Nouvelles données de l’étude CONNECT

L’INSPQ présente, dans cette infographie dynamique, les données issues des questionnaires remplis par les participants à l’étude CONNECT, pendant le début décembre (1 au 16 décembre) et le congé des Fêtes (17 décembre 2020 au 4 janvier 2021). Cette étude vise à décrire l’évolution des contacts sociaux des Québécois dans le temps, au total, par âge et par lieu.

Avant la pandémie, les Québécois avaient en moyenne de 7 à 8 contacts sociaux par jour. Les contacts ont diminué significativement à environ 3 contacts par jour pendant le confinement au printemps 2020, pour remonter graduellement pendant l’été et en septembre, avec le retour à l’école et au travail. Ils ont diminué de nouveau à partir d'octobre, puis durant le congé des Fêtes à environ 3 contacts par jour, en raison des congés scolaires et du travail.

Les auteurs de cette étude ont constaté que 41 % des personnes ayant participé à CONNECT entre le 22 décembre et le 1er janvier ont rapporté avoir eu des contacts avec des visiteurs à la maison ou être allés en visite chez des amis ou de la famille. Cette proportion est plus élevée parmi les personnes de plus de 65 ans (49 %) et celles habitant seules (63 %).

Pour les auteurs, les résultats concernant l’évolution des contacts sociaux mesurés dans CONNECT pendant le congé des Fêtes ne concordent pas avec l’augmentation importante des cas de COVID-19 depuis la fin décembre et le début de janvier. Certains facteurs pourraient expliquer ces différences :

  • Une confusion dans la définition d'un contact social réel par rapport à un contact permis ou à faible risque. Par exemple, plusieurs participants ne rapportent pas leurs contacts lors d’activités à l’extérieur ou lorsqu’ils portent un masque.
  • Les personnes participant à l'étude pourraient être celles qui respectent le plus les consignes et qui ont le moins de contacts.
  • Les participants pourraient ne pas rapporter les contacts interdits par désirabilité sociale ou crainte de sanctions.
  • Un possible changement dans la transmissibilité du virus par contact (ex. : hausse potentielle de la transmissibilité du virus en hiver).
  • Un possible changement dans la capacité de dépistage, de traçage et d’isolement rapide des cas.

Pour ralentir l’épidémie, une réduction des contacts sociaux dans toutes les régions est nécessaire en attendant que l’administration progressive des vaccins vienne atténuer la transmission du virus.

CONNECT est la première étude canadienne à mesurer les contacts sociaux de la population générale pour soutenir la prévention et le contrôle des maladies infectieuses et les épidémies. Menée par les Drs Marc Brisson et Mélanie Drolet du Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval et l’équipe du groupe de recherche en modélisation mathématique des maladies infectieuses, CONNECT est mise au service de la lutte contre la pandémie au Québec. Il en résulte des données indispensables sachant que la propagation du virus se fait principalement par contacts.

Catégories: