Rapport d'activités 2011-2012 du Laboratoire de santé publique du Québec

Ce rapport présente les travaux du Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) au cours de la période avril 2011-mars 2012. Ses réalisations principales concernent les volets suivants.

Services analytiques

Plusieurs situations d'urgence et de menaces infectieuses ont sollicité le Laboratoire au cours de l'année. Rappelons qu'à la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), le LSPQ a soutenu le réseau des laboratoires hospitaliers en réalisant plus de 2 800 tests diagnostics dans le cadre de la plus grande éclosion de rougeole survenue au Québec depuis 1989.

L'année 2011 a connu également une saison inégalée jusque-là en terme de morbidité causée par le virus du Nil occidental alors que 41 cas d'infection par ce virus ont été détectés par le Laboratoire.

Dans le contexte de l'importante éclosion de toxi-infection alimentaire à Escherichia coli O104 survenue en Allemagne, ayant touché 4 075 individus répartis dans 16 pays et entraîné 50 décès, le LSPQ a apporté un soutien analytique et d'expertise au réseau des laboratoires hospitaliers et au réseau de santé publique pour identifier et caractériser cette souche chez des personnes présentant des symptômes compatibles avec une infection à E. coli entérohémorragique au retour d'un voyage en Allemagne. Ce soutien a impliqué le développement d'un nouveau service pour la détection moléculaire des gènes produisant une vérocytotoxine.

Surveillance de laboratoire

Le MSSS a reconduit les activités de caractérisation des souches bactériennes associées aux infections à Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline et à Clostridium difficile en soutien aux programmes obligatoires de surveillance déjà en place pour les infections nosocomiales. Les rapports correspondants ont été produits.

La Direction de la protection de la santé publique a également demandé au LSPQ de réaliser les analyses de laboratoire qui permettent de préciser les sous-types d'influenza A responsables des éclosions dans les centres d'hébergement et de soins longue durée. De plus, des travaux visant à préciser l'étiologie virale dans le cadre d'éclosions d'infections respiratoires dans ce milieu ont été entrepris en même temps qu'un projet de caractérisation génique des souches d'influenza isolées de patients hospitalisés.

Assurance qualité

Plusieurs réalisations ont marqué l'année à ce chapitre. D'abord, l'appréciation du réseau à la suite de la première année d'opération du contrôle externe de la qualité en pathologie a constitué un encouragement à consolider le programme en 2011-2012.

En suivi de la circulaire gouvernementale du 10 septembre 2010 portant sur l'obligation pour tous les laboratoires de biologie médicale du Québec de mettre en place des contrôles internes et externes de qualité, un comité directeur pour le contrôle interne de la qualité dans les laboratoires de biochimie clinique a été constitué suivant une représentation faite auprès des ordres professionnels concernés. La première réunion s'est tenue en mai 2011. Les travaux de la première année ont permis d'établir les critères scientifiques du cahier de charges en prévision du renouvellement de l'approvisionnement en contrôles internes pour les laboratoires de biochimie clinique.

À la demande du MSSS, pour faire suite aux différentes directives touchant le contrôle externe de la qualité dont celle de 2010 citée plus haut, une proposition a été déposée le 23 février 2012 pour un programme intégré de contrôle externe de la qualité en laboratoire de biologie médicale incluant les disciplines qui ne sont pas encore couvertes, telles que l'hématologie, la banque de sang et la génétique.

Enfin, le Bureau de normalisation du Québec a reconduit le certificat d'agrément du LSPQ selon la norme ISO 9001:2008. Il a aussi recommandé au Conseil canadien des normes (CCN) le maintien de l'accréditation du LSPQ jusqu'en 2014, à la suite de l'audit réalisé en mai 2011.

Innovation scientifique

Deux projets d'innovation scientifique initiés l'année précédente se sont poursuivis en 2011-2012. Le premier, portant sur la résistance aux antibiotiques et réalisé conjointement avec la Direction des risques biologiques et de la santé au travail (DRBST) a permis la mise en place d'un comité d'experts scientifiques ayant pour mandat de fournir l'expertise scientifique pour l'élaboration, la mise en oeuvre et le maintien du programme et du réseau du système intégré de surveillance de la résistance aux antibiotiques.

Le second projet d'innovation porte sur la création d'un observatoire d'épidémiologie moléculaire en soutien au diagnostic et à la surveillance d'agents étiologiques. Deux objectifs sont visés par ce projet soit la centralisation des signatures géniques dans une seule plateforme bioinformatique et l'acquisition d'un séquenceur de deuxième génération.

Consultations

Un questionnaire sur l'utilisation des trousses de laboratoire pour la rubéole a été préparé et envoyé au réseau des laboratoires de microbiologie. Il avait pour but de connaître le nombre de laboratoires réalisant des épreuves pour le sérodiagnostic de la rubéole ainsi que les trousses ou systèmes utilisés dans le contexte de mesurer l'ampleur du problème associé à la mesure de l'immunité pour certaines trousses commerciales d'introduction récente.

Au sein de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ)

Le personnel du LSPQ a participé au processus d'élaboration de la programmation scientifique 2012-2015 de l'INSPQ. L'emphase a été mise particulièrement sur le développement des fonctions principales associées à un laboratoire de santé publique. Cette programmation se décline en 3 axes principaux : les services spécialisés de laboratoire, l'assurance qualité et les maladies infectieuses en collaboration avec la DRBST de l'INSPQ.

Des scientifiques du LSPQ ont participé à la rédaction du chapitre sur l'innocuité des aliments au plan microbiologique du mémoire de l'INSPQ portant sur la politique bioalimentaire du gouvernement québécois intitulé Une politique bioalimentaire pour un Québec en santé : mémoire déposé dans le cadre de la consultation générale sur le Livre vert pour une politique bioalimentaire.

Environnement externe

Le personnel scientifique du LSPQ a été sollicité pour soutenir et conseiller les partenaires locaux et régionaux pour quelques éclosions de maladies infectieuses de sources alimentaires et transmises par voie fécale-orale, et d'infections nosocomiales. Il a aussi participé au comité d'opérationnalisation des ententes sur les toxi-infections alimentaires et les zoonoses et à l'organisation de deux journées d'échanges sur ces problématiques entre les réseaux de la santé publique, la salubrité alimentaire et la santé animale.

Le LSPQ joue un rôle important au sein des réseaux nationaux de surveillance et dans celui des laboratoires de santé publique du Canada en participant notamment à des groupes de travail visant à améliorer les activités de diagnostic et de surveillance des maladies infectieuses. Les procédures pour la détection et l'identification d'agents de bioterrorisme ont été mises à jour. L'Agence de la santé publique du Canada a d'ailleurs consenti des prêts à long terme d'équipements spécialisés qui sont utilisés pour réaliser ces analyses.

Des liens de collaboration internationale ont été établis avec l'institut de santé publique du Chili et son laboratoire de référence à la suite d'une visite au Québec de la directrice de ce laboratoire. D'autres projets de collaboration ont également été mis sur pied, notamment avec la Côte d'Ivoire, l'Institut Pasteur du Maroc et le laboratoire de référence à Lima, Pérou.

En conclusion

Bien que 2011-2012 ait été une année de transition au plan de la direction scientifique, plusieurs opportunités ont permis au LSPQ d'évoluer au sein de l'INSPQ, des réseaux des services de soins et de la santé publique. L'amélioration continue de la qualité de ses services demeure un objectif constant. En ce sens, nous invitons nos clients et partenaires à nous faire part de leurs suggestions et commentaires suivant la lecture de ce rapport.

Le renouvellement du personnel technique et scientifique du laboratoire s'est poursuivi à la suite de plusieurs départs à la retraite. Nous saluons et remercions ces employés pour leur travail ainsi que tous ceux, anciens et nouveaux qui ont contribué aux activités du LSPQ et à son rayonnement.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-66780-3

ISBN (imprimé): 

978-2-550-66779-7

ISSN (électronique): 

1918-0187

ISSN (imprimé): 

1914-9638

Notice Santécom: