence à offrir du counseling est plus grand, et elles sont davantage persuadées qu'intervenir auprès de leurs patients fumeurs fait partie de leur rôle. Étant donné l'association positive entre la formation et le counseling en abandon du tabac, il est encourageant de constater que le nombre d'hygiénistes dentaires formées durant leurs études soit passé de 1 % à 12 % de 2005 à 2010, et que 17 % ont été formées après leurs études en 2010, comparativement à 9 % en 2005. Néanmoins, le nombre total d'hygiénistes dentaires formées demeure peu élevé, et nos données montrent que les augmentations observées entre 2005 et 2010 ne sont pas suffisantes pour se traduire en changements appréciables des pratiques de counseling de l'ensemble des hygiénistes dentaires.

Entre 2004-2005 et 2010, aucun changement significatif n'a été observé chez les dentistes quant à leurs pratiques de counseling en abandon du tabac. Les croyances quant à leur rôle en abandon du tabac, leur sentiment de compétence à intervenir, leur connaissance des ressources communautaires de même que les barrières à l'intervention auprès des fumeurs n'ont pas non plus évolué de façon favorable. Toutefois, si nous avions pu analyser les données recueillies selon la formation reçue, il est fort possible que nous aurions observé des différences importantes des pratiques de counseling comme ce fut le cas chez les hygiénistes dentaires.

A la lumière des résultats obtenus, l'objectif au cours des prochaines années devrait être de favoriser l'intensification des activités de formation afin d'augmenter le nombre de professionnels de la santé dentaire formés à intervenir auprès des fumeurs. En 2012, l'OHDQ et l'ODQ ont souscrit à un énoncé de position commun avec cinq autres ordres professionnels québécois sur l'importance d'aborder la question du tabagisme et sur le rôle essentiel que doivent jouer les professionnels de la santé en accompagnant leurs patients fumeurs dans une démarche de renoncement au tabac. Dans cette déclaration, les deux ordres professionnels se sont engagés à i) offrir de la formation sur le counseling en abandon du tabac à leurs membres et à en faire la promotion; ii) fournir des outils pour aider leurs membres à soutenir leurs patients qui fument; iii) promouvoir les ressources communautaires en abandon du tabac; et iv) statuer sur la nécessité d'inclure dans les programmes d'études obligatoires de base les connaissances sur le tabagisme et sur le counseling en abandon du tabac.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-69630-8

ISBN (imprimé): 

978-2-550-69629-2

Notice Santécom: