Les déterminants de la pratique infirmière en contraception hormonale au Québec

En 2007, dans la foulée des modifications réglementaires liées à la loi 90, le Québec se dotait d'un modèle provincial d'ordonnance collective de contraception hormonale (OC de CH) permettant aux infirmières et aux pharmaciens communautaires d'initier la contraception hormonale à des femmes en bonne santé pour une période maximale de 6 mois, sans consultation médicale préalable (« task-shifting »). Afin d'évaluer l'implantation de cette nouvelle stratégie de prévention des grossesses non planifiées, une enquête a été menée auprès des infirmières et étudiantes en soins infirmiers ayant suivi la formation en contraception hormonale (traditionnelle ou en ligne), élaborée par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), et occupant un emploi comme infirmières dans le système de santé québécois.

L'objectif était de mieux comprendre cette nouvelle pratique infirmière et de déterminer les facteurs qui influençaient :

  • son adoption;
  • son intensité;
  • sa rapidité d'adoption après la formation.

L'initiation de la contraception hormonale par les infirmières dans le cadre d'une OC de CH étant considérée comme une innovation, le questionnaire utilisé dans cette étude a été développé à partir de l'approche de la diffusion des innovations d'Everett M. Rogers.

Plus de 3 000 infirmières ont été sollicitées par voie électronique ou postale. Malgré un taux de participation modeste (26,6 %; n = 725), on constate que la pratique infirmière en contraception hormonale est assez répandue puisque :

  • 57 % des infirmières qui ont suivi la formation font cette pratique;
  • parmi celles qui font la pratique, 58 % la font dans l'année qui suit la formation et;
  • 28 % initient la contraception hormonale à 2-5 femmes par mois tandis que près de 40 % l'initient à 5 femmes ou plus par mois.

L'adoption d'une OC de CH dans une organisation est le déterminant le plus important de l'adoption de la pratique de l'initiation de la contraception hormonale par les infirmières. Le fait de travailler en clinique jeunesse, dans un centre de santé et de services sociaux (CSSS) où l'OC de CH est adoptée, d'occuper un poste permanent à temps plein et d'avoir suivi la formation en contraception hormonale dans les premières années de sa disponibilité sont des facteurs importants de l'adoption de cette nouvelle pratique.

Parmi les facteurs inspirés de l'approche de la diffusion des innovations, les attributs de l'innovation tels la complexité, l'observabilité, la réinvention, les expériences antérieures, le marrainage et le soutien, sont hautement impliqués tant dans l'adoption de cette nouvelle pratique que dans son intensité et sa vitesse d'adoption. Les caractéristiques de l'organisation jouent également un rôle prépondérant. Ainsi, le mode de décision pour faire cette pratique, la capacité organisationnelle d'innovation, en particulier la latitude organisationnelle, et les relations avec les partenaires influencent positivement l'adoption de cette pratique. La capacité organisationnelle d'innovation augmente également l'intensité de la pratique. La petite taille de l'organisation et la structure de l'organisation ont une influence positive sur la vitesse d'adoption. Au niveau des réseaux de diffusion, on note une influence positive des leaders proches sur l'adoption et des leaders éloignés sur l'intensité de la pratique. Les caractéristiques personnelles des infirmières, outre la notion du cosmopolitisme, n'ont pour leur part aucune influence sur cette nouvelle pratique.

Ces résultats incitent à réfléchir à l'importance de développer de nouveaux modèles d'intervention en matière de grossesses non désirées contribuant ainsi à optimiser le réseau de la santé dans l'esprit de la loi 90.

Note(s): 

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-69001-6

ISBN (imprimé): 

978-2-550-69000-9

Notice Santécom: