Simulation de cohortes avec et sans dépistage par mammographie : probabilité cumulative sur 20 ans d'avoir au moins un faux positif ou une biopsie bénigne

Le développement d'outils visant à informer les femmes qui doivent décider si elles participeront ou non au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) a comme objectif l'obtention d'un consentement éclairé à la participation. La meilleure méthode pour illustrer de façon quantitative les avantages et inconvénients potentiels du dépistage est la simulation de cohortes exposées aux conditions que nous avons connues au Québec au cours des dernières années. Une première cohorte de 1 000 femmes soumises à une mammographie de dépistage aux deux ans de l'âge de 50 à 69 ans, soit 10 dépistages en 20 ans, peut ainsi être comparée à une deuxième cohorte de 1 000 femmes qui ne participent pas au programme de dépistage durant cette même période. La différence entre les résultats de ces deux cohortes simulées met ainsi en évidence certains avantages et inconvénients potentiels du dépistage dans le cadre du PQDCS.

Les deux événements simulés pour chacune des cohortes sont le nombre de femmes avec au moins un faux positif à la mammographie qui surviendraient au cours d'un suivi de 20 ans ainsi que le nombre de femmes qui aurait au moins une biopsie d'une lésion qui s'avère bénigne (biopsie bénigne), au cours de la même période. Un faux positif représente une mammographie de dépistage anormale pour laquelle aucun cancer n'a été diagnostiqué dans l'année suivant cette mammographie. Une mammographie de dépistage est considérée comme anormale lorsqu'une investigation (examens supplémentaires) est nécessaire pour déterminer s'il y a cancer du sein ou non. Une biopsie bénigne est une biopsie (par forage ou chirurgicale) réalisée lors d'une investigation d'une mammographie anormale n'aboutissant pas à un diagnostic de cancer du sein.

Parmi la cohorte de 1 000 femmes soumises à une mammographie de dépistage aux deux ans de l'âge de 50 à 69 ans, nous estimons que 418 d'entre elles auraient eu au moins une investigation pour anomalie sans diagnostic de cancer du sein (faux positifs à la mammographie) et 90 femmes auraient eu au moins une biopsie bénigne. Parmi la cohorte de 1 000 femmes qui ne participent pas au programme durant cette même période, 271 femmes référées pour mammographie, à la suite de la présence de symptômes ou pour un examen de routine recommandé par son médecin, auraient eu au moins un faux positif à la mammographie et 65 auraient eu au moins une biopsie bénigne. Il en résulte que, dans la cohorte de 1 000 femmes qui participent au dépistage systématique, 147 femmes de plus auraient au moins un faux positif et 25 de plus auraient au moins une biopsie bénigne comparativement aux non participantes.

Auteur(s): 

Comité: 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-66967-8

Notice Santécom: