L'exposition des enfants au bois traité à l'arséniate de cuivre chromaté (ACC) : une problématique qui inquiète

Ce premier communiqué de veille toxicologique fait le point sur la problématique du bois traité à l'arséniate de cuivre chromaté et donne les mesures préventives de base à mettre de l'avant concernant le bois traité.

Certains organismes, dont l’Agence canadienne de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) de Santé Canada et l’Agence américaine de protection de l’environnement (US EPA), sont conscients des inquiétudes du public en rapport avec les dangers potentiels associés à l’utilisation de bois traité sous pression avec de l’arséniate de cuivre chromaté (ACC). Plus particulièrement, l’utilisation de ces matériaux dans les aires de jeux, près des piscines ou sur les patios pourrait favoriser l’exposition des jeunes enfants. En effet, ceux-ci pourraient être exposés soit par un contact cutané direct avec le bois traité et/ou avec le sol adjacent à ces structures, soit par l’ingestion orale des résidus présents dans le bois et/ou le sol. Les enfants sont particulièrement ciblés en raison de leur comportement. En effet, ils ont souvent tendance à porter les mains à la bouche. Or, il est connu que l’exposition à l’arsenic est clairement associée à l’apparition de certains types de cancers notamment de la peau, de la vessie, du poumon et du rein.

En raisons des craintes exprimées, ARLA et US EPA ont entrepris un processus d’évaluation de l’exposition et des risques associés à l’utilisation des pièces de bois traité à l’ACC dans les aires de jeux. Pour effectuer une telle évaluation, il était primordial de faire une revue aussi complète que possible des études scientifiques existantes. À cet effet, US EPA vient de terminer la réévaluation toxicologique de deux des composants inorganiques de l’ACC, soit l’arsenic et le chrome.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

Notice Santécom: